Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 mars 2021 2 02 /03 /mars /2021 10:38

En ce deuxième jour du premier mois de l'A:. V:. L:. 6021, j'ai le plaisir de vous présenter, en deux épisodes, un morceau d'architecture de notre bien aimé Frère, le T:. V:. F:. Jean-Paul B:.

Vous avez été nombreux a apprécié ses derniers travaux que nous avons publiés sur ce blog sur les thèmes du Silence et du Rituel.

Merci d'adresser vos commentaires par mail uniquement à l'adresse habituelle (voir en bas de page dans l'espace librairie : tvfbb...).

RFBB

Du BLANC et du NOIR

au travers du PAVÉ MOSAÏQUE

et autres symboles de nos loges

 

               Mes bien aimés Frères

               Lors d’une de mes précédentes interventions, je vous avais entretenu de la Voûte Étoilée, cet espace infini qui se trouve au-dessus de nos têtes et des quelques modestes réflexions qu’elle m’avait inspirées.

               Aujourd’hui, je resterai, si j’ose dire, plus "terre à terre" puisque je vais revenir au niveau du sol où, le jour de mon initiation, j’ai découvert un rectangle dont l’aspect de damier noir et blanc me rappelait l’époque - lointaine - où j’essayais, tant bien que mal - plutôt mal d’ailleurs - de jouer aux échecs et celle plus récente et beaucoup plus familière du drapeau à damier lorsque j’officiais à l’occasion de courses automobiles.

               Il va sans dire que je n’ai pas compris immédiatement sa raison d’être ni même su s’il avait une raison d’être. Était-ce seulement un décor, si j’ose dire, banal ? J’ai appris un peu plus tard qu’il s’agissait symboliquement d’un carré long dont le rapport de la longueur à la largeur est le Nombre d’Or. Bref, cela était rassurant pour le nouvel initié que j’étais puisque je ne me trouvais donc pas totalement en terrain inconnu – quoique -, avec au-dessus de moi, la Voûte Ėtoilée et à mes pieds un assemblage de « couleurs » connues même si les échecs et la course automobile n’avaient strictement rien à faire en ce lieu mystérieux, je n’en doutais pas.

*    *    *

               Bien avant que l'Homme ne soit, bien avant que les animaux et la vie n'apparaissent, que les étoiles ne deviennent les "luminaires des cieux", que les végétaux ne sortent de terre, avant même que l'eau ne soit séparée du sec, au temps ancien où la Genèse nous enseigne qu'il n'y avait que les cieux et la terre, au premier jour de la Création :

             " Dieu dit : que la Lumière soit et la Lumière fût."

             " Et Dieu vit que la Lumière était bonne ; et Dieu sépara la Lumière d'avec les Ténèbres."

            " Et Dieu nomma la Lumière jour et les Ténèbres nuit. Ainsi fût le soir, ainsi fût le matin. Ce fût le premier jour."

               Pour les plus cartésiens, les plus scientifiques, au début il n’y avait qu’un infime point de couleur indéfinie - était-il incolore, noir ? blanc ? gris ? qui sait ? - et ce point qui contenait tout a été l’objet d’une explosion aussi soudaine que violente et qui fut d’une lumière infinie terrassant le noir préexistant non moins infini. Ce fût le Big Bang.

               Le Noir et le Blanc que l’on peut faire ainsi remonter au début de l’Éternité des Temps, étaient nés. Ce sont les deux premières "couleurs" citées dans la Bible même si le terme "couleur" n’est peut-être pas le mieux approprié puisque le premier est la résultante de l’absorption de toutes les longueurs d’onde visibles donc de toutes les couleurs par la matière et le second à l’inverse, la résultante de la réflexion de toutes les longueurs d’onde visibles. Il nous faudrait donc mieux parler de « teintes », les couleurs étant celles de l’arc en ciel, au nombre symbolique de sept, allant du violet au rouge en passant par l’indigo, le bleu, le vert, le jaune et l’orangé.

               En effet, il convient de préciser qu’une couleur visible est définie par sa longueur d’onde précise qui va de 380 nm pour le rouge à 740 nm pour le violet. En ce sens, tel n’est pas le cas du blanc et du noir qui n’ont pas de longueur d’onde propre : c’est pourquoi j’ai mis le mot « couleurs » entre guillemets. Le blanc et le noir ne sont donc pas des couleurs selon la définition physique de celles-ci.

         Après cette digression, un peu longue mais nécessaire, je reprends.

               De même que le Noir et le Blanc ont présidé à l’origine de tout, de même ils étaient omniprésents à mon Initiation,

                              - d'abord le noir, dans certains rites lors du passage sous le bandeau, puis lors du séjour obligé dans les Ténèbres du cabinet de réflexion et enfin lors de notre ou nos déambulations, les yeux recouverts du bandeau pendant la première partie de la Cérémonie d'initiation,

                              - avant que la Lumière du blanc ne nous soit aussi brutalement donnée par le V.M, réalisant en quelque sorte un Big Bang en modèle réduit,

                              - et enfin ultimement et conjointement, par la présence de ces deux « couleurs » enchevêtrées, quand j’ai découvert le Pavé Mosaïque où alternent dans quelque direction que nous le parcourions, les carrés blancs et les carrés noirs. Pour toutes ces raisons ce sont donc deux "couleurs" qui nous sont devenues rapidement familières.

               Cela nous rappelle aussi que nous travaillons de midi à minuit, ce qui nous fait voyager du blanc du jour au noir de la nuit en passant par toutes les nuances de gris crépusculaire.       

               Il devait bien y avoir quelques raisons symboliques de les retrouver sous nos pieds, dans nos boules pour voter et à la périphérie du tableau de loge. Il allait me falloir chercher leur raison d’être dans la Loge.

               Du point de vue physique nous avons vu que le Blanc est la contre-couleur du Noir et inversement. Chacun d'eux aurait pu se trouver aux deux extrémités de la gamme chromatique. Quelle que soit leur matité ou leur brillance, ils sont, je l’ai dit, l'absence ou la somme des couleurs. C’est en ce sens que le Noir est la « couleur » qui absorbe et efface toutes les longueurs d'onde visibles, n'en revoyant aucune alors que le blanc est celle qui renvoie la totalité de ces mêmes ondes visibles.

               Il est donc nécessaire, pour qu'il y ait couleur, qu'une source lumineuse émette et rayonne ses photons à travers l'espace, que ceux-ci viennent au contact de la matière qui les reçoit et s'en trouve révélée dans ses formes, dans ses volumes et, selon les longueurs d’onde qu'elles absorbent ou renvoient, dans ses couleurs. Et de fait les couleurs que nous voyons ne sont pas les couleurs réelles des objets mais celles que ceux-ci n’absorbent pas.

               De là découle certainement le symbolisme qui leur est rattaché.

               Je vais diviser la suite de mes propos en trois paragraphes, le premier concernant le noir, le deuxième le blanc et le dernier, la présence simultanée du blanc et du noir dans nos Loges

 

*    *    *

Le NOIR

 

               Le noir, faut-il le répéter, est la première « couleur » dans laquelle le profane est plongé lors de son initiation, tout d’abord dans le cabinet de réflexion puis lors des différentes déambulations jusqu’à ce que la lumière lui soit donnée. Ce noir est donc mal vécu.

               Ce Noir symbolise les Ténèbres, c’est-à-dire la couleur qui était "à la face de l'Abîme" avant le commencement de ce qui est, jusqu’au tout début de la Création du Monde selon la Genèse.

               Il symbolise donc le néant "préexistant". Il n’y avait rien ou si peu, cette mince tête d’épingle dont je vous ai déjà entretenu et qui contenait Tout. C'est donc une non-Lumière et aussi une non-Vie.

               De là, son utilisation pour symboliser la mort, le deuil, l'affliction et la tristesse dans de nombreuses civilisations (pas toutes cependant).

               C'est la couleur de la face cachée du tablier de M.M. dans certains rites, ce tablier qui est retourné en signe de deuil lors du passage à l’Orient Éternel d’un F.  à l’occasion de la batterie de deuil.

               Le Noir, c'est aussi ce dans quoi se meut la vie entière celui qui naît aveugle et où nous-mêmes nous nous déplaçons dans la profondeur de la nuit. Dans ces conditions pour tous, les reliefs s'effacent et disparaissent. C'est le néant, le chaos, l'impossibilité de prendre conscience de l'environnement et cela qui vaut pour l'absence de lumière physique peut être transposé à l'absence de lumière morale et spirituelle.

               C'est encore le froid qui confine au zéro absolu de l'intense noirceur des confins de l'infini de l'univers, là où toute vie - tout au moins celle du type que nous connaissons - est impossible car le mouvement moléculaire tend également au zéro.

               Puisque nous sommes dans l'astronomie, il faut dire un mot des trous "noirs", zones de matière hyperdense qui empêchent toute lumière et toute matière qui y entre, de s'en échapper ce qui tempère ce que je viens de dire un peu plus haut, cette densité étant aux antipodes du néant comme quoi les extrêmes peuvent se rattraper.

               C'est également la couleur de ce qui est obscur et donc de l'obscurantisme, cette doctrine qui refuse la raison et le progrès.

               Les anarchistes et les pirates l'ont choisi comme couleur de leur drapeau : elle est ainsi liée aussi au désordre, à la confusion et à la volonté d'anéantir.

               Avec le rouge du feu, le noir symbolise le Diable et les Enfers auxquels sont promis les mauvais.

               En héraldique, la couleur noire d'un blason, se nomme sable comme cette terre stérile où rien ne peut se développer normalement.

               C'est enfin la couleur intérieure dans laquelle est plongé le Temple avant l'ouverture des Travaux dans certains rites, ce qui contribue au recueillement des F.F. avant la Cérémonie et nous fait sentir que nous allons passer du niveau profane humain au niveau divin dans lequel nous pénétrons progressivement par l'allumage successif des lumières sur les plateaux du V.M et de ses S.S et sur les piliers Sagesse, Force et Beauté.

               De tout cela il ressort que le noir a, plus généralement, un côté négatif certain, d’où la couleur des boules que nous utilisons pour signifier un vote défavorable.

               Mais peut-être, nous faut-il atténuer ce jugement un peu trop rapide, trop global et se rappeler que le noir peut aussi être propice à la réflexion et à la méditation. C'est ce que nous retrouvons lors de notre passage dans le "cabinet de réflexion", où il est demandé aux candidats de méditer sur les inscriptions et les différents symboles qu'il contient et, dans certains rites dont le nôtre, de faire son testament philosophique.

 

à suivre...

 

 843ème article

Trois Pas en Loge Bleue  Fondamentaux du Rite Français

Dans ce premier tome consacré à la pratique du Rite Français l'auteur* s'est attaché à mettre à la disposition des jeunes maçons et des moins jeunes, l'ensemble des usages et des fondamentaux indispensables pour trouver sa place en Loge et vivre pleinement chaque Tenue. Les Officiers y trouveront une description précise de chaque office et des conseils pour rendre la Loge "juste et parfaite".

Format 230 x 150 mm ; pages Prix public 22 euros

 

 

Rite Français    Sens et Symbolique

Partant du principe qu'il faut comprendre ce que l'on fait pour bien le faire, l'auteur* nous présente dans ce deuxième tome, les outils nécessaires à la compréhension du Rite et à l'utilisation des symboles. Après avoir donné les clefs pour saisir le sens profond des différents temps d'une Tenue au grade d'apprenti, il aborde ensuite la symbolique maçonnique et en particulier celle de la lumière propre au Rite français, en étudiant les liens qui nous rattachent aux bâtisseurs de cathédrales. Il apporte d'autre part un éclairage symbolique sur le Tableau de Loge et les éléments figurés qui le composent. Une approche symbolique intéressante du Rite français. Ce livre a reçu le  Prix Blaise Pascal Arverna Masonnica, 2019

Format 230 x 150 mm ; 232 pages ; Prix public 22 euros

L'auteur* entré en maçonnerie il y a plus de trente ans, le RF Bernard B. s'est passionné pour le Rite français. Vénérable à plusieurs reprises, il est aujourd'hui Précepteur provincial de ce Rite et se consacre à apporter son aide à l'instruction des jeunes Frères.

Commande soit directement auprès de l'auteur par mail à l'adresse

ou en cliquant  ICI pour le tome I et LA pour le tome II

Pour être averti automatiquement de la parution d'un nouvel article, abonnez-vous (gratuitement et sans obligation) en inscrivant votre adresse mail dans la fenêtre ad-hoc (colonne de droite).

Le blog respecte la loi RGPD

Partager cet article
Repost0
RF BB Blog-notes des Meuniers de la Tiretaine - dans Planches
19 février 2021 5 19 /02 /février /2021 09:26

Arnstadt - 1706

De retour à Arnstadt, Johann Sebastian Bach retouva l'orgue de la Neue Kirche et le Consistoire.

Il fut accueilli fraîchement ! Il fut convoqué.

Trois mois d'absence, « Vous avez abusé de notre confiance, Herr Bach ». Mais s'il n'y avait eu que cela, une absence injustifiée. Depuis son retour les fidèles étaient perturbés et se plaignaient de ne pouvoir suivre le culte tranquillement.

« On ne vous demande pas de faire de la musique, on vous demande de combler le silence des âmes.»

Le Consistoire voulait «... une musique tiède.»

Bach était revenu de Lübeck, différent. Les épreuves subies au cours de ce long voyage éprouvant, sa rencontre avec Dietrich Buxtehude, les moments musicaux intenses, l'avait transformé. Il se sentait libéré, laissait son talent s'exprimer dans toute son inventivité et son originalité.

Bach était devenu Bach.

Face à l'incompréhension, à la réprobation des fidèles et du Consistoire, cela ne pouvait durer. En 1707 il quitta Arnstadt, cette ville si glaciale en hiver pour Mühlhausen, une ville douce au printemps où l'on était disposé à entendre sa musique.

Dietrich Buxtehude mourut en mai 1707. Bach fut dévasté par sa disparition. Pour surmonter sa peine, il fit ce qu'il savait faire. « Il écrivit un presque rien de Cantate.»

Gottes Zeit...

Gottes Zeit ist die allerbeste Zeit ! *

 

Je ne pouvais garder pour moi la découverte de ce roman de Simon Berger, Laisse aller ton serviteur. Peu de livres m'ont aussi profondément marqué.

J'ai réellement été fasciné par ce récit où Bach devient Bach ; le récit d'un voyage initiatique.

J'ai été séduit par l'écriture. Maîtrise absolue de la langue française, richesse du vocabulaire, libertés syntaxiques de bon aloi où l'on sent poindre parfois des influences germaniques, nombreuses références bibliques, musicales, précises et parfaitement choisies.

J'ai découvert chez ce très jeune auteur un sens aigu de la formule, avec des fulgurances :

«Il y a eu beaucoup plus de castrés chez les compositeurs que dans les chœurs vaticans.»

«L'autre lui répondit sur un ton de formulaire.»

«Mais dans le silence de son humilité, il faisait au fond de l'église la plonge de Dieu.»

...

J'ai apprécié une belle approche des rapports entre la Foi et la musique.

L'humour n'est jamais absent, avec un véritable morceau d'anthologie sur  «[...] le fardeau que ça peut être , un cul d'électeur de Thuringe.»  p. 39

Un lecteur initié, attentif, découvrira une symbolique omniprésente fort riche.

Quant aux Auvergnats, ils auront le plaisir de lire de jolis paragraphes sur Clermont-Ferrand et sur le doigt d'Urbain II.

Je vous laisse découvrir ce qui est pour moi un vrai joyau.

Bonne lecture.

RFBB

Notes

* Actus tragicus BWV 106

Vignette : console de l'orgue de la Neue Kirche à Arnstadt

Illustration centrale : l'orgue de la Neue Kirche facteur : Johann Friedrich Wender 1703

Bandeau en bas de page : les premières mesures de la Toccata en ré mineur

*  *  *

 

  • Éditeur : José Corti Editions (3 janvier 2020)
  • Broché : 111 pages
  • ISBN-13 : 978-2714312327
  • Dimensions : 13.5 x 1 x 18 cm

 

 

 

 

 

 

 

842ème article

Trois Pas en Loge Bleue  Fondamentaux du Rite Français

Dans ce premier tome consacré à la pratique du Rite Français l'auteur* s'est attaché à mettre à la disposition des jeunes maçons et des moins jeunes, l'ensemble des usages et des fondamentaux indispensables pour trouver sa place en Loge et vivre pleinement chaque Tenue. Les Officiers y trouveront une description précise de chaque office et des conseils pour rendre la Loge "juste et parfaite".

Format 230 x 150 mm ; pages Prix public 22 euros

 

 

Rite Français    Sens et Symbolique

Partant du principe qu'il faut comprendre ce que l'on fait pour bien le faire, l'auteur* nous présente dans ce deuxième tome, les outils nécessaires à la compréhension du Rite et à l'utilisation des symboles. Après avoir donné les clefs pour saisir le sens profond des différents temps d'une Tenue au grade d'apprenti, il aborde ensuite la symbolique maçonnique et en particulier celle de la lumière propre au Rite français, en étudiant les liens qui nous rattachent aux bâtisseurs de cathédrales. Il apporte d'autre part un éclairage symbolique sur le Tableau de Loge et les éléments figurés qui le composent. Une approche symbolique intéressante du Rite français. Ce livre a reçu le  Prix Blaise Pascal Arverna Masonnica, 2019

Format 230 x 150 mm ; 232 pages ; Prix public 22 euros

L'auteur* entré en maçonnerie il y a plus de trente ans, le RF Bernard B. s'est passionné pour le Rite français. Vénérable à plusieurs reprises, il est aujourd'hui Précepteur provincial de ce Rite et se consacre à apporter son aide à l'instruction des jeunes Frères.

Commande soit directement auprès de l'auteur par mail à l'adresse

ou en cliquant  ICI pour le tome I et LA pour le tome II

Pour être averti automatiquement de la parution d'un nouvel article, abonnez-vous (gratuitement et sans obligation) en inscrivant votre adresse mail dans la fenêtre ad-hoc (colonne de droite).

 

Le blog respecte la loi RGPD

Partager cet article
Repost0
RF BB Blog-notes des Meuniers de la Tiretaine - dans Lectures
8 février 2021 1 08 /02 /février /2021 15:18

Lübeck - Avent 1705

 

Johann Sebastian Bach rencontra le premier soir de son arrivée, à la Marienkirche*, Dietrich Buxtehude. Il découvrit enfin les sept cantates, Membra Jesu nostri, qui l'avaient bouleversé au point de lui faire parcourir à pied malgré le froid et la neige, les cent lieues** qui séparaient Arnstadt de Lübeck.

Dietrich Buxtehude était un vieil homme «Il avait quelque chose d'un vieux Christ [...] qui aurait vieilli.» Un personnage modeste, humble. Humilité d'un serviteur de Dieu. Humilité d'un immense génie pour qui la musique est un jeu. Un jeu, certes, mais « Un jeu du Moyen Âge.  C'est-à-dire un mystère en transe.»

Humble Buxtehude devant Dieu, mais intransigeant, inflexible Buxtehude face aux «fonctionnaires» des consistoires. Personne ne pouvait se permettre de lui ordonner Pas d’œuvres !

Il demanda à Bach de jouer. Bach joua. «L'église Sainte-Marie de Lübeck dut résonner sous les doigts de Bach, et sous le silence attentif de Buxtehude.»

Bach fut l'hôte de la famille Buxtehude pendant plusieurs semaines.

Buxtehude reconnut Bach comme son futur égal. Il y eut transmission de Maître à Disciple. Le Maître de Lübeck qui aurait aimé que Bach fut son fils — il imaginera en faire son gendre et son successeur — l'adouba.

« Ils échangèrent un regard complice. Par ce regard, l'un était augmenté, l'autre était confirmé. Lequel était augmenté ? Lequel était confirmé ? Trois cents ans après, on ne saurait plus dire. Quelle importance ? »

Après plusieurs semaines, Bach reprit le chemin du retour. A pied. A pied, « C'est la stricte définition de l'humilité.»

Il retrouva les paysages enneigés, la nature austère, le froid glacial, la solitude et le silence. Mais, si à l'aller il avait connu le doute, la tentation de renoncer, son retour se fit dans la joie et la sérénité, porté par sa foi en Dieu, sa passion pour la musique et le souvenir de Buxtehude.

Dix jours plus tard il arrivait à Arnstadt.

à suivre....
 

Notes

*   L'église luthérienne Sainte-Marie

** Quatre cent kilomètres

La vignette en début d'article, représente la plaque commémorative de la visite de Bach à Buxtehude en 1705. Église luthérienne Sainte Marie de Lübeck.

Les citations en italique sont extraites de l'ouvrage de Simon Berger  "Laisse aller ton serviteur".

841ème article

Trois Pas en Loge Bleue  Fondamentaux du Rite Français

Dans ce premier tome consacré à la pratique du Rite Français l'auteur* s'est attaché à mettre à la disposition des jeunes maçons et des moins jeunes, l'ensemble des usages et des fondamentaux indispensables pour trouver sa place en Loge et vivre pleinement chaque Tenue. Les Officiers y trouveront une description précise de chaque office et des conseils pour rendre la Loge "juste et parfaite".

Format 230 x 150 mm ; pages Prix public 22 euros

 

 

Rite Français    Sens et Symbolique

Partant du principe qu'il faut comprendre ce que l'on fait pour bien le faire, l'auteur* nous présente dans ce deuxième tome, les outils nécessaires à la compréhension du Rite et à l'utilisation des symboles. Après avoir donné les clefs pour saisir le sens profond des différents temps d'une Tenue au grade d'apprenti, il aborde ensuite la symbolique maçonnique et en particulier celle de la lumière propre au Rite français, en étudiant les liens qui nous rattachent aux bâtisseurs de cathédrales. Il apporte d'autre part un éclairage symbolique sur le Tableau de Loge et les éléments figurés qui le composent. Une approche symbolique intéressante du Rite français. Ce livre a reçu le  Prix Blaise Pascal Arverna Masonnica, 2019

Format 230 x 150 mm ; 232 pages ; Prix public 22 euros

L'auteur* entré en maçonnerie il y a plus de trente ans, le RF Bernard B. s'est passionné pour le Rite français. Vénérable à plusieurs reprises, il est aujourd'hui Précepteur provincial de ce Rite et se consacre à apporter son aide à l'instruction des jeunes Frères.

Commande soit directement auprès de l'auteur par mail à l'adresse

ou en cliquant  ICI pour le tome I et LA pour le tome II

Pour être averti automatiquement de la parution d'un nouvel article, abonnez-vous (gratuitement et sans obligation) en inscrivant votre adresse mail dans la fenêtre ad-hoc (colonne de droite).

 

Le blog respecte la loi RGPD

 

Partager cet article
Repost0
RF BB Blog-notes des Meuniers de la Tiretaine
1 février 2021 1 01 /02 /février /2021 11:00

Veille de confinement et de la grande fermeture des librairies, rayon roman. Au milieu de la foule qui se presse, je baguenaude, je flâne, je furète et cherche entre les piles de livres à bandeau rouge, la perle rare capable d'occuper les longues soirées qui s'annoncent.

Je tombe soudain en arrêt devant un petit livre à couverture blanche dont le titre m'intrigue, Laisse aller ton serviteur. Le nom de l'auteur m'est inconnu, mais celui de l'éditeur José Corti est pour moi la garantie d'un texte de qualité.

Je soupèse la chose, la retourne, la feuillette. Les citations en exergue – de J.-S. Bach et Martin Luther – m'intriguent : « Mit Fried und Freud ich fahr dahin in Gotts Wille...» Je vais selon la volonté de Dieu, joyeux et serein...

J'entame la première page et dès les premières phrases je sens, je pressens que je vais être accroché. Le soir même je succombe, je tombe sous le charme d'un roman magnifique servi par une très belle écriture.

Laisse aller ton serviteur est devenu depuis mon livre de chevet. Je suis fasciné par les mots, le style, le récit de ce qui est en fait un véritable voyage initiatique.

Cette lecture est un vrai bonheur, bonheur que je retrouve chaque soir en ouvrant cet ouvrage. Un bonheur que j'aimerais vous faire partager.

 

https://image.over-blog.com/gpBgmr5RwJFN3NAq_4N3y_Noekc=/filters:no_upscale()/image%2F1023840%2F20210130%2Fob_fb51ad_arnstadt-012.jpg

Nous sommes à Arnstadt pendant l'hiver 1705.

« Arnstadt est une ville glaciale en hiver. Plus que toutes les autres villes de Thuringe, Arnstadt, en hiver est une ville glaciale.»

L'organiste de l'église luthérienne, die Neue Kirche, un certain Johann Sebastian Bach, à peine âgé de vingt ans, jouait son rôle avec ferveur et discrétion. à la grande satisfaction des fidèles et des pasteurs, sa musique était aussi modeste que sa personne. Pas d’œuvres lui avait-on dit. En jeune homme croyant, bien éduqué, fidèle assidu, respectueux de la hiérarchie religieuse et laïque (consistoire), il obéissait maîtrisant un talent qui le poussait à se surpasser.

Un jour, il apprit qu'une nouvelle partition était arrivée à Arnstadt, une œuvre de Dietrich Buxtehude, le célèbre organiste et compositeur surnommé le Maître de Lübeck. Johann Sebastian découvrit une partition de musique sacrée, sublime,  composé de trois cantates. « Il passa tout le jour à écouter  des yeux...» jouant l'ensemble de l’œuvre dans sa tête. Ce fut un éblouissement. Quand il découvrit qu'on ne lui avait pas tout dit, que l’œuvre comptait en fait sept cantates sur un texte — une méditation sur les plaies du Christ crucifié — écrit en latin, par Bernard de Clairvaux, il entra en transe. Il lui fallait rencontrer, voir, entendre, toucher l'auteur de ce pur chef d’œuvre. Il obtint non sans difficultés, d'un consistoire réticent, l'autorisation  de s'absenter un mois et partit à pied vers l'auteur de cette musique écrite à la gloire de Dieu.

Mais Lübeck est à 100 lieues — quatre cent kilomètres — d'Arnstadt, l'hiver était glacial, la neige abondante. Qu'importe il prit la route et se dirigea vers le Nord

Ce fut un long voyage, difficile, une épreuve physique terrible. Johann Sebastian, découvrit, le silence, la solitude, une nature splendide mais parfois dangereuse. Il avança s'en relâche, guidé par sa foi en Dieu et son amour de la musique. Il fit de belles rencontres qui le réchauffèrent, des mauvaises qui le dépouillèrent. Mais le désir de rencontrer l'auteur des sept cantates le submergeait et l'amenait à se surpasser.

Arrivé à Lübeck, il chercha l'église dont Dietrich Buxtehude était l'organiste. Il le rencontra, le découvrit. Côte à côte à Sainte Marie ils écoutèrent l’œuvre  que le Maître fit exécuter pour eux seuls par des musiciens et des choristes.

« Ce fut beau à en mourir »

à suivre...

840ème article

Trois Pas en Loge Bleue  Fondamentaux du Rite Français

Dans ce premier tome consacré à la pratique du Rite Français l'auteur* s'est attaché à mettre à la disposition des jeunes maçons et des moins jeunes, l'ensemble des usages et des fondamentaux indispensables pour trouver sa place en Loge et vivre pleinement chaque Tenue. Les Officiers y trouveront une description précise de chaque office et des conseils pour rendre la Loge "juste et parfaite".

Format 230 x 150 mm ; pages Prix public 22 euros

 

 

Rite Français    Sens et Symbolique

Partant du principe qu'il faut comprendre ce que l'on fait pour bien le faire, l'auteur* nous présente dans ce deuxième tome, les outils nécessaires à la compréhension du Rite et à l'utilisation des symboles. Après avoir donné les clefs pour saisir le sens profond des différents temps d'une Tenue au grade d'apprenti, il aborde ensuite la symbolique maçonnique et en particulier celle de la lumière propre au Rite français, en étudiant les liens qui nous rattachent aux bâtisseurs de cathédrales. Il apporte d'autre part un éclairage symbolique sur le Tableau de Loge et les éléments figurés qui le composent. Une approche symbolique intéressante du Rite français. Ce livre a reçu le  Prix Blaise Pascal Arverna Masonnica, 2019

Format 230 x 150 mm ; 232 pages ; Prix public 22 euros

L'auteur* entré en maçonnerie il y a plus de trente ans, le RF Bernard B. s'est passionné pour le Rite français. Vénérable à plusieurs reprises, il est aujourd'hui Précepteur provincial de ce Rite et se consacre à apporter son aide à l'instruction des jeunes Frères.

Commande soit directement auprès de l'auteur par mail à l'adresse

ou en cliquant  ICI pour le tome I et LA pour le tome II

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
RF BB Blog-notes des Meuniers de la Tiretaine - dans Lectures
31 janvier 2021 7 31 /01 /janvier /2021 15:53

Le 31 janvier 2009 à 23 h 11 nous lancions le blog avec un premier article intitulé, excusez-nous du  peu :

Que nul  n'entre ici...

reprenant ainsi, en la faisant notre, la célèbre formule attribuée à Platon, Que nul n'entre ici s'il n'est géomètre.

Nous ne doutions de rien !

840 articles, 63 documents et onze ans plus tard, 348 287 lecteurs  ont consulté 604 899 pages et le blog du Rite Français est toujours vivant avec un lectorat quotidien en constante augmentation. Nous devrions atteindre les 300 lecteurs (différents) par jour cette année.

257 fidèles lecteurs sont abonnés* et avertis à chaque parution d'un nouvel article. Régulièrement des articles du blog sont "repostés" par d'autres sites maçonniques.

 

Le blog nous vaut un abondant courrier venant d'horizons maçonniques très variés  — GLUA, GLNF, GODF, GLF, GLCS, GLFF, DH, GLRF — et de quelques autres dont nous ignorions l'existence !

 

Le blog est sans frontière,  lu sous toutes les latitudes : Guinée, Sénégal, Côte d'Ivoire, Ile de la Réunion, Ile Maurice, Canada, Guadeloupe, Saint-Martin, Belgique, Italie, Espagne, Royaume Uni, Pologne, Suisse, République Tchèque etc.

 

Une mention particulière pour les FF. de la R.L. Erasmus Roterodamus à l'Orient d'Ustron en Pologne qui nous suivent et nous ont offert cette porcelaine maçonnique à l'occasion du dixième anniversaire de leur Loge.

Nous recevons régulièrement leur newsletter... heureusement les traducteurs automatiques fonctionnent car nos connaissances de la langue polonaise sont à tout le moins rudimentaires.

 

Quelques profanes férus de symbolique ou qui s'interrogent avant de se décider à frapper à la porte d'un Temple nous visitent régulièrement. Nous en avons parrainés plusieurs et établi des liens fraternels.

 

Merci à tous de votre fidélité et de votre chaleureuse fraternité qui nous est précieuse.

 

Vivat, vivat, semper vivat.

Votre serviteur

RF BB

ex tvfbb, webmaster

*L'abonnement est bien sûr gratuit. En donnant votre adresse mail vous serez averti à chaque nouvelle parution sur le blog

NB : vos commentaires sont toujours les bienvenus. Merci de nous les communiquer exclusivement par mail à l'adresse habituelle tvfbb[x]vt4c.ovh en remplaçant bien sûr les crochets et le x par l'arobase bien connu

Nous mettons  la dernière main à l'article intitulé « Récit d'un voyage initiatique » qui devrait paraître demain avant le coucher du soleil.

 

Trois Pas en Loge Bleue  Fondamentaux du Rite Français

Dans ce premier tome consacré à la pratique du Rite Français l'auteur* s'est attaché à mettre à la disposition des jeunes maçons et des moins jeunes, l'ensemble des usages et des fondamentaux indispensables pour trouver sa place en Loge et vivre pleinement chaque Tenue. Les Officiers y trouveront une description précise de chaque office et des conseils pour rendre la Loge "juste et parfaite".

Format 230 x 150 mm ; pages Prix public 22 euros

 

 

Rite Français    Sens et Symbolique

Partant du principe qu'il faut comprendre ce que l'on fait pour bien le faire, l'auteur* nous présente dans ce deuxième tome, les outils nécessaires à la compréhension du Rite et à l'utilisation des symboles. Après avoir donné les clefs pour saisir le sens profond des différents temps d'une Tenue au grade d'apprenti, il aborde ensuite la symbolique maçonnique et en particulier celle de la lumière propre au Rite français, en étudiant les liens qui nous rattachent aux bâtisseurs de cathédrales. Il apporte d'autre part un éclairage symbolique sur le Tableau de Loge et les éléments figurés qui le composent. Une approche symbolique intéressante du Rite français. Ce livre a reçu le  Prix Blaise Pascal Arverna Masonnica, 2019

Format 230 x 150 mm ; 232 pages ; Prix public 22 euros

L'auteur* entré en maçonnerie il y a plus de trente ans, le RF Bernard B. s'est passionné pour le Rite français. Vénérable à plusieurs reprises, il est aujourd'hui Précepteur provincial de ce Rite et se consacre à apporter son aide à l'instruction des jeunes Frères.

Commande soit directement auprès de l'auteur par mail à l'adresse

ou en cliquant  ICI pour le tome I et LA pour le tome II

 

 

Partager cet article
Repost0
RF BB Blog-notes des Meuniers de la Tiretaine - dans Vie du blog-notes
26 janvier 2021 2 26 /01 /janvier /2021 15:31

L'énigme présentée dans le dernier article a connu un vif succès (62 réponses). Deux FF. ont identifié le personnage. Toutes nos très chaleureuses et fraternelles félicitations pour leur perspicacité d'autant que l'énigme était difficile à résoudre et les indices un peu obscurs pour identifier...

Johann Sébastien Bach

 

L'indice essentiel était...  le concert dirigé par Mendelsohn à Berlin.

Explication.

Le 11 mars 1829, dans la salle de la Sing-Akademie de Berlin, un jeune pianiste d'à peine 20 ans, Jakob Ludwig Félix Mendelssohn Bartholdy, dirige un ensemble exceptionnel formé d'une part d'un double orchestre, le Philharmonische Gesellschaft associé à l'orchestre de la Chapelle royale et d'autre part des choristes de la Sing-Akademie, accompagnés par les plus grands solistes de l'époque.

La salle est comble. Le roi de Prusse Frédéric-Guillaume III accompagné de la famille royale est là. Une foule de près de mille personnes se presse, pour entendre une œuvre de Johann Sebastian Bach, une œuvre qui n'a jamais été interprétée depuis la mort de son auteur en 1750 : la Passion selon saint Matthieu.

Le succès est considérable et marque le grand renouveau de la célébrité de J.S. Bach,. célébrité dont Mendelsohn  sera un des plus fervents artisans.

Le concert du 11 mars avait été annoncé ainsi dans le Berliner Allgemeine Musikalische Zeitung :

Avis. Un événement important et heureux est sur le point d’arriver pour le monde musical, mais d’abord pour Berlin. Dans les premiers jours de mars la « Musique de la Passion selon l’Évangéliste Matthieu » de Johann Sebastian Bach sera donnée sous la direction de Monsieur Félix Mendelssohn Bartholdy. L’œuvre la plus importante et la plus sacrée du plus grand musicien voit ainsi le jour après avoir été dissimulée pendant près d’un siècle, une grande fête de la religion et de l’art.

Berliner Allgemeine Musikalische Zeitung, 6,1829, p. 6, cité in MARTIN GECK, Die Wiederentdeckung der Matthäuspassion im 19. Jahrhundert. Die zeitgenössischen Dokumente und ihre ideengeschichtliche Deutung, Regensburg, Gustav Bosse Verlag, 1967, p. 25.

_________

Référence bibliographique :

Veit, Patrice, Bach à Berlin en 1829 : une « redécouverte » ?, in Annales. Histoire.. Sciences sociales 2007/6  pp. 1347-1386

_________________________________________________________________________________

Dans le prochain article, nous vous présenterons un jeune auteur de grand talent qui raconte le voyage (initiatique) que fît J. S. Bach.

Un ouvrage fascinant qui mérite notre attention et dont nous pouvons tirer de belles leçons. A très bientôt.

839ème article

Trois Pas en Loge Bleue  Fondamentaux du Rite Français

Dans ce premier tome consacré à la pratique du Rite Français l'auteur* s'est attaché à mettre à la disposition des jeunes maçons et des moins jeunes, l'ensemble des usages et des fondamentaux indispensables pour trouver sa place en Loge et vivre pleinement chaque Tenue. Les Officiers y trouveront une description précise de chaque office et des conseils pour rendre la Loge "juste et parfaite".

Format 230 x 150 mm ; pages Prix public 22 euros

 

 

Rite Français    Sens et Symbolique

Partant du principe qu'il faut comprendre ce que l'on fait pour bien le faire, l'auteur* nous présente dans ce deuxième tome, les outils nécessaires à la compréhension du Rite et à l'utilisation des symboles. Après avoir donné les clefs pour saisir le sens profond des différents temps d'une Tenue au grade d'apprenti, il aborde ensuite la symbolique maçonnique et en particulier celle de la lumière propre au Rite français, en étudiant les liens qui nous rattachent aux bâtisseurs de cathédrales. Il apporte d'autre part un éclairage symbolique sur le Tableau de Loge et les éléments figurés qui le composent. Une approche symbolique intéressante du Rite français. Ce livre a reçu le  Prix Blaise Pascal Arverna Masonnica, 2019

Format 230 x 150 mm ; 232 pages ; Prix public 22 euros

L'auteur* entré en maçonnerie il y a plus de trente ans, le RF Bernard B. s'est passionné pour le Rite français. Vénérable à plusieurs reprises, il est aujourd'hui Précepteur provincial de ce Rite et se consacre à apporter son aide à l'instruction des jeunes Frères.

Commande soit directement auprès de l'auteur par mail à l'adresse

ou en cliquant  ICI pour le tome I et LA pour le tome II

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
RF BB Blog-notes des Meuniers de la Tiretaine - dans Enigme
21 janvier 2021 4 21 /01 /janvier /2021 20:50

 

Pour reprendre une tradition du blog, nous vous soumettons une petite énigme à résoudre avant de vous présenter, dans un prochain article, le récit (romancé) d'un voyage initiatique accompli par un personnage célèbre.

Voici quelques indices qui vous permettront, peut-être, d'identifier ce personnage et, pourquoi pas, découvrir le nom de l'ouvrage rapportant ce récit.

 

Merci de nous faire parvenir vos réponses par mail à l'adresse habituelle :

tvfbb... (voir dans l'encadré en fin d'article)

 

___________________________________

 

Nous laissons la parole à notre inconnu qui va se présenter lui-même :

 

« Vous me connaissez, au moins de nom, bien que n'appartenant pas à votre confrérie. Ma célébrité m'a survécu et a traversé les siècles sans décliner.

 

Je fais mienne cette citation de Martin Luther :

"Je vais selon la volonté de Dieu dans la paix et l'allégresse".

 

Je félicite Félix Mendelsohn Bartholdy pour ce concert magnifique à Berlin devant la famille royale. On dit que Frédéric-Guillaume III en avait les larmes aux yeux.

 

Mon premier maître fut mon père ; malheureusement, à l'age de dix ans j'étais orphelin.

 

En prenant connaissance du récit de mon voyage je me suis dit :

"Ce jeune auteur  s'est inspiré de l'évangile selon saint Luc. Il en a au moins lu le deuxième chapitre !"

 

838ème article

Trois Pas en Loge Bleue  Fondamentaux du Rite Français

Dans ce premier tome consacré à la pratique du Rite Français l'auteur* s'est attaché à mettre à la disposition des jeunes maçons et des moins jeunes, l'ensemble des usages et des fondamentaux indispensables pour trouver sa place en Loge et vivre pleinement chaque Tenue. Les Officiers y trouveront une description précise de chaque office et des conseils pour rendre la Loge "juste et parfaite".

Format 230 x 150 mm ; pages Prix public 22 euros

 

 

Rite Français    Sens et Symbolique

Partant du principe qu'il faut comprendre ce que l'on fait pour bien le faire, l'auteur* nous présente dans ce deuxième tome, les outils nécessaires à la compréhension du Rite et à l'utilisation des symboles. Après avoir donné les clefs pour saisir le sens profond des différents temps d'une Tenue au grade d'apprenti, il aborde ensuite la symbolique maçonnique et en particulier celle de la lumière propre au Rite français, en étudiant les liens qui nous rattachent aux bâtisseurs de cathédrales. Il apporte d'autre part un éclairage symbolique sur le Tableau de Loge et les éléments figurés qui le composent. Une approche symbolique intéressante du Rite français. Ce livre a reçu le  Prix Blaise Pascal Arverna Masonnica, 2019

Format 230 x 150 mm ; 232 pages ; Prix public 22 euros

L'auteur* entré en maçonnerie il y a plus de trente ans, le RF Bernard B. s'est passionné pour le Rite français. Vénérable à plusieurs reprises, il est aujourd'hui Précepteur provincial de ce Rite et se consacre à apporter son aide à l'instruction des jeunes Frères.

Commande soit directement auprès de l'auteur par mail à l'adresse

ou en cliquant  ICI pour le tome I et LA pour le tome II

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
RF BB Blog-notes des Meuniers de la Tiretaine - dans Enigme
13 janvier 2021 3 13 /01 /janvier /2021 14:07

Suite et fin de l'article du 7 janvier dernier...

 

Bien vivre le rituel impose de l'avoir compris; il doit donc être pensé, vécu et assimilé par chacun. Pour le décrypter il faut le travailler… Alors apparaissent un sens premier puis un sens second et nous nous apercevons que comme avec les poupées russes, il y a toujours à découvrir. Chacun doit s’approprier le rituel à son rythme : d’abord on l'accepte sans comprendre, puis on comprend le « comment », pour enfin saisir au mieux le « pourquoi ».

        Ainsi, l'apprentissage du contenu du rituel dégrossit et polit l'apprenti que nous resterons tous, ce qui nous permet, une fois intégré dans notre tête, de fraterniser dans le monde profane avec ceux qui sont placés plus haut ou plus bas que nous, puisque nous nous rappellerons toujours que chacune des pierres de l'édifice a la même utilité que celle qui est placée juste en dessous ou juste en-dessus d'elle et pas plus : enlever une pierre (celle-là ou une autre) et c'est l'écroulement de l'ensemble de la construction qui est promis.

        Il n'est donc pas étonnant que la Maçonnerie de Tradition à laquelle nous appartenons, se préoccupe autant de ce que cette transmission soit faite dans les règles.

        Transmettre le rituel, tout le rituel, rien que le rituel pour progresser, tel doit être notre but, le but du V.M mais également celui de ses S.S et de tous les officiers.

        Cette progression ne peut pas se faire dans "l'à peu près" d'un rituel avec lequel il serait loisible de prendre quelque libéralité que ce soit. Elle doit se faire dans la rigueur telle une "liturgie immuable" sans laquelle nous devrons assumer le déclin de notre Institution.  

        Si à chaque tenue, le rituel est plus ou moins amputé non seulement de ce qui est son fondement, mais ne serait-ce parfois que d'un mot, que va-t-il rester de nos valeurs dans un an ? dans 10 ans… ?

        Nous nous devons donc, V.M, F.F. S.S et vous tous mes F.F, de perpétuer le respect de nos signes, de nos symboles, de nos prières, sachant que tout est dans nos Rituels. A cet effet :

               - nos signes doivent être transmis tels qu'ils nous ont été enseignés et non plus ou moins approximativement. Que sont devenus selon les rites, la mise à l'ordre, le signe pénal, le signe de foi, le signe de fidélité… regardez autour de vous et souvent la personne qui vous est la plus proche, c'est à dire vous-même et cela est bien évidemment valable pour moi car ce n'est pas une leçon que je donne - Dieu m'en garde - mais une simple constatation que je fais.

                       . le signe pénal réalisé avec une main droite qui effectue une trajectoire plus ou moins contrôlée, souvent arrondie (souvent plus que moins d'ailleurs) et dont a disparu tout le symbolisme des angles droits, se rapprochant d’un moulin à vent En arrondissant les angles droits peut-être résoudrons nous la quadrature du cercle, et encore ce n’est pas sûr.

                       . la mise à l'ordre où rares sont ceux n'oublient pas d'effectuer un petit pas en avant et de placer le pied droit à l’équerre dans le creux du pied gauche, et pourtant tout cela nous est sans cesse répété dans le rituel à chaque initiation

                       . le signe de fidélité, la main droite placée sur le cœur mais le pouce à angle droit vers le haut et, pour ceux qui le font, le signe de foi, main droite, toujours sur le cœur, pouce droit replié vers le bas, tous se terminant en réalisant des angles droits

               mais aussi

                       . les coups de maillet du V.M et des S.S, leurs nombre, leur rythme selon les grades et les rites

                       . la déambulation des Experts dans la loge

                       . les attouchements …

               et cela qui est vérifiable à tous les grades, est d'autant plus pénible que le grade de celui qui l’exécute est élevé.

               - nos symboles dont il nous faut se rappeler sans cesse leur signification

                       . le niveau qui est le bijou du 1er S. et la perpendiculaire celui du 2ème S. ne doivent pas être placés au hasard. Leur place et leurs symboles sont répétés à chaque installation par le V.M alors qu'il les remet aux différents récipiendaires

                       . le compas et l'équerre placés sur le volume de la loi sacrée. De loin, cela ne se voit pas mais le V.S.L doit être placée de façon, selon les rites, à pouvoir être lu par le V.M ou par l’assistance, les pointes du compas étant dirigées vers le V.M comme une antenne directionnelle transmettant le texte sacré en permanence vers celui qui dirige la cérémonie et se doit de le renvoyer vers les F.F sur les colonnes par son bijou, l'équerre ouverte vers l'avant,

               - nos prières et plus généralement les textes des rituels dont la qualité ne saurait souffrir d’une interprétation plus ou moins oiseuse notamment lors des moments les plus émouvants de la cérémonie pour tous, mais aussi et surtout pour le candidat,

                       . comme c’est le cas lors de la prestation de serment par l'impétrant, et cela à tous les grades. Il est indispensable que le châtiment prévu au cas où le F. ne respecterait pas ses promesses prises sur la Bible, lui soit communiqué dans son intégralité, même si ce châtiment ne sera que moral.

                       . également pour la remise du tablier qui ne tolère pas de déviation.

        Concernant les textes des rituels et quel que soit le rite, je ne peux m’empêcher de vous faire part de mon étonnement, pour rester correct, du nombre de changements que j’ai pu vivre en un peu plus de 30 ans de maçonnerie. Étaient ils nécessaires ? Je n’ai pas vu de grandes modifications au niveau du fond, certes, mais je ne peux qu’espérer que ce n’était pas la conséquence de l’envie de ces rédacteurs zélés de laisser des traces de leurs passages, au demeurant, temporaires.

        C'est pourquoi mes F.F, si la F.M nous enseigne la tolérance, cette tolérance doit rester dans les limites qui nous ont été tracées avec justesse et précision car aucun rite ne tolère "l'à peu près", encore moins la médiocrité.

        Certes, cela nous demande un travail dur, voire pénible, long, pas toujours facilement accessible à chacun selon ses capacités et ses occupations extérieures de l'instant qui ne doivent pas pâtir du temps qui y serait consacré, mais le texte doit être récité ou lu fidèlement et surtout vécu par celui qui a à le dire, de façon à toucher tous les F.F sur les colonnes empêchant toute tendance à la somnolence hypoglycémique ou de lassitude.

        C'est à ce prix que la Tradition du Beau et du Bien sera perpétuée au cours d'une cérémonie quel que soit le rite dont les F.F. respecteront non seulement le fond mais également la forme des textes du Rituel, nous permettant d'avancer non seulement dans la Loge ce qui, si nous nous en tenions là ne servirait à pas grand-chose, mais également dans notre vie profane de tous les jours.

        En effet, les F.F doivent se rappeler, mais faut-il une fois de plus le redire, qu'ils sont F.F non seulement en Loge mais également dans le monde profane de tous les jours. Un petit coup de téléphone en période difficile comme celle vécue depuis mars 2020 ne serait pas de trop. Un service rendu dans toute entreprise avouable et légitime n'est malheureusement pas toujours apprécié à sa juste valeur et je ne parle pas du retour d'ascenseur qui tarde à venir, s'il vient un jour. Si vous êtes véritablement F., cela doit marcher dans les deux sens.

        Pour en terminer et en résumé, rappelons-nous que :

               - le Rituel maçonnique est la codification précise des pratiques du même nom.

               - le Rituel s’inscrit obligatoirement dans un Rite précis.

               - le Rite constitue l’esprit des pratiques sus nommées, le Rituel en étant la forme. 

               - les voies de la connaissance s’ouvrent par l’Initiation

               - l’Initiation se fait par le Rituel

               - donc le Rituel transmet ou, plus exactement, c’est le Rite et sa mise en application par le Rituel qui constitue l’acte de transmission.

                J'espère vous avoir fait comprendre, V.M et vous mes F.F, ma conception d’un Rituel tel que j’envisage sa nécessité et d’un Rite, tel que j'aime le vivre au cours d'une tenue et l'incidence que tout cela peut avoir dans ma vie profane.

        J'aimerai, tout au moins je l'espère y être arrivé, vous avoir fait ressentir l’intérêt d’un Rituel, de sa stricte application et de l’immuabilité de ses textes en Loge.

J’ai dit. 

T:. V:. F:.  J:.-P:.  B:.

                                                                  

837ème article

Deux ouvrages sur le Rite Français que vous pouvez vous procurer en vous adressant directement à l'auteur (adresse habituelle tvfbb.... voir l'encadré ci-dessous) ou en cliquant ici pour le Tome 1 et pour le Tome 2 

 

       

Partager cet article
Repost0
RF BB Blog-notes des Meuniers de la Tiretaine - dans Rite Français

Le Rite Français

  • : Le Blog du Rite Français
  • : Des fondamentaux, des usages, de la symbolique et du sens du premier Rite maçonnique
  • Contact

Librairie

Voir ci-contre,

à la suite de l'article du jour

Rechercher

Pages

Catégories