Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 janvier 2021 3 13 /01 /janvier /2021 14:07

Suite et fin de l'article du 7 janvier dernier...

 

Bien vivre le rituel impose de l'avoir compris; il doit donc être pensé, vécu et assimilé par chacun. Pour le décrypter il faut le travailler… Alors apparaissent un sens premier puis un sens second et nous nous apercevons que comme avec les poupées russes, il y a toujours à découvrir. Chacun doit s’approprier le rituel à son rythme : d’abord on l'accepte sans comprendre, puis on comprend le « comment », pour enfin saisir au mieux le « pourquoi ».

        Ainsi, l'apprentissage du contenu du rituel dégrossit et polit l'apprenti que nous resterons tous, ce qui nous permet, une fois intégré dans notre tête, de fraterniser dans le monde profane avec ceux qui sont placés plus haut ou plus bas que nous, puisque nous nous rappellerons toujours que chacune des pierres de l'édifice a la même utilité que celle qui est placée juste en dessous ou juste en-dessus d'elle et pas plus : enlever une pierre (celle-là ou une autre) et c'est l'écroulement de l'ensemble de la construction qui est promis.

        Il n'est donc pas étonnant que la Maçonnerie de Tradition à laquelle nous appartenons, se préoccupe autant de ce que cette transmission soit faite dans les règles.

        Transmettre le rituel, tout le rituel, rien que le rituel pour progresser, tel doit être notre but, le but du V.M mais également celui de ses S.S et de tous les officiers.

        Cette progression ne peut pas se faire dans "l'à peu près" d'un rituel avec lequel il serait loisible de prendre quelque libéralité que ce soit. Elle doit se faire dans la rigueur telle une "liturgie immuable" sans laquelle nous devrons assumer le déclin de notre Institution.  

        Si à chaque tenue, le rituel est plus ou moins amputé non seulement de ce qui est son fondement, mais ne serait-ce parfois que d'un mot, que va-t-il rester de nos valeurs dans un an ? dans 10 ans… ?

        Nous nous devons donc, V.M, F.F. S.S et vous tous mes F.F, de perpétuer le respect de nos signes, de nos symboles, de nos prières, sachant que tout est dans nos Rituels. A cet effet :

               - nos signes doivent être transmis tels qu'ils nous ont été enseignés et non plus ou moins approximativement. Que sont devenus selon les rites, la mise à l'ordre, le signe pénal, le signe de foi, le signe de fidélité… regardez autour de vous et souvent la personne qui vous est la plus proche, c'est à dire vous-même et cela est bien évidemment valable pour moi car ce n'est pas une leçon que je donne - Dieu m'en garde - mais une simple constatation que je fais.

                       . le signe pénal réalisé avec une main droite qui effectue une trajectoire plus ou moins contrôlée, souvent arrondie (souvent plus que moins d'ailleurs) et dont a disparu tout le symbolisme des angles droits, se rapprochant d’un moulin à vent En arrondissant les angles droits peut-être résoudrons nous la quadrature du cercle, et encore ce n’est pas sûr.

                       . la mise à l'ordre où rares sont ceux n'oublient pas d'effectuer un petit pas en avant et de placer le pied droit à l’équerre dans le creux du pied gauche, et pourtant tout cela nous est sans cesse répété dans le rituel à chaque initiation

                       . le signe de fidélité, la main droite placée sur le cœur mais le pouce à angle droit vers le haut et, pour ceux qui le font, le signe de foi, main droite, toujours sur le cœur, pouce droit replié vers le bas, tous se terminant en réalisant des angles droits

               mais aussi

                       . les coups de maillet du V.M et des S.S, leurs nombre, leur rythme selon les grades et les rites

                       . la déambulation des Experts dans la loge

                       . les attouchements …

               et cela qui est vérifiable à tous les grades, est d'autant plus pénible que le grade de celui qui l’exécute est élevé.

               - nos symboles dont il nous faut se rappeler sans cesse leur signification

                       . le niveau qui est le bijou du 1er S. et la perpendiculaire celui du 2ème S. ne doivent pas être placés au hasard. Leur place et leurs symboles sont répétés à chaque installation par le V.M alors qu'il les remet aux différents récipiendaires

                       . le compas et l'équerre placés sur le volume de la loi sacrée. De loin, cela ne se voit pas mais le V.S.L doit être placée de façon, selon les rites, à pouvoir être lu par le V.M ou par l’assistance, les pointes du compas étant dirigées vers le V.M comme une antenne directionnelle transmettant le texte sacré en permanence vers celui qui dirige la cérémonie et se doit de le renvoyer vers les F.F sur les colonnes par son bijou, l'équerre ouverte vers l'avant,

               - nos prières et plus généralement les textes des rituels dont la qualité ne saurait souffrir d’une interprétation plus ou moins oiseuse notamment lors des moments les plus émouvants de la cérémonie pour tous, mais aussi et surtout pour le candidat,

                       . comme c’est le cas lors de la prestation de serment par l'impétrant, et cela à tous les grades. Il est indispensable que le châtiment prévu au cas où le F. ne respecterait pas ses promesses prises sur la Bible, lui soit communiqué dans son intégralité, même si ce châtiment ne sera que moral.

                       . également pour la remise du tablier qui ne tolère pas de déviation.

        Concernant les textes des rituels et quel que soit le rite, je ne peux m’empêcher de vous faire part de mon étonnement, pour rester correct, du nombre de changements que j’ai pu vivre en un peu plus de 30 ans de maçonnerie. Étaient ils nécessaires ? Je n’ai pas vu de grandes modifications au niveau du fond, certes, mais je ne peux qu’espérer que ce n’était pas la conséquence de l’envie de ces rédacteurs zélés de laisser des traces de leurs passages, au demeurant, temporaires.

        C'est pourquoi mes F.F, si la F.M nous enseigne la tolérance, cette tolérance doit rester dans les limites qui nous ont été tracées avec justesse et précision car aucun rite ne tolère "l'à peu près", encore moins la médiocrité.

        Certes, cela nous demande un travail dur, voire pénible, long, pas toujours facilement accessible à chacun selon ses capacités et ses occupations extérieures de l'instant qui ne doivent pas pâtir du temps qui y serait consacré, mais le texte doit être récité ou lu fidèlement et surtout vécu par celui qui a à le dire, de façon à toucher tous les F.F sur les colonnes empêchant toute tendance à la somnolence hypoglycémique ou de lassitude.

        C'est à ce prix que la Tradition du Beau et du Bien sera perpétuée au cours d'une cérémonie quel que soit le rite dont les F.F. respecteront non seulement le fond mais également la forme des textes du Rituel, nous permettant d'avancer non seulement dans la Loge ce qui, si nous nous en tenions là ne servirait à pas grand-chose, mais également dans notre vie profane de tous les jours.

        En effet, les F.F doivent se rappeler, mais faut-il une fois de plus le redire, qu'ils sont F.F non seulement en Loge mais également dans le monde profane de tous les jours. Un petit coup de téléphone en période difficile comme celle vécue depuis mars 2020 ne serait pas de trop. Un service rendu dans toute entreprise avouable et légitime n'est malheureusement pas toujours apprécié à sa juste valeur et je ne parle pas du retour d'ascenseur qui tarde à venir, s'il vient un jour. Si vous êtes véritablement F., cela doit marcher dans les deux sens.

        Pour en terminer et en résumé, rappelons-nous que :

               - le Rituel maçonnique est la codification précise des pratiques du même nom.

               - le Rituel s’inscrit obligatoirement dans un Rite précis.

               - le Rite constitue l’esprit des pratiques sus nommées, le Rituel en étant la forme. 

               - les voies de la connaissance s’ouvrent par l’Initiation

               - l’Initiation se fait par le Rituel

               - donc le Rituel transmet ou, plus exactement, c’est le Rite et sa mise en application par le Rituel qui constitue l’acte de transmission.

                J'espère vous avoir fait comprendre, V.M et vous mes F.F, ma conception d’un Rituel tel que j’envisage sa nécessité et d’un Rite, tel que j'aime le vivre au cours d'une tenue et l'incidence que tout cela peut avoir dans ma vie profane.

        J'aimerai, tout au moins je l'espère y être arrivé, vous avoir fait ressentir l’intérêt d’un Rituel, de sa stricte application et de l’immuabilité de ses textes en Loge.

J’ai dit. 

T:. V:. F:.  J:.-P:.  B:.

                                                                  

837ème article

Deux ouvrages sur le Rite Français que vous pouvez vous procurer en vous adressant directement à l'auteur (adresse habituelle tvfbb.... voir l'encadré ci-dessous) ou en cliquant ici pour le Tome 1 et pour le Tome 2 

 

       

Partager cet article

Repost0
RF BB Blog-notes des Meuniers de la Tiretaine - dans Rite Français
7 janvier 2021 4 07 /01 /janvier /2021 16:31

Nous vous présentons tous nos vœux, les plus chaleureux, de bonne santé et de bonheur. Nous vous souhaitons paix, sagesse et sérénité. Nous espérons une année 2021... meilleure.

Merci de votre fidélité et de votre soutien.

R. F. Bernard B.

__________________________________

Pour ouvrir les travaux de cette nouvelle année, nous vous présentons, ci-dessous, le travail du T. V. F. Jean-Paul B. de la R. L. Michel de l'Hospital :

 

Un rituel, mais pour quoi faire ?

 

Nos plus vifs remerciements à notre F.  J.P. B.

 

 

UN RITUEL, MAIS POUR QUOI FAIRE ?

 

        Le 21 janvier 1989, vers 21 heures 30, le V.M de la Pierre Volcanique, qui présidait à la cérémonie de mon initiation, m’invitait, après m’avoir rendu la Lumière, à monter les trois marches qui nous séparaient pour le rejoindre afin qu’il me communique le mot et l’attouchement d’apprenti. Il m’a aussi ceint du tablier immaculé de l’apprenti franc-maçon, m’a donné une paire de gants également blancs et un Rituel du Grade d’Apprenti qu’il m’a conseillé de lire attentivement car il allait m’accompagner tout au long de mon parcours maçonnique.

        Je vous ai déjà parlé des décors comme la Voute Etoilée et le Pavé Mosaïque que j’avais découverts et dont la présence m’avait, s’il le fallait encore car j’avais fait une totale confiance à mon parrain, pleinement rassuré.

        Alors, en plus, apprendre que nos Tenues se dérouleront selon un Rituel, compte tenu de ce que ce mot signifiait déjà pour moi qui aimait avant cette date les choses « d’équerre », avait fini de me confirmer que je n’avais pas fait fausse route.

        Qu’est-ce que le rituel ? qu’est-ce qu’un rituel ?

               - s’agissant d’un nom, ce peut-être

                       . un livre liturgique

                       . un recueil des rites d’un culte

                       . un code de comportement et de communication (gestes, paroles, déplacements, attitudes) en ce sens il provoque une rupture avec le monde profane.

                       . un ensemble de règles et habitudes fixé par la tradition

               - s’agissant d’un adjectif, cela signifie

                       . qui constitue un rite

                       . qui a rapport aux rites

        C’est donc :

               - la mise en œuvre des rites d'une religion (gestes, symboles, prières)

               - mais également l'ensemble de comportements codifiés fondés sur la croyance de l'efficacité constamment accrue de leurs efforts grâce à leur répétition

               - et enfin l'ensemble des règles et des habitudes fixées par la tradition.

        Qu’est-ce qu’un rite ? ce mot a quatre acceptions :

               - c'est un ensemble des règles (qui se définissent comme un principe de conduite, une loi, un ensemble de statuts imposés par son fondateur à un ordre religieux - chez nous la règle en 12 points) et de cérémonies qui se pratiquent dans une Eglise, une communauté à vocation religieuse ou autre,

               - c'est également un ensemble de règles fixant le déroulement d'un cérémonial quelconque, religieux, maçonnique…

               - c'est aussi un acte accompli conformément à des règles et faisant partie d'un cérémonial précis (mais l'adjectif précis est-il utile puisque la précision, c'est le fait d'un cérémonial)

               - c'est enfin une manière d'agir propre à quelqu'un ou à un groupe social et revêtant un caractère invariable.

        C'est ce caractère invariable qui me paraissait le plus important quitte à paraître rétrograde mais je ne considère pas que cela soit incompatible avec une évolution raisonnée, humaine.

        Un mot de l’origine du mot "rite" : il dérive du sanscrit "rita" qui signifie "ce qui est semblable à l'univers". Ainsi, les rituels se veulent-ils le plus souvent des "copies, voire des mimes de l'univers". Le temps du rituel, l'homme devient, en quelque sorte, un dieu qui régit le monde.

        Nos rites en franc-maçonnerie se déroulent selon des règles proposées il y a bientôt 200 ans par les loges anglaises ce qui a eu pour effet de préserver, de façon immuable et intégrale - nous verrons plus loin ce qu’il en est, le déroulement des cérémonies aux 3 grades.

        Ce rituel réglait non seulement les cérémonies mais elles prescrivaient que le passage d'un poste d'officiant à un autre, se faisait par une pratique parfaite de son « rôle », selon le respect strict du rituel, pendant l'année maçonnique passée.

        Ainsi pour atteindre cette perfection, la cérémonie d'une loge doit être "jouée" par les officiants sinon par cœur, en tout état de cause sans ânonner.

        Concernant la pratique maçonnique dans la G.L.N.F sont apparus successivement différents rites que je citerai sans ordre chronologique, d’ailleurs je ne suis pas certain que cet ordre ait été clairement établi : Rite Ecossais Ancien et Accepté, Rite Ecossais Rectifié, Rite Français, Rite Emulation, Rite Standard d’Ecosse, Rite d’York… chacun d’eux ayant un Rituel qui lui est propre.

        Il n’est pas question de dire quel est le meilleur encore moins d’oser les opposer, et si meilleur il y a, cet avis ne peut qu'être personnel et de toute évidence, pour chacun, il est celui qui correspond le mieux à sa personnalité et à ses capacités.

        Dans la plupart de ces rites, les officiers lisent leur texte et les F.F progressent par la rédaction de planches symboliques ou philosophiques et l’écoute des travaux des autres.

        Dans d’autres, c’est le texte du rituel, récité par cœur, qui sert de système propre de transformation.

        En tout état de cause, la façon de travailler de chacun des officiants fait que, dans son "rôle", le V.M ne devrait rien apporter au rituel relevant de sa personnalité, de son métier, puisqu'il se doit d’assumer une fonction bien définie et un rôle à la pureté et l'intégralité irréprochable. Il est le chef d'un orchestre dont chacun des officiers doit jouer sa propre partition, peut-être, mais en se référant sans y déroger à un livret commun - le Rituel - sauf à délivrer une sensation de cacophonie difficilement supportable. Tel serait le cas d’un collège au rite Emulation dont les officiers liraient leur texte au lieu de le réciter par cœur ou de tout collège d’autres rites dont un officier, en lisant son texte, sauterait des lignes, voire une page (c’est du vécu).

        En ce sens le V.M en chair n'est qu'un des chaînons, certes le plus important, d'une lignée qui doit recevoir du précédent V.M ce qu'il devra transmettre à son successeur, sans altération aucune, sans en changer un iota.

        En effet, la transmission ce n’est pas seulement dispenser un savoir, c’est aussi et surtout de travailler à sa propre amélioration. C’est pour cela que la Franc Maçonnerie nous confie ses outils symboliques. On peut ainsi affirmer que le Rituel est l’élément par excellence de la transmission qui permet la communication de vérités essentielles appartenant à la Tradition. Et qu’est-ce que la Tradition si ce n’est un ensemble de vérités tant d’origine humaine que suprahumaine que l’on retrouve dans les différentes cultures, religions, légendes, mythes…, et que l’on transmet. La transmission est donc l’ensemble des processus par lesquels cette Tradition se transmet de générations en générations, soit oralement, comme c’était le cas autrefois voir les constructeurs des cathédrales dont d’aucuns se veulent les descendants, soit par écrit ce qui est devenu la règle, restant entendu que ce n’est pas la connaissance qui se transmet mais seulement la méthode. Cette connaissance, synonyme de Vérité vers laquelle l’initié progresse sans cesse sans jamais la posséder pleinement, raison pour laquelle il serait plus logique de parler de "voies de la connaissance".

        Le mot transmission, qui vient des mots latins "trans" qui signifie "au-delà" et "miterre" qui signifie laisser "aller". Ainsi, transmettre signifie "envoyer au-delà", au-delà de la mort pour se survivre, au-delà de soi pour communiquer des idées (pas ses idées) et au-delà des générations pour la pérennisation de la Tradition. Or ce mot tradition dérive directement du latin "traditio" qui signifie l'action de transmettre. La boucle est bouclée.

        Le mode de transmission, oral et gestuel, était celui qu'utilisaient les compagnons bâtisseurs qui ont construit nos cathédrales qui parsèment aujourd'hui l'Europe et qui ont été édifiées en seulement quelques deux siècles, à la gloire de notre créateur.

        Ces bâtisseurs se transmettaient leurs secrets oralement dans un local clos bâti à cet effet jouxtant l’édifice en construction, et qui s’appelait une "loge" dont l’accès était interdit aux profanes.

        Le savoir transmis devait l'être de façon immuable car il n'existait qu'une seule façon de bâtir beau - en l’honneur du créateur - et solide - pour les générations à venir - puisque la pierre brute était souvent dégrossie et taillée dans des carrières parfois lointaines, avant d'être amenée sur le chantier où elle devait s'adapter sans problème aucun à celle sur laquelle elle reposerait et à celle qui allait être placée par-dessus.

        Ce savoir devait donc être transmis avec la plus extrême précision afin que soit édifié ce modèle de Beauté, faisant référence à la Force du très haut et à sa Sagesse immense. On comprend alors le pourquoi de l’obligation de l’immuabilité de ce qui est à transmettre. Reste à comprendre pourquoi cela est également valable pour nos rituels ?

        En effet, c'est cela qui doit se passer dans nos loges.

à suivre...

vos questions et commentaires par mail à l'adresse tvfbb..., voir ci-dessous

836ème article

Deux ouvrages sur le Rite Français que vous pouvez vous procurer en vous adressant directement à l'auteur (adresse habituelle tvfbb.... voir l'encadré ci-dessous) ou en cliquant ici pour le Tome 1 et pour le Tome 2 

 

       

 

 

 

Partager cet article

Repost0
RF BB Blog-notes des Meuniers de la Tiretaine - dans Rite Français
17 juin 2020 3 17 /06 /juin /2020 16:48

L'épidémie virale nous a fait mettre la vie en Loge entre parenthèses. L'impérieuse nécessité de ralentir la diffusion du virus a entrainé la fermeture de toutes les Temples maçonniques. Les FF. ont eu la possibilité de se retrouver de façon informelle grâce aux visioconférences afin de maintenir un lien fut-il virtuel.

Interrogé sur l'organisation de Tenues virtuelles, le TVF J.-L. M. apporte une réponse claire et nette. Nous vous la livrons ci-dessous en le remerciant vivement de nous avoir donné l'autorisation de publier son texte.

Il est évident que la FM « opérative », celle qui construit réellement des cathédrales, ne peut être « virtuelle » ; cependant, on aurait pu s’attendre à ce qu’il soit possible de réaliser des « visio-tenues » virtuelles par les moyens informatiques dont on dispose à notre époque.

Pourtant la FM spéculative, symbolique,  «  virtuelle » n’existe pas et toute tentative de créer des tenues maçonniques à distance est interdite par le TRF J.-P. R., GM de la GLNF.

Pourquoi ?

C’est la question à laquelle je vous propose de répondre ensemble.

Cette question m’a paru liée à celle de savoir pourquoi au XXIéme siècle la FM utilise des gestes, des postures, des rituels imitant les Francs-Maçons dits « opératifs », constructeurs des cathédrales du Moyen Age ?

Une tentative de réponse à ces deux questions est peut-être possible en explorant comment le corps et l’esprit fonctionnent ensemble.

L’expérience de la vie nous montre que la connaissance du monde provient de notre expérience :

On ne peut savoir ce qu’est la fraternité, idée abstraite, que si on expérimente des comportements fraternels.

La FM dite « spéculative » du XVIIIéme siècle ne s’est pas trompée en proposant une expérience originale d’imitation des bâtisseurs du Moyen Age pour « faire d’un homme bien, un homme meilleur », et surtout pour se sortir du piège des violences religieuses et politiques de l’époque (et qui n’ont malheureusement pas disparues à la nôtre).

En proposant d’expérimenter des comportements non conflictuels à des personnes qui étaient étrangères les unes aux autres, la FM change notre représentation du monde.

L’expérience originale proposée par la FM est donc celle d’imiter ces bâtisseurs qui se servaient d’abord de leurs 5 sens et de leur mémoire pour transformer leurs conceptions de la vie et celle de la société.

Bien avant, Les Maçons « opératifs » avaient pris comme modèle les bâtisseurs bibliques du Temple du Roi Salomon.

On prête aux bâtisseurs du Moyen Age des comportements fraternelles d’entre aides en cas d’accident ou de besoins et surtout d’indépendance par rapport aux deux autorités prédominantes de l’époque : l’Eglise et le pouvoir seigneurial, la religion et la politique.

La « Loge », accolée au chantier de la cathédrale est leur lieu réservé et fermé à ceux qui ne sont pas maçons :  ils pouvaient s’y réunir en toute indépendance vis-à-vis des autorités religieuses et politiques  du temps.

En loge ils faisaient aussi l’expérience de la transformation de la matière, de la pierre, ils réalisaient des plans d’architectures qui seront soumis le lendemain à la réalité : la voûte tiendra-elle ou risque-t-elle de s’effondrer ?

L’expérience de la vie est leur seule source de connaissance :

en taillant la pierre brute, c’est le bruit du maillet à dégrossir, la sensation des vibrations dans le bras, la vue de la transformation progressive de la matière, le gout et l’odeur de la poussière qui transforme l’Apprenti en Compagnon.

L’expérience d’étapes successives est indispensable à la progression de l’homme et la FM spéculative procède de la même façon concrète :

On doit faire l’expérience de l’Initiation avant de devenir Apprenti, du Passage avant de devenir Compagnon et de l’Elévation avant de devenir Maitre.

 Pour devenir Compagnon ou Maitre, il nous faut tailler notre pierre en apprenant notre rituel.

L’effort de mémoire agit comme une expérience originale indispensable à notre changement et ne se limite pas aux mots du rituel mais aussi aux gestes, postures, attouchements, comportements spécifiques à chaque grade et qui seront répétés en séances dites d’« instructions » (ou de répétitions) et bien sûr en tenues régulières réelles et non pas «  virtuelles ».

En effet, l’expérience de la tenue ne s’improvise pas parce qu’elle est rituelle, reproductible, et qu’elle nous engage complètement corps et esprit.

Cette expérience de mémoire associant le corps et l’esprit est le fondement de la FM « spéculative » et durera toute notre vie de Francs-Maçons quel que soit notre grade ou notre fonction.

Comment l’expérience réelle des tenues maçonniques peut-elle changer ainsi notre représentation du monde ?

La construction de la conscience commence à être maintenant assez bien connue par l’imagerie cérébrale et par les sciences anthropologiques qui montrent l’importance de l’imitation des modèles de comportements efficients, ceux qui transforment nous-mêmes et le monde.

En effet l’expérience a bien montré que les changements durables de la société ne pouvaient se réaliser que par l’addition des changements individuels de chacun de ses membres.

Le Mahatma Gandhi l’a parfaitement exprimé en disant : « Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde ».

Cette réalité est reprise par le Point 4 de la Règle en 12 points de la GLNF :

« La FM vise, par le perfectionnement moral de ses membres, à celui de l’Humanité tout entière ».

Le cerveau est capable de transformer les données brutes de nos 5 sens et de les associer à la mémoire et aux émotions. Il en résulte ce que nous appelons la « conscience », c’est-à-dire une représentation cohérente du monde qui pourra lui donner du sens. Cette représentation nous est nécessaire non seulement pour notre survie mais aussi pour ordonner notre vie personnelle et en société.

En transposant à la FM on montre ainsi que notre expérience répétitive des tenues régulières, dans un environnement fermé et sécure, en faisant appel à notre mémoire et aux différents symboles, permet à notre cerveau de construire une représentation fraternelle du monde sans avoir besoin de faire appel ni aux représentations religieuses ni aux représentations politiques du monde.

Il ne faudrait pas oublier aussi le rôle très important de la musique en loge. C’est un langage émotionnel universel, pour construire un état de conscience apaisé et ouvert aux autres : la musique est peut-être l’exemple le plus évident pour comprendre l’impossibilité de dissocier corps et esprit, sens et conscience.

Le Maitre d’Harmonie de la Loge n’embellit pas les Tenues, il est à la source même des émotions qui participent à la l’expérience de la conscience.

La FM est donc tout à fait originale et moderne (dès le XVIIIéme siècle) en rejetant constitutionnellement en son sein les controverses religieuses et politiques (point 6 de la Règle en 12 points de la GLNF) et en nous faisant vivre une expérience originale plutôt que d’essayer de transmettre des soi-disant « connaissances » abstraites .

L’imitation, le mimétisme, est le moyen utilisé par la FM pour nous transformer et nous faire vivre des comportements fraternels et non plus conflictuels.

On connait les « gênes » qui agissent comme des réplicateurs capables de reproduire nos cellules à l’identiques, mais la notion de « mêmes » est moins connues.

Qu’est-ce qu’un « même » ?

La définition proposée par ceux qui utilisent ce terme est : « un élément de culture dont on peut considérer qu’il se transmet par des moyens non génétiques (allusions aux gênes par rapport aux mêmes) mais par imitation » ;

Les « mêmes » seraient apparus d’après les anthropologues il y a environ 10.000 ans chez Homo Sapiens uniquement (disparition de Neandertal), qui les utilisera pour la construction des maisons, des cités, de la société, de la civilisation.

Si nous imitons les FM opératifs, les « vrais bâtisseurs », c’est pour pouvoir permettre aux « mêmes » utilisés par ces bâtisseurs de se répliquer en nous et nous transmettre ainsi leur « élément de culture ».

L’« élément de culture » des maçons opératifs est contenu dans leurs organisation : la loge est un lieu sécure et séparé du monde « profane », celui de ceux qui ne sont pas Maçons.

Ils devaient aussi assurer par eux-mêmes le secours de ceux qui ne pouvaient plus travailler et de leurs familles : ils ont inventé le trésor de la Loge, le « tronc de la veuve », l’OAF.

En les imitant nous permettons aux « mêmes » comportementaux des anciens bâtisseurs de se répliquer en nous pour changer nos attitudes et nos comportements et prendre les leurs.

Mais cette réplication ne peut se faire que par la répétition régulière des « mêmes rituels » de façon rigoureuse au cours de cérémonies réelles en un lieu et un temps dédiés.

Une « tenue virtuelle » ne peut donc évidemment pas être efficace : il faut la Loge et ses décors, nos gants et nos tabliers, notre musique, et nos rituels.

Ainsi, et par l’expérience du corps et de l’esprit indissociables, la FM nous fait faire un « pas de côté » par rapport aux passions du monde profane, elle nous enseigne un bien précieux, celui de se comporter en « Frères » et c’est une vraie source de bonheur.

Le bonheur de se retrouver réellement ne peut se comparer à aucune autre réalité, en tout cas pas à celle des « visio-tenues » informatiques…

T. V. F.  J.-L. M.

Vos commentaires par mail à l'adresse tvfbb@... voir ci-dessous

833ème article

 

.

Partager cet article

Repost0
RF BB Blog-notes des Meuniers de la Tiretaine - dans Rite Français
29 janvier 2020 3 29 /01 /janvier /2020 15:52

Il est de tradition d'utiliser en Loge un calendrier particulier différent de celui qui prévaut dans notre vie quotidienne au-delà de la cordelière à houppes et lacs d'amour.

Un de nos mythes fondateurs fait remonter l'origine de la Maçonnerie à la création du monde selon la tradition de la Genèse.

Année du Monde 1, 4003 avant J.C.,

ADAM, notre premier ancêtre, créé à l'image de Dieu, le Grand Architecte de l'Univers, dut avoir les Sciences libérales, particulièrement la Géométrie, inscrites dans son cœur, car depuis la chute même, nous trouvons ces principes [inscrits] dans le cœur de ses descendants, lesquels principes, au cours des temps, ont été exposés [...]

Constitutions d'Anderson - Histoire

Cette datation se base sur les recherches d'un théologien calviniste James Ussher (cf encadré en infra).

L'ère maçonnique s'ouvre donc 4000 ans avant Jésus Christ, c'est ce que nous appelons l'Année de la vraie lumière (AVL), Anno lucis.

Il convient donc, pour obtenir l'année de la Vraie Lumière, d'ajouter 4000 ans au millésime de l'ère chrétienne.

Par ailleurs l'année de la vraie lumière commence avec le premier signe du zodiaque, le Bélier au mois de mars, et se termine avec le douzième, le Poisson en février.

Par principe nous n'utilisons pas le nom des mois mais leur quantième.

Formulation :

Le 17 février 2020 est le 17ème jour du 12ème mois de l'AVL 6019.

Le 2 mars 2020 est le 2ème jour du premier mois de l'AVL 6020.

RF BB - P.P. GLPA

828ème article

Partager cet article

Repost0
RF BB Blog-notes des Meuniers de la Tiretaine - dans Rite Français
5 janvier 2020 7 05 /01 /janvier /2020 21:31

Nous avons le grand plaisir de vous informer du réveil de deux Loges travaillant au Rite Français dans la Province de Bretagne

Tenue de Réveil des Respectables Loges

AR C' HREIZ N° 385 à l’Orient de  Saint Brieuc

LA BLANCHE HERMINE N°1539 à l'Orient de Lorient

Travaillant au Rite Français

le Samedi 11 janvier 2020 à 10 heures 00 très précises

Au cours de cette Tenue seront installés :

# le T:.R:.F:. J:.-L:. T:. en tant que Vénérable de la R:.L:. Ar C'Hreiz

le  T:.V:..F:. G:. M:. en tant que Vénérable de la R:.L:. La Blanche Hermine

ainsi que leurs Collèges d'Officiers.

___________________

Tous renseignements auprès de notre F:. G:. M:. Précepteur Provincial du Rite Français de la Province de Bretagne

Vos courriers par mail à tvfbb à l'adresse habituelle :

827ème article

 

Partager cet article

Repost0
RF BB Blog-notes des Meuniers de la Tiretaine - dans Rite Français
20 novembre 2019 3 20 /11 /novembre /2019 11:27

Pour tout renseignementt sur cette ouvrage s'adresser à l'auteur à l'adresse habituelle ci-dessous :

 

Partager cet article

Repost0
RF BB Blog-notes des Meuniers de la Tiretaine - dans Rite Français
20 octobre 2019 7 20 /10 /octobre /2019 15:14

Mozart en Loge, tableau réalisé par un auteur inconnu vers1790, Musée de Vienne. Mozart est assis en bas à droite à coté d'Emanuel Schikaneder, auteur du livret de "La flûte enchantée.

Suite ...

Un demi-siècle plus tard en Autriche, le 5 décembre 1784, le Secrétaire de la R\L\ Zur Wohlthätigkeit, La Bienfaisance, fait parvenir une invitation pour l’initiation du Kapellmeister Mozart aux LL\ sœurs de l’Or\ de Vienne. Mardi 14 décembre, Wolfgang Amadeus Mozart frappe à la porte de la maison tout près de chez lui, la maison « Zum rothen Krebsen » - Aux écrevisses rouges – ça ne s’invente pas !!! Il y reçoit la lumière comme apprenti franc-maçon au rite de la Stricte Observance ; ancêtre du Rite Ecossais Rectifié. Un mois plus tard, le 15 janvier 1785, il dédicace et interprète à son ami compositeur et frère Joseph Haydn, son dernier quatuor à cordes. C’est une répétition générale. Mozart est à l’alto, son père Leopold Mozart et Karl Ditters von Dittersdorf aux violons et Jean-Baptiste Vanhal au violoncelle. Pour la seule et unique fois de ses 23 quatuors, il commence par un mouvement lent, adagio, inquiet, sombre, ténébreux, dissonant, en ut mineur. Avec ses 3 bémols à la clef, il ouvre une porte, celle de la franc-maçonnerie pour atteindre la grâce, l’allégresse, cet allegro apaisé, lumineux, solaire, consonnant en UT Majeur, la tonalité de Dieu.

 « La Franc-Maçonnerie est une Fraternité initiatique qui a pour fondement traditionnel la foi en Dieu, Grand Architecte de l’Univers ».

Passer de la dissonance à la consonance est la première règle en harmonie. Le soir même du 15 janvier 1785, pour la R\L\ La Bienfaisance, voici la première entre frères du Quatuor des Dissonances. Le B\A\F\ Mozart taille une colonne d’harmonie inégalée dans l’histoire de la musique et livre de sublimes impressions d’initiation.

Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) > Quatuor en Ut Les dissonances >  Adagio-Allegro  > 2’55’’

« Mes pareils à deux fois ne se font point connaître,

Et pour leurs coups d’essai veulent des coups de maître. » (Corneille > Le Cid)

Et des coups de maître, en lien avec notre franc-maçonnerie, le Frère Wolfgang en composera jusqu’à l’Orient Eternel ; le trio des quilles, la musique funèbre maçonnique entre autre, ou ses trois dernières œuvres, l’aristocratique Clémence de Titus, la populaire Flûte enchantée et le divin Requiem.

Vous l’aurez compris mes FF\, si d’aucuns pensent que la musique n’a pas sa place dans nos tenues, elle apparaît la première fois en 1723, dans le chansonnier en annexe des constitutions d’un certain Anderson. Il reste alors tant et tant à chercher et à découvrir. Prenez un exemple : Outre qu’ils étaient musiciens, quel point commun existe-t-il entre Mozart père et fils, Haydn, Guénin, Boieldieu, le Chevalier de St-George, Johann Christian Bach, Rouget de L’Isle, Liszt, Wagner, Verdi et plus près de nous Sibelius, Gershwin, Copland, Barber, Nat King Cole, Louis Armstrong, Duke Ellington, Count Basie, John Coltrane, Lionel Hampton ? Bien sûr la liste n’est pas exhaustive. Je vous laisse chercher !

Pour conclure, la colonne d’harmonie, dont le terme apparaît en 1840 dans les registres du G\O\D\F\ est une colonne invisible.  Pas de rituel pour rigidifier son socle, pas d’ordre pour classifier sa forme, juste la liberté ; la liberté de chaque maître, compagnon ou apprenti au pupitre, pour laisser la force du langage universel nous entourer, porter la beauté de nos tenues et chercher dans la sagesse de l’expression, de l’interprétation, de notre propre intérieur, la voix du cœur, cet égrégore, ce chant que St-Grégoire le grand nous a légué par ces mots : « La musique élève les âmes vers Dieu ».

Et c’est bien Dieu et les anges qui doivent être charmés après avoir reçu la soprano qui a bercée mon enfance ; Bon voyage Madame Jessye Norman, votre si belle voix restera immortelle…

Anonyme populaire écossais ou irlandais  > Amazing Grace >  Jessye Norman  > 3’18’’

Jérôme V:.

Pour les FF:. de la R:.L:. Michel-de-L’Hospital à l’Orient d’Aigueperse

Le 30ème jour du 7ème mois de l’A:.V:.L:. 6019

 

Références discographiques

 

1- Hymne grégorien à St-Jean-Baptiste / Youtube > interprété par Janton

2- Goudimel / psaume XL / Après avoir constamment attendu / CD Harmonia Mundi > Psaumes de la réforme par l’Ensemble Clément Janequin

3- Bach / Joannes-Passion / Choral : O grosse Lieb, o Lieb ohn alle masse / CD DHM > St John’s Passion par la petite bande

4- Rameau / Les Indes Galantes / Entrée des Incas du Pérou / Air de Huascar / CD Harmonia Mundi > Les Indes Galantes par Les Arts Florissants

5- Mozart / Quatuor en Ut Les dissonances /  Adagio-Allegro / CD Naïve > Les six quatuors dédiés à Haydn par le quatuor Cambini

6- Anonyme populaire écossais ou irlandais / Amazing Grace /  CD Philips > Airs sacrés par Jessye Norman

___________________________________

Les indispensables du Rite français

Trois Pas en Loge Bleue, Usages et Fondamentaux - Tome I

Rite Français, Sens et Symbolique - Tome II

Disponibles chez l'auteur, voir adresse ci-dessous

822ème article

 

Partager cet article

Repost0
RF BB Blog-notes des Meuniers de la Tiretaine - dans Rite Français
18 septembre 2019 3 18 /09 /septembre /2019 16:21

A la suite du tome I "Trois Pas en Loge Bleue" sur les fondamentaux du Rite français,  nous avons le plaisir de vous informer de la parution du tome II consacré à la symbolique du même rite, sous le titre : "Rite Français, Sens et Symbolique"

 

« Dans ce deuxième opus sur le Rite Français, l'auteur s’est attaché à décrypter le sens des Tenues. Il nous propose par ailleurs une analyse verset après verset, du Prologue de l’Evangile selon saint Jean, avant d’aborder l’ésotérisme de la cérémonie de réception au premier grade. Il nous révèle comment il a découvert la symbolique maçonnique et en particulier celle de son Rite préféré. »

 

L'ouvrage est préfacé par le TRF GMP d'Auvergne.

Il est disponible chez l'auteur.

Tous renseignements auprès de l'auteur à l'adresse habituelle :

820ème article

 

 

Partager cet article

Repost0
RF BB Blog-notes des Meuniers de la Tiretaine - dans Rite Français

Le Rite Français

  • : Le Blog du Rite Français
  • : Des fondamentaux, des usages, de la symbolique, du sens du premier Rite maçonnique
  • Contact

Librairie

Voir ci-contre,

à la suite de l'article du jour

Rechercher

Pages

Catégories