Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 octobre 2018 2 09 /10 /octobre /2018 08:51

Le Vénérable frappe, avec conviction, un coup de maillet net et franc, repris par les deux Surveillants et dit :

« En Loge, mes Frères »

La Loge est dans la pénombre. Le Maître de la Colonne d’Harmonie peut monter légèrement le niveau sonore du morceau musical.

Le Vénérable allume le « boutefeu (Led !) » à la flamme (Led !) de la Veilleuse placée à sa gauche et procède à l’allumage du chandelier à trois branches. En premier lieu "le soleil" la chandelle placée à gauche (coté Sud), puis "la lune" celle de droite (coté Nord), enfin "le Maître de la Loge", au centre.

Le Maître de la Colonne d’Harmonie augmente progressivement l’éclairage de la Loge.

Dans le même temps, le PMdC quitte sa place, contourne le pavé mosaïque par l’Occident et le Nord (sens rituel) pour venir se placer face à l’autel du Vénérable. Debout la canne tenue de la main droite, parallèle au corps (pas de position d’ordre tant que les travaux ne sont pas ouverts), il attend que le Vénérable lui confie le boutefeu allumé. Muni de celui-ci le PMdC déambule lentement, avec solennité, autour du pavé mosaïque (sens rituel) et procède à l’allumage des trois Grands Chandeliers.

         1 - celui du Sud-Ouest (le Soleil),

         2 - celui du Nord-Est (la Lune),

         3 - celui du Sud-Est ( le Maître de la Loge).

Il entame alors un deuxième tour, pour aller allumer

4 - la chandelle du Premier S.

A ce moment là le Premier Expert se lève, épée dans la main droite, pointe vers le haut, et suit le PMdC qui allume ensuite

5 - la chandelle du Second S,

Le PMdC continue sa déambulation suivi par l’Expert pour s’arrêter au niveau du coté Nord du pavé mosaïque. L'Expert découvre alors le TdL.

Certains Experts sont capables de découvrir celui-ci avec une élégante dextérité de la pointe de leur épée, mais cela demande un peu d’entraînement. Sinon, l’Expert  confie son épée au PMdC (l’épée ne devant jamais être posée sur le sol), pour pouvoir retirer le drap qui couvre le TdL, le replier soigneusement et le poser sur le pavé mosaïque coté Est du TdL.

Le PMdC reprend sa déambulation, il éteint le boutefeu, raccompagne l’Expert à sa place puis revient à la sienne. Il pose le boutefeu sur l’autel du Vénérable quand il passe devant celui-ci.

à suivre...

*  

*          *

Pour vous aider à bien commencer la nouvelle année maçonnique

"Trois Pas en Loge bleue"

Les fondamentaux du Rite Français

*          *

"Rituel  de Saint Jean d'Hiver"

*          *

Pour commander ces ouvrages, envoyer un mail à l'adresse figurant ci-dessous

799ème article

Partager cet article

Repost0
RF BB Blog-notes des Meuniers de la Tiretaine
6 octobre 2018 6 06 /10 /octobre /2018 10:07

Préparation du cortège

Sur le parvis de la Loge, les portes de celle-ci étant fermées, le PMdC organise le cortège.

Configuration minimale :

– en tête le Passé Maître Immédiat,

– en deuxième position, le Deuxième Surveillant,

– en troisième position, le Premier Surveillant,

– en dernière position, le Vénérable.

Le Vénérable a la tête couverte (chapeau de ville), porte le glaive au coté et tient dans sa main droite l’étui contenant la Charte de la Loge.

Le Vénérable peut demander à d’autres Frères, pour les honorer, de faire partie du cortège, VF, TVF.... Ils sont placés en tête du cortège (devant le PMI) par ordre inverse d’importance et d’ancienneté.

 

Entrée dans la Loge

La Loge est dans la pénombre et totalement silencieuse, les portes sont fermées.

Le PMdC frappe un coup à la porte.

Le DMdC qui est à l’intérieur, frappe avec sa canne un coup sur le sol et dit :

« Mes Frères, le Vénérable et ses Surveillants. »

Tous les Frères installés dans la Loge se lèvent, tête nue, le glaive au fourreau, les bras le long du corps.

Le Maître de la Colonne d’Harmonie fait entendre une musique adaptée.

Les deux Experts quittent leur place l’épée à la main (droite), pointe en haut et ouvrent, dans un même mouvement, les deux battants de la porte.

Le PMdC, entre dans la Loge suivi par l’ensemble du cortège et se dirige vers l’Orient en contournant le pavé mosaïque par le Nord.

Arrivés au niveau de leurs plateaux, les deux Surveillants quittent le cortège et prennent leur place en restant debout.

Arrivé au niveau du DMdC, le PMdC lui fait face, les autres membres du cotège, se répartissent à coté d’eux pour former une haie d’honneur au Vénérable. Tous saluent d’un signe de tête ce dernier à son passage. Le Vénérable monte à l’Orient, gagne sa place, le PMI se met à sa droite. Les autres membres du cortège (s’il y en a) s’installent à l’Orient (VF, TVF, coté Soleil, RF TRF coté Lune).

A la demande du Vénérable, les MdC conduisent ensuite les Vénérables et autres visiteurs de marque qui sont sur les colonnes à l’Orient, puis regagnent leur place et reste debout, canne parallèle au corps.

Lorsque tout est en ordre, le Maître de la Colonne d’Harmonie met un fond musical modéré.

à suivre, illumination de la Loge

*  

*          *

Pour vous aider à bien commencer la nouvelle année maçonnique

"Trois Pas en Loge bleue"

Les fondamentaux du Rite Français

Pour commander cet ouvrage, envoyer un mail à l'adresse figurant ci-dessous

798ème article

Partager cet article

Repost0
RF BB Blog-notes des Meuniers de la Tiretaine
2 octobre 2018 2 02 /10 /octobre /2018 14:55

Fin de la période estivale

Tous les Vénérables ont été installés (ouf!)

Reprise des travaux dans toutes les Loges au Rite français et ailleurs.

Quelques rappels pour une belle année maçonnique à venir

 

 

Introduction

La réussite d’une Tenue tient à son déroulement continu, fluide, sans heurts, laissant une impression de sérénité et d’harmonie.

Cela suppose le respect de plusieurs conditions de la part des officiants et des Maîtres de la Loge.

         — Connaître le Rituel,

         — Connaître et respecter les usages,

  • Veiller à la cohérence de nos mots, de notre gestuelle et de nos déambulations, avec la symbolique du rite et les usages qu’ils soient écrits ou transmis oralement de Maître à Compagnon et Apprenti.

         — Comprendre le sens des travaux.

Toujours avoir en tête que :

Nul ne peut se déplacer en Loge sans être précédé par le PMdC,

Nul ne peut prendre la Parole sans l’avoir demandée et qu’elle lui

ait été donnée (cf protocole prise de parole),

  • La règle du Silence est absolue pour les Apprentis,

mais elle s’applique également dans la Loge pendant les Travaux (ni commentaires, ni interventions intempestives) même à… l’Orient !

  • On s’adresse au Vénérable en disant Très Vénérable, (jamais Vénérable Maître,  ni autre appellation fantaisiste; quand on parle du Vénérable on dit le Vénérable.

 

I - Installation des Frères dans la Loge

La Loge est installée par tous les Apprentis, aidés par des Compagnons, sous la direction des Premier et  Deuxième Maîtres des Cérémonies qui vérifient que tout est conforme avant l’entrée du Vénérable (position correcte des Grands Chandeliers, présence de l’équerre sur le coussin bleu au pied de l’autel du Vénérable, etc.).

La veilleuse, sur l’autel du Vénérable, est immédiatement allumée.

Le Tableau de Loge est dissimulé aux regards de tous par un drap bleu dès sa mise en place sur le pavé mosaïque.

Dès que tout est en ordre, les Officiers, sauf les Surveillants et le Premier Maître des Cérémonies, prennent leur place.

Tous les Frères de la Loge, sauf ceux qui sont invités à faire partie du cortège, s’installent aux places indiquées par les Maîtres des Cérémonies.

Ceux-ci placent ensuite les Frères visiteurs qui ont été préalablement tuilés par le Premier Expert.

Quand tout est en ordre, le Deuxième Maître des Cérémonies prend place, debout au pied de l’estrade, coté Nord, face à l’axe de la Loge (donc vers le Midi) devant le plateau de l’Hospitalier. Il tient sa canne de la main droite, parallèlement au corps. Il ne prend pas la position d’ordre des Maîtres des Cérémonies (Travaux non ouverts).

Cas particuliers :

— Les Maîtres Installés, Vénérables Frères (VF) et Très Vénérables Frères (TVF) de la Loge, prennent place à l’Orient coté Sud (Soleil) ; ils peuvent faire partie du cortège d’entrée si le Vénérable le désire.

— Respectables Frères (RF) ou Très Respectables Frères (TRF) de la Loge, ils prennent place à l’Orient coté Lune; ils peuvent faire partie du cortège d’entrée si le Vénérable le désire.

— Vénérables (autres Loges) : ils doivent être placés au premier rang d’une des deux colonnes, et doivent ôter le bijou de Vénérable (l’équerre) de leur sautoir,

— Autres visiteurs de marque : ils sont placés de la même façon.

Le Vénérable fera monter à l’Orient les Visiteurs dont c’est la place, lorsqu’il sera à son plateau, avant d’ouvrir les travaux.

Attention si un visiteur de marque représente officiellement le GMP ou le GMN, il entrera en Loge après l’ouverture des travaux – maillets battants – et sera placé à l’Orient à la place du PMI.

Pendant ce temps là, sur le parvis, le cortège se prépare...

...à suivre

  *  

*          *

Pour vous aider à bien commencer la nouvelle année maçonnique

"Trois Pas en Loge bleue"

Les fondamentaux du Rite Français

Pour commander cet ouvrage, envoyer un mail à l'adresse figurant ci-dessous

797ème article

Partager cet article

Repost0
RF BB Blog-notes des Meuniers de la Tiretaine
30 juillet 2018 1 30 /07 /juillet /2018 20:19

Depuis mon initiation j'ai toujours noté la présence de cette "lumière" à l'Orient derrière le Vénérable. Sa forme est constante : un triangle (équilatéral ou isocèle) au centre duquel figure un œil d'où partent des rayons lumineux. Cet œil est ouvert, symétrique (ni droit, ni gauche) et n'évoque en rien l'œil d'Horus.

Ludovic Marcos dans son Histoire illustrée du Rite Français, donne la définition suivante dans le glossaire de son ouvrage :

« Triangle avec un œil en son centre symbolisant, soit le GADLU, soit une puissance spirituelle, soit un principe universel. »

Eric Saunier parle de "l'œil maçonnique dans un triangle rayonnant" quand il décrit le tableau (vers 1789) de J.-J.-FF Le Barbier, La déclaration des droits de l'homme et du citoyen où le Delta lumineux surmonte les tables de la déclaration des droits. Voir l’ouvrage La Franc-Maçonnerie édité par la Bibliothèque Nationale de France.

René Guénon dans un article intitulé "L'œil qui voit tout" in Etudes Traditionnelles de mai 1948, explique, entre autres, la nécessité de la symétrie de l'œil.

Le delta lumineux ne figure pas dans notre rituel d'Apprenti, ni dans le Régulateur de 1801, ni dans les quelques rituels antérieurs (1785, 1788). En particulier, l'instruction au grade d'Apprenti est muette sur le sujet. A aucun moment l’Apprenti ne découvre le Delta lumineux lors de son initiation.

Quand j'ai rédigé le chapitre sur les Lumières dans « Trois Pas en Loge Bleue », j'avais hésité à le mentionner et m'en étais ouvert à l'époque à notre regretté TRF Yves Beaurepaire qui fut le grand ancien et le référent du Rite Français de notre Loge.

Sa réponse est claire, elle figure dans un ouvrage auquel il a collaboré  "Le Rite Français, Étude des trois grades symboliques, Tome I : le Rituel d'Apprenti" J.-N. Gendre, Y. Beaurepaire, 2000 :

« Au Rite Français, le Delta lumineux n'est ni nécessaire ni obligatoire. Bien sûr s'il est en place on le laisse (!). [...] C'est la veilleuse rouge qui au rite français remplace le Delta lumineux. Son symbolisme est capital dans ce rite ; [...] elle est l'emblème de la toute puissance créatrice, créant et organisant le Temps et l'Espace de la Loge. »

Le Delta lumineux n'a rien à faire dans une Loge travaillant au Rite Français, mais comme le dit notre Frère Yves, s'il est là on ne va pas l'enlever !

Vos commentaires par mail uniquement à l'adresse tvfbb... habituelle (voir bandeau ci-dessous).

*   *   *

"Trois Pas en Loge bleue"

Les fondamentaux du Rite Français

Pour commander cet ouvrage, envoyer un mail à l'adresse figurant ci-dessous

796ème article

 

Partager cet article

Repost0
RF BB Blog-notes des Meuniers de la Tiretaine
24 juin 2018 7 24 /06 /juin /2018 17:09

Les FF. et leurs familles des  R.L. Trusatiles et Michel de l'Hospital se sont réunis autour d'une "somptueuse" paella* pour fêter Saint Jean le Baptiste au soir du jour le plus long de l'année.

Un rituel maîtrisé à la perfection, un bucher magistralement installé au centre d'une étoile tracée selon les anciens usages ont permis de clore de façon parfaite cette soirée où nous avons retrouvé les repères symboliques fondamentaux propres à notre rite.

Une ambiance fraternelle, chaleureuse autour du plus vif de tous les feux.

Vivat, vivat, semper vivat.

* maison, il va sans dire. De mémoire de vieux maçon, je n'en ai pas connue de meilleure.

 

Vos commentaires par mail uniquement à l'adresse tvfbb... habituelle (voir bandeau ci-dessous).

 

 

*

"Trois Pas en Loge bleue"

Les grands fondamentaux du Rite Français

Pour commander, ce livre envoyer un mail à l'adresse figurant sur le bandeau ci-dessous

795ème article

 

Partager cet article

Repost0
RF BB Blog-notes des Meuniers de la Tiretaine
17 juin 2018 7 17 /06 /juin /2018 11:23

Le 27 mai dernier nous avions publié le dessin ci-contre du Maître japonais Sengaï Gibon. en posant la question, "qu'évoque ce dessin pour vous ?".

Un jeune Maître, qui avait parfaitement identifié l'auteur de cette œuvre, a utilisé une planche à tracer pour nous envoyer, en guise de réponse, l'étude géométrique que voici :

Vos commentaires par mail uniquement à l'adresse tvfbb... habituelle (voir bandeau ci-dessous).

*

"Trois Pas en Loge bleue"

Les grands fondamentaux du Rite Français

Pour commander, ce livre envoyer un mail à l'adresse figurant sur le bandeau ci-dessous

794ème article

Partager cet article

Repost0
RF BB Blog-notes des Meuniers de la Tiretaine
10 juin 2018 7 10 /06 /juin /2018 12:37

Travail d'un Compagnon qui, sur proposition du Premier Surveillant, se prépare à subir les épreuves pour être élevé au sublime grade de Maître maçon.

Travail présenté devant les Maîtres de la R:. L:. Trusatiles (Rite Français).

 

A la gloire du Grand Architecte de l’Univers, Très Vénérable et vous tous mes Bien Aimés Frères, je vais vous dire ce que j’ai trouvé sur la colonne du Midi.

 

Après avoir changé de colonne, j’ai découvert de nouvelles perspectives du temple et mon œil a été attiré par le bijou du premier surveillant : le niveau.

Avec le fil à plomb du deuxième surveillant je me suis verticalisé ; cette verticale est la conscience de soi, permettant ensuite la connaissance de soi. Je me suis déplacé au sud et j’accède à cette nouvelle dimension horizontale. L’horizon. Quelles questions se posent au loin ? Quels nouveaux outils peuvent m’aider à travailler ? Et quel chemin ai-je parcouru ?

 

Profane

 

Nous sommes tous restés immobiles, un peu interdits, devant cette ligne du lointain. Julien Gracq écrit dans les Carnets du Grand Chemin : « Rarement je pense au Cézallier, à l’Aubrac, sans que s’ébauche en moi un mouvement très singulier qui donne corps à mon souvenir : sur ces hauts plateaux déployés où la pesanteur semble se réduire comme sur une mer de la lune, un vertige horizontal se déclenche en moi qui, comme l’autre à tomber, m’incite à y courir, à perte de vue, à perdre haleine ».

J’y ai pour ma part recherché spontanément la sérénité. En ville, l’horizon est difficile à voir. C’est peut-être la raison pour laquelle les tourments de la vie, les errances personnelles, les questions sur l’avenir - et les peurs qui vont avec - m’envoyaient dans des promenades solitaires en campagne qui m’apaisaient. Il y avait le silence, le rapport avec la nature sauvage, mais aussi cette ligne au loin, qui mourait derrière à mesure qu’une nouvelle naissait devant moi. Ce « vertige horizontal » était une véritable thérapie.

            Que l’on cherche à atteindre cette ligne et l’on finira par arriver sur un littoral. Si les promenades en campagne sont sources de calme, l’océan est chez moi un rêve d’aventures. Je n’ai jamais imaginé gravir l’Everest, mais que de navigations transocéaniques n’ai-je réalisées dans mon imaginaire. Immobile devant les rouleaux se brisant sur les rochers, je reste des heures entières sans vraiment savoir pourquoi, hypnotisé.

            Cette ligne d’horizon a obsédé les peintres. A travers la bibliographie que m’a donnée Bernard, c’est le dessin qui m’a fait réfléchir. Les différents paysages maritimes de Courbet ont des points communs : le ciel est menaçant, la mer hostile - Cézanne dira que « sa marée vient du fond des âges » -, et il existe au premier plan une déferlante dont le sommet vient au contact de la ligne d’horizon, la dépassant parfois. Il semble que la noirceur du ciel soit accordée à la violence de la mer et que cette vague nous pointe l’horizon.

            En essayant de comprendre tout ce qui a pu m’arriver depuis des années face à cet horizon, je retrouve la définition du Littré : « ligne circulaire, variable en chaque lieu, dont l’observateur est le centre et où le ciel et la terre semblent se joindre ». Je suis le centre d’un monde sensible. Il y a mes craintes, mes joies, mes peurs ; je construis des plans sur l’avenir, essaie de trouver des solutions, et arrive à gérer les émotions qui me submergent. C’est mon moi intérieur, mélange de quotidien concret et de tempêtes de sentiments. Mon corps.

J’essaie d’avancer encore, d’aller toucher cette ligne de fuite. Je m’imagine en bateau au large.  Il n’y a plus de terre ; seulement le ciel et la mer. Je visualise le cercle qui se déplace autour de moi. Comment mes nouveaux outils peuvent-ils m’aider ?

La Vague, Gustave Courbet, 1869/1870

 

Symbolique (étoile, 5, G / pierres)

 

Selon le rituel du compagnon, l’Etoile flamboyante est l’« emblème du génie qui élève aux grandes choses …/… le symbole de ce feu sacré, de cette portion de lumière divine ». La lettre G en son centre est le « monogramme d’un des Noms du Très Haut …/…résulte de ce qu’on explique par le mot Géométrie».

Voilà le cœur du sujet pour moi. Il se trouve que, passionné d’architecture, je m’amuse à dessiner des maisons depuis 30 ans. De la forme extérieure aux matériaux de construction, tout ce qui concerne la construction me captive. Avant mon augmentation de salaire, j’ai travaillé pendant des mois sur un plan de maison pentagonal (qui est le coeur de l’étoile, chacune des branches naissant sur chaque côté). C’est passionnant : on retrouve de nouveaux repères dans cette figure très rationnelle et très complexe où les proportions d’or sont omniprésentes. Après des mois de dessin j’avais toujours l’impression d’en être aux balbutiements. La géométrie atteint là une dimension divine.

Au milieu de l’océan, le marin imaginaire que je suis utilise la vue : je navigue grâce aux étoiles et au sextant. Faute de repères terrestres, c’est le ciel qui me guide. J’ai conscience de cet horizon qui apparaît : c’est un futur parmi plusieurs possibles.

     La somme de ces possibles me dépasse ; je ne les vois pas tous. Je n’ai pas le temps terrestre nécessaire pour tous les explorer, car ce temps terrestre est par essence limité.

Pourtant, l’observation des étoiles nous permettra d’établir un calendrier perpétuel. Et l’étoile, symbole d’infini, établira ainsi des cycles dans notre vie.

     En voyant le ciel et la terre qui se rejoignent, On me dit donc ce que je ne sais pas, On me montre l’invisible. J’explore mon inconscient, et je comprends que l’éternité est céleste.

Le livre transmis par Philippe lors de mon passage au grade de compagnon m’a permis d’approfondir mes connaissances. Le pentagone est inscrit dans un cercle ; en dessinant les rayons des 2 extrémités d’un côté et du sommet opposé on obtient un gamma, lettre grecque correspondant au hiéroglyphe égyptien sekhenet, signifiant « pilier du ciel », qui porte la treille de la vigne et le mât transversal du pavillon d’Anubis. La forme même de la lettre remplit cette fonction de soutien (alors que le gamma majuscule a une forme d’équerre).

Selon la Kabbale, les 2 branches représentent d’un côté la rigueur, la droiture et de l’autre l’amour, la générosité. Ces valeurs sont complémentaires : il y a le réfléchi et le spontané, le rationnel et l’émotionnel. Elles nous permettent de vivre pleinement notre destin et ainsi de rayonner.

On retrouve aussi ces cinq côtés dans les rosaces des vitraux de nos cathédrales, à travers lesquels les rayons du soleil illuminent l’intérieur de l’édifice. D’une autre manière on peut y voir le lien entre le céleste divin et le terrestre mortel.

Le g est le symbole de la gravité terrestre qui nous fait tenir debout, vertical sur terre. Celui-ci me rappelle mon précédent travail sur cette verticale qui permet à l’homme de progresser dans la connaissance et de s’élever. L’étoile flamboyante, c’est l’homme libre et accompli, remplissant ses devoirs, qui reçoit la lumière divine guidant ses pas.

J’ai dégrossi, poli la pierre brute, et suis arrivé à la pierre cubique « symbole des soins que se donne l’homme vertueux pour effacer les traces que le vice a faites sur lui ». Elle est surmontée d’une pointe qui a la forme d’une pyramide égyptienne.

Imaginons la forme de la figure de pliage nécessaire pour réaliser cette pierre cubique à pointe. Il y a un carré long positionné dans le sens de la hauteur (comme la nef d’une église), puis horizontalement 3 carrés côte à côte (figurant un transept), et enfin un pentagone surmontant l’ensemble (le chœur) qui apparaît sur cette figure dépliée.

Le cheminement du compagnon serait donc d’arriver à la lumière divine, de mieux la comprendre, quand l’apprenti ne la reçoit qu’en étant passivement ébloui.

 

Personnel

 

            Je vois un peu du chemin spirituel parcouru dans cette citation de Benjamin Constant : « Il n’y a personne, je le pense, qui, laissant errer ses regards sur un horizon sans bornes, ou se promenant sur les rives de la mer que viennent battre les vagues, ou levant les yeux sur le firmament parsemé d’étoiles, n’ait éprouvé une sorte d’émotion qu’il lui était impossible d’analyser ou de définir. On dirait que des voix descendent du haut des cieux, s’élancent de la cime des rochers, retentissent dans les torrents ou les forêts agitées, sortent de la profondeur des abîmes. »

            Cet horizon derrière lequel on veut aller voir est en fait un miroir permettant d’apprendre à nous connaître et qui nous permet de nous élever. Compagnon aujourd’hui, je me revois le jour de mon initiation dans la chambre de réflexion face au V.I.T.R.I.O.L. : au delà des références alchimiques, c’est le vrai sens de tailler la pierre brute que je comprends mieux.

            Visita : visite ; on m’intime l’ordre de rechercher, d’examiner avec les sens en éveil, car il va être nécessaire de faire un premier lourd travail.

Interiora Terrae : l’intérieur de la Terre ; on se retrouve plein d’humilité face à notre Créateur, et j’entends « Souviens-toi que tu es né poussière et que tu redeviendras poussière ». Il faut mourir profane avant de naitre maçon en recevant la lumière.

Rectificando : en rectifiant ; on doit se corriger, travailler, se débarrasser de nos préjugés et de nos passions pour nous améliorer.

Invenies : tu trouveras ; c’est une affirmation rassurante. Devant la violence de l’ordre une solution nous est promise.

Occultam Lapidem : la Pierre Cachée ; morceau de la Terre qui n’est initialement pas visible. Ce serait la Pierre Philosophale, la Vérité : une entité divine sans défauts.

            Mais, dans notre ordre, cette maxime doit-elle déjà figurer face au futur initié ?

           Il s’agit donc d’une introspection. Ce voyage intérieur rejoint la sagesse de Socrate « connais-toi toi même ». Centré sur moi, je prends conscience de ce que je sais, mais surtout de l’infinie complexité de ce qui m’entoure et de tout ce que je ne sais pas. L’horizon me mets donc en relation avec le divin, et m’élève en me révélant l’existence du cosmique, abstrait et spirituel. Ainsi je corrige mes erreurs de comportement. La solitude est propice à la réflexion ; sans avoir conscience de tout ceci, la sérénité que je ressentais dans mes balades venait de ces ajustements. Mon esprit.

Il conviendrait peut-être d’élargir cette réflexion à l’humanité toute entière : c’est notre tâche de maçon de faire le bien pour autrui, de donner à la multitude pour améliorer l’humanité. Ce dialogue entre nous et le Grand Architecte nous guide dans ce travail de notre vie.

Il en retourne de l’évolution de l’homme ; percevoir le sens de l’horizon éviterait des guerres. S’imprégner de cette nouvelle dimension de l’horizon, c’est faire une expérience de l’Amour infini.

 

Conclusion

 

Initié, je me suis bien verticalisé,

Et puis j’ai contemplé immobile ce lointain ;

Grâce à la bienveillance et l’aide de mes ainés,

La réflexion m’humanise, me révèle le Saint.

 

Un océan de données me prend dans sa houle,

Je commence à voir ce monde horizontal ;

Beaucoup plus vaste, sa richesse infinie me saoûle.

Ces nouvelles vagues de Connaissance me portent, me salent.

 

Avec le fil à plomb et le niveau je sais

Construire l’équerre, bijou du Vénérable ; c’est

Mieux comprendre la Lumière de notre loge ; je vais,

Par cette bienveillance, continuer à progresser.

 

Par cet horizon d’explications qui construit

Mon esprit, je vois sous un autre angle ce quoi vers

Tout homme doit tendre : rassuré, apaisé, il vit

L’amour du Grand Architecte de l’Univers.

 

Patient et ferme j’ai bien ouvert la porte à l’heure,

Et, comme après chacune de ces denses réflexions,

Enrichi, je poursuis le voyage intérieur

Sentiment d’éternité, étrange impression !

 

J’ai dit Très Vénérable.

Crépuscule en bord de mer, Caspar David Friedrich, circa 1821

Commentaires par mail uniquement à l'adresse tvfbb... figurant ci-dessous

*

"Trois Pas en Loge bleue"

Les grands fondamentaux du Rite Français

Le livre est disponible chez son auteur TVF BB au prix de 20 € + 5 € de frais de port. Pour le commander, envoyer un mail à l'adresse figurant sur le bandeau ci-dessous

793ème article

 

Partager cet article

Repost0
RF BB Blog-notes des Meuniers de la Tiretaine - dans Rite Français
27 mai 2018 7 27 /05 /mai /2018 10:40

Qu'est-ce que Dieu ?

Il est tout à la fois longueur, largeur, hauteur et profondeur.

Bernard de Fontaine, abbé de Clairvaux, 1090-1153, fondateur de l'Abbaye de Clairvaux, canonisé en 1174

Extrait de "De la considération", livre V, XIII-27

 

*  *  *  *  *

Encre sur papier réalisée par un peintre japonais.

De qui s'agit-il ?

Qu'évoque ce dessin pour vous ?

Réponse par mail à l'adresse tvfbb... figurant ci-dessous

*

"Trois Pas en Loge bleue"

Les grands fondamentaux du Rite Français

Le livre est disponible chez son auteur TVF BB au prix de 20 € + 5 € de frais de port. Pour le commander, envoyer un mail à l'adresse figurant sur le bandeau ci-dessous

791ème article

 

Partager cet article

Repost0
RF BB Blog-notes des Meuniers de la Tiretaine

Le Rite Français

  • : Le Blog du Rite Français
  • : Des fondamentaux, des usages, de la symbolique, du sens du premier Rite maçonnique
  • Contact

Librairie

Voir ci-contre,

à la suite de l'article du jour

Rechercher

Pages

Catégories