Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 juillet 2016 1 18 /07 /juillet /2016 15:08
Acrostiches
De Midi à Minuit

 

Dans un endroit couvert, connu des seuls maçons

Est recréé un temps d’une autre dimension

 

Moment privilégié du début des travaux

Il permet à chacun d’oublier ses métaux

D’un éclat maximum le soleil resplendit

Il est l’instant précis qui commence à midi

 

A l’heure où l’ouvrier peut œuvrer pleinement

 

Mais pour avoir vécu activement ce temps

Il doit de sa lumière en être le garant

Ne pas rompre son lien ni sa pérennité

Une fois refermé ce brin d’éternité

Il doit le transcender dans la profonde nuit

Tout en le prolongeant de midi à minuit.

 

Lina Chelli

avec son aimable autorisation

Acrostiches

"Trois Pas en Loge bleue"

Lire l'article de Yonnel G. en cliquant sur le lien http://www.regius-glnf.fr/article.php?id=1530

Le livre est disponible chez son auteur au prix de 20 € + frais de port. Pour le commander merci d'envoyer un mail à l'adresse ci-dessous :

Êtes vous Maître? -3-
Partager cet article
Repost0
RF BB Blog-notes des Meuniers de la Tiretaine - dans Textes
6 juillet 2016 3 06 /07 /juillet /2016 08:04
Des Surveillants et de leurs maillets

Dans le courrier des lecteurs une question est devenue récurrente  depuis peu :

« Pourquoi les Surveillants parcourent-ils les colonnes au début des travaux en tenant leur maillet sur la poitrine alors qu'ils devraient être à l'ordre comme l'a commandé le Vénérable ? »

Reprenons le rituel (p. 23)

Le Vénérable : — Debout et à l'ordre mes Frères.

Tous les FF. se lèvent et se mettent à l'ordre.

Il s'agit de l'ultime contrôle pour vérifier si la Loge est bien couverte intérieurement c'est-à-dire que nul profane (ou athée stupide, voire libertin irréligieux ! ) ne se cache parmi les Frères. Les Surveillants vont  ainsi vérifier, en remontant les colonnes dont ils ont la charge, la mise à l'ordre de chaque F.

Pour que cette étape ait un sens (principe de cohérence) il ne faut pas que les Surveillants, ni le Vénérable soient à l'ordre.

Mais surtout, les Surveillants exercent à ce moment là une inspection prévue par leur office. En effet, lors de leur investiture, le Vénérable leur a dit, en leur tendant leur maillet :

« Je place dans votre main ce maillet, emblème du pouvoir, pour vous habiliter à m'assister [...] pour faire régner l'ordre dans la Loge [...]. »

C'est pourquoi, les deux Surveillants doivent impérativement faire leur inspection avec leur maillet qu'ils tiennent dans la main droite, posé sur la poitrine, le bras droit étant vertical, parallèle au corps, et l'avant bras droit faisant un angle droit avec le bras.

N.B. Le Vénérable devrait tenir son maillet de la même façon pendant ce temps là, puisqu'il doit vérifier lui-même que les FF. à l'Orient sont à l'ordre.

Des Surveillants et de leurs maillets

"Trois Pas en Loge bleue"

 

Lire l'article de Yonnel G. en cliquant sur le lien http://www.regius-glnf.fr/article.php?id=1530

Le livre est disponible chez son auteur au prix de 20 € + frais de port. Pour le commander merci d'envoyer un mail à l'adresse ci-dessous :

Êtes vous Maître? -3-
Partager cet article
Repost0
RF BB Blog-notes des Meuniers de la Tiretaine - dans Rite Français
23 juin 2016 4 23 /06 /juin /2016 15:07

« Chercher à comprendre, c'est [...] la meilleure, peut-être notre seule justification. ». Ainsi s'exprimait un personnage célèbre dans un hebdomadaire national. Quelques années plus tard, il écrivait :

« Chercher à comprendre, c'est [...] la meilleure, peut-être notre seule justification. »

De qui s'agît-il ?

NB : Notre personnage, fort célèbre, n'était pas, à ma connaissance, Franc-maçon.

 

*   *   *

"Trois Pas en Loge bleue"

 

Lire l'article de Yonnel G. en cliquant sur le lien http://www.regius-glnf.fr/article.php?id=1530

Le livre est disponible chez son auteur au prix de 20 € + frais de port. Pour le commander merci d'envoyer un mail à l'adresse ci-dessous :

Êtes vous Maître? -3-
Partager cet article
Repost0
RF BB Blog-notes des Meuniers de la Tiretaine - dans Citation
18 juin 2016 6 18 /06 /juin /2016 13:55
De l'art d'utiliser un boutefeu en Loge

Tous les PMdC ont eu, un jour ou l'autre, maille à partir avec un boutefeu et y ont laissé parfois (souvent) leur paire de gants... Quelques conseils pour éviter de rompre l'harmonie de la Tenue à cause d'un boutefeu récalcitrant.

.

Boute-feu ou boutefeu :

Bâton garni à son extrémité d'une mèche pour mettre le feu au canon. (Littré)

Par extension, en franc-maçonnerie, l'outil utilisé par le Vénérable et le Premier Maître des Cérémonies pour transmettre la flamme de la veilleuse au chandelier à trois branches, aux trois grands chandeliers et aux chandelles des Surveillants lors de l'illumination de la Loge.

C'est un outil constitué d'un tube en laiton, le porte-mèche, dans lequel coulisse une mèche de coton imprégnée de cire ou de stéarine, appelée aussi queue-de-rat ou rat-de-cave. Le boutefeu comporte une poignée au dessus de laquelle est enroulée le surplus de mèche. Le porte-mèche peut-être fermé par un cabochon que l'on ne retrouve  jamais après la première Tenue.

L'outil est munie d'une petit cloche de laiton utilisée comme éteignoir, pour étouffer la flamme des bougies. Illustration ci-dessous.

Quelques suggestions à destination du PMdC :

– La mèche doit émerger du porte-mèche d'un bon centimètre, trop longue c'est une torchère, trop courte elle s'éteindra au cours de la déambulation.

– Toujours faire un essai d'allumage et d'extinction au cours de l'installation de la Loge.

– Si la flamme s'éteint avant la fin de l'illumination revenir vers le Vénérable en respectant le sens rituel. Le Vénérable rallumera le boutefeu à la veilleuse avant de vous le donner.  Reprendre sa déambulation. Dans le bon sens bien sûr. C'est certes une perte de temps, mais la cohérence symbolique l'exige.

– En fin de parcours, éteindre le boutefeu avant de le redonner au Vénérable en tirant la mèche en arrière. Ne jamais éteindre la flamme entre deux doigts sous peine de ruiner sa paire de gants. Ne jamais éteindre la flamme en soufflant dessus, la symbolique ne s'en remettrait pas.

De l'art d'utiliser un boutefeu en Loge

"Trois Pas en Loge bleue"

 

Lire l'article de Yonnel G. en cliquant sur le lien http://www.regius-glnf.fr/article.php?id=1530

Le livre est disponible chez son auteur au prix de 20 € + frais de port. Pour le commander merci d'envoyer un mail à l'adresse ci-dessous :

Êtes vous Maître? -3-

Partager cet article
Repost0
RF BB Blog-notes des Meuniers de la Tiretaine - dans Rite Français
8 juin 2016 3 08 /06 /juin /2016 16:48

A l'occasion de vos visites à des Loges amies, vous avez certainement été tuilé. En fait, l'expérience montre que les vrais tuilages sont rares et quand tuilage il y a, force est de constater une certaine diversité dans son usage et dans la qualité du "tuileur".

D'où quelques questions auxquelles nous allons essayer d'apporter des éléments de réponse, au moins pour informer ceux qui voyagent ainsi que ceux qui reçoivent, afin d'harmoniser la bonne pratique du "tuilage".

A bon tuilage, Loge bien couverte !

Vous avez dit tuiler ?

– « Dans le langage maçonnique, constater si celui qui se dit franc-maçon l'est en effet. » Paul-Emile Littré, Dictionnaire de la langue française.

– En Franc-maçonnerie, tuiler ou couvrir le temple, c'est le mettre à l'abri des intempéries qui résultent de l'intrusion des profanes, des influences de l'extérieur. (D'où l'expression il pleut !)  Trésor de la langue française.

Tuilage :

Le mot n'existe ni pour notre F. Paul Emile Littré, ni  dans le Petit Larousse illustré 2011.

Par contre il figure dans le Trésor de la langue française :

– « Contrôle des connaissances et de l'appartenance à la franc-maçonnerie » (LANGLOIS Fr.-maçonn. 1983)

– « manière qu'emploient les Francs-Maçons pour recevoir un membre dans leur société »

Il s'agit donc de vérifier que celui qui, étranger à la loge, désire participer aux Travaux, est réellement Franc-maçon.

Le tuilage, une obligation ?

OUI. Le Vénérable de la Loge, avant la cérémonie de son installation, a donné son assentiment inconditionnel aux Anciens Devoirs, Règlements, Us et Coutumes, en particulier au quinzième point :

«Vous promettez qu'aucun visiteur ne sera reçu dans votre Loge avant d'avoir été soigneusement tuilé [...] »

Dont acte.

Qui tuile ?

Le Premier Expert, est le seul officier habilité par le Vénérable à tuiler. Lors de l'investiture de cet officier, le Vénérable lui dit en lui remettant son sautoir :

« [...] Vous devez examiner les visiteurs qui se présentent [...]

Comment tuiler ?

Discrètement, avec le sourire. Il ne s'agit pas de mettre un Frère visiteur dans l'embarras.

Il convient de se présenter et de prévenir le Frère en l'accueillant par une accolade fraternelle qu'il lui faut répondre à quelques questions. Une ou deux suffisent, il ne s'agit pas du concours de l'agrégation en maçonnologie. Elles doivent obligatoirement faire référence à l'instruction au grade d'Apprenti qui est donnée en Loge. Mais si le Frère vient d'une Loge qui travaille à un rite différent, éviter les thèmes spécifiques du Rite Français. Les questions doivent être claires, précises et sans aucune ambigüité.

Quand tuiler ?

Dès l'arrivée du Frère. Le confier, après lui avoir laissé le temps de s'habiller et saluer les Frères de la Loge, au Premier Maître des cérémonies qui lui indiquera la place à laquelle il doit se mettre.

A bon tuilage, Loge bien couverte !

"Trois Pas en Loge bleue"

Lire l'article de Yonnel G. en cliquant sur le lien http://www.regius-glnf.fr/article.php?id=1530

Le livre est disponible chez son auteur au prix de 20 € + frais de port. Pour le commander merci d'envoyer un mail à l'adresse ci-dessous :

Êtes vous Maître? -3-
Partager cet article
Repost0
RF BB Blog-notes des Meuniers de la Tiretaine - dans Rite Français
5 juin 2016 7 05 /06 /juin /2016 08:42

Suite et fin de la réflexion du RF J.-P. A. pour répondre à la question « Etes-vous Maître ? ».

Nos remerciements chaleureux et fraternels à notre B.A.F. pour ce travail.

Êtes vous Maître? - 4 - (fin)

Le Rite Français affirme cependant que la Parole n’est pas perdue, et de fait elle circule même lors de la réception d’un nouveau Maître ; il y a eu substitution de peur que ses insuffisances, ces mauvais Compagnons intérieurs, ne mène le Maçon à faire un mauvais usage de la Parole véritable, source de désordre et de destruction de la création. La parole substituée n’est donc pas en elle-même porteuse d’un signe fondamental même si elle a l’avantage de nous rappeler que c’est du cœur que doit surgir l’énergie vitale nécessaire à la renaissance du récipiendaire, or la parole substituée est bien un cri du cœur poussé par les Frères qui découvrent le corps d’Hiram.

Mais ce qui compte en définitive, c’est la connaissance de la vraie Parole qui n’est autre selon le rituel que l’un des noms de Dieu, ce qui est une manière de souligner une fois encore que l’objectif de la démarche initiatique est la vie spirituelle, la rencontre avec la dimension divine qui prend sa source dans la Parole “Au commencement était la Parole et la Parole était avec Dieu et la Parole était Dieu“ (Jean, Prologue)

Comme Maître vous vous appellerez désormais Gabaon …“ La force de cette sentence réside dans sa brièveté et dans son caractère impératif. Le nom choisi indique en hébreu un “lieu élevé“ mais était aussi le nom de la capitale des Gabaonites, un peuple “d’hommes vaillants“ et très rusés, habitant le pays de Canaan, ils s’allièrent avec les Hébreux qui n’eurent pas d’autre solution que de combattre avec eux et même pour eux lorsque les Gabaonites s’attaquèrent à plus forts qu’eux !

L’autre événement très fort qui justifie le nom de Maître est bien entendu l’épisode par lequel Salomon fait sa demande à Dieu “Accorde donc à ton serviteur un cœur intelligent pour juger ton peuple pour discerner le bien du mal ! Car qui pourrait juger ton peuple, ce peuple si nombreux ?“ Ce Roi sollicita la Sagesse, mais littéralement il demanda le don de discerner pour rendre un bon jugement, et bien sûr sans Sagesse point de discernement … Salomon reçut donc la sagesse et il la reçut à Gabaon. Le nouveau Maître est donc un homme vaillant, habile et sage !

Mentionnons aussi le mot de passe, “Ghiblin“ qui est vraisemblablement la déformation de “Ghiblite“ ainsi que se nommaient les habitants de Guébal, une ville située proche du mont Gibel dont les artisans furent appelés, avec les Maçons de Tyr, à travailler pour le chantier du Temple de Jérusalem. Le concept d’élévation est toujours présent en même temps que l’origine très opérative du mot paraît dire au Maître « souviens-toi d’où tu viens“

Il y aurait encore à discuter de la signification du signe de détresse dont il est clair qu’il est un appel au ciel vers lequel les mains se lèvent en même temps que les paumes ouvertes semblent vouloir recevoir la grâce divine. Les mains couvrent la tête, symbole de la pensée et de la raison pour indiquer que c’est l’esprit qui est d’abord et essentiellement menacé chez le Maître, ce qui est logique puisque à présent c’est dans la dimension spirituelle qu’il est supposé faire son chemin. En même temps l’appel est lancé à ses Frères Maîtres Maçons comme lui enfant de la veuve : nul ne peut espérer faire seul la route vers le Très-Haut.

Enfin pour conclure et parachever cette cérémonie  au troisième grade, le Très Respectable dit : “Très Vénérable Frère Premier Surveillant, je vous envoie le nouveau Maître, afin que vous lui enseigniez à travailler en Maître…“

Le Premier Surveillant lui fait frapper trois coups (main fermée), la batterie du premier grade sur chacune des trois portes représentées sur le tableau, à l’Orient, à l’Occident et au Midi, en tournant en sens inverse des aiguilles d’une montre.

Il est à savoir que le nouveau Maître n’est pas dans le Temple mais dans la Loge et les portes auxquelles il frappe donnent accès au Temple (c’est à dire, redisons le encore, au Maçon lui-même, en voie de transformation pour accéder au monde spirituel qui est symbolisé par le Temple)

Il passe bien dans sa circumambulation par le Nord mais se désintéresse complètement de la porte qui y figure : il est en quête de Lumière et le Nord symbolise l’obscurité, le lieu où la lumière ne parvient pas ou du moins pas assez pour nourrir la démarche d’un Maître, elle n’est là qu’une lueur propre à éclairer sans éblouir l’Apprenti. En revanche il est très révélateur que la première porte à être frappée soit celle de l’Orient. Par ce choix le Maître réaffirme le but de sa quête, la Lumière, en consacrant à cette porte son premier effort, le Maître atteste qu’il a compris où était la source de toute lumière et que c’est de là et seulement de là que viendra l’achèvement de son périple, lorsque le temps de naître à la vie véritable sera venu.

Le retour ensuite à la porte d’Occident n’est pas sanction, c’est une invitation, sans cesse présente dans toute démarche initiatique, à accepter le retour en arrière qui n’est pas une régression, mais une prise de conscience, un regard sur le chemin parcouru. D’autant qu’on sait que cette porte-ci s’est déjà ouverte pour l’initié, y frapper c’est porter un regard de Maître sur le travail fait comme Apprenti et ainsi “valider“ la décision prise de bénéficier de l’initiation ; c’est enfin de compte le moyen pour le Maître de vérifier qu’il a opéré à partir de l’initiation virtuelle donnée par la Loge une initiation réelle qui va lui donner accès au Temple.

 

 

La marche peut alors reprendre mais cette fois en ayant conscience que le passage vers la Lumière, par l’ouverture de la porte d’Orient, ne sera acquis qu’au terme de nouveaux efforts, d’un travail continu mais rendu moins pénible par la vision du but poursuivi figuré par la sortie de la tombe (on se souviendra que lors de son initiation, la lumière avait déjà été montrée au candidat) ; ce sont les coups frappés à la porte du Midi qui symbolise cette volonté de poursuivre le travail, le Midi, dont la porte elle aussi s’est déjà ouverte, reçoit le Compagnon qui construit  et aussi le Maître qui trace les plans.

Comment ne pas faire le lien entre les trois portes où se présente le nouveau Maître et les trois vertus dont il devra recevoir la grâce pour poursuivre et parvenir à cet idéal : Foi, Espérance, Charité.

Conclusion :

Ce qu’affirme le grade de Maître, c’est que le Maçon, pas plus qu’un autre, n’envisage sereinement sa mort profane mais il a le privilège fondamental de savoir qu’elle ouvre des perspectives ! La Maçonnerie n’est pas une religion, elle n’annonce pas une rédemption, ne promet pas un paradis. Elle présente une suite de conditions au terme desquelles le contact avec le Divin devient possible. Certes ces conditions sont tout sauf faciles à remplir : fidélité à ses engagements, choix de la vertu, travail constant sur soi et sens du sacrifice, elles sont même si lourdes que ce n’est pas dans cette vie que l’initié peut espérer en venir à bout ; du moins a-t-il pris l’engagement d’en faire loyalement la tentative. Alors, c’est à lui et à lui seul qu’il est demandé de construire, on lui a pour cela redonné vie, par les cinq points parfaits, à chacune de ses fonctions vitales. Il s’est redressé, mis debout.

Et il s’agit désormais de ne pas dormir debout !

 

RF JPA/LCDP/28/04/16

740 ème article

Êtes vous Maître? - 4 - (fin)

"Trois Pas en Loge bleue"

Lire l'article de Yonnel G. en cliquant sur le lien http://www.regius-glnf.fr/article.php?id=1530

Le livre est disponible chez son auteur au prix de 20 € + frais de port. Pour le commander merci d'envoyer un mail à l'adresse ci-dessous :

Êtes vous Maître? -3-
Partager cet article
Repost0
RF BB Blog-notes des Meuniers de la Tiretaine - dans Rite Français
3 juin 2016 5 03 /06 /juin /2016 14:24

Le réveil d'une Loge est un toujours un évènement important et faste au sein de la fraternité maçonnique.

C'est pourquoi nous avons le plaisir de vous informer que les trois grandes lumières de la R.L. "Gwenn ha du" (Orient de Rennes) retrouveront leur éclat, le matin du quatrième jour du quatrième mois de l'AVL 6016 (samedi 4 juin), le TRF Jean-Louis T. tenant l'équerre.

Tous nos vœux les plus chaleureux et les plus fraternels de longue vie dans la plus parfaite harmonie.

Vivat, vivat, semper vivat.

Réveil d'une Loge au Rite Français

"Trois Pas en Loge bleue"

Lire l'article de Yonnel G. en cliquant sur le lien http://www.regius-glnf.fr/article.php?id=1530

Le livre est disponible chez son auteur au prix de 20 € + frais de port. Pour le commander merci d'envoyer un mail à l'adresse ci-dessous :

Êtes vous Maître? -3-
Partager cet article
Repost0
RF BB Blog-notes des Meuniers de la Tiretaine - dans Rite Français
2 juin 2016 4 02 /06 /juin /2016 11:26

Voici la troisième partie du travail de notre R.F. et B.A.F. Jean Paul A.

Êtes vous Maître? -3-

Relevons encore de nombreuses pistes qui nous sont offertes par le rituel pour nous inciter à étudier toutes les arcanes du grade, le devoir de fraternité et l’amour porté à l’autre sont bien soulignés par les mots même de la victime s’adressant à ses bourreaux : “malheureux !“, car si Hiram va mourir ce sont bien les assassins qui sont à plaindre car ils se privent d’accéder le moment venu à la Connaissance.

Mais on comprend aussi en suivant le récit qu’il est impossible de cacher pour toujours la vérité, de même qu’il n’est pas imaginable que la chute, aussi dramatique qu’elle soit ne permette pas un jour de se relever. C’est un thème très chrétien qui est ici sous-jacent, la tombe d’Hiram n’est que provisoire et son emplacement est indiqué par une branche d’acacia ! On sait que le bois de cet arbre est réputé imputrescible contrairement à la chair cachée sous la terre où il prend racine ! L’architecte est mort et bien mort, il ne ressuscitera pas mais sa chair mêlée à la terre nourricière donnera du fruit comme Jean l’a rappelé “Si le grain ne meurt pas en terre il reste seul, s’il meurt il porte beaucoup de fruits“.

Ce qui est attesté encore par le fait que c’est à cet instant que le Maître de la Loge fait rallumer les bougies et éteindre les lampes. Comment mieux indiquer que la lumière qui jaillit désormais n’est plus de nature profane ? Qu’elle est d’une autre nature que celle qui brillait dans les grades antérieurs ! Cette lumière nouvelle, c’est celle d’une renaissance.

Mais cette nouvelle naissance il a fallu la vouloir profondément et accepter le sacrifice de sa vie pour l’obtenir, c’est aussi l’acacia incorruptible qui nous ramène au devoir de respecter nos engagements. Il est un bois dur mais qui s’arrache sans peine lorsqu’il n’est pas planté sur un sol adéquat, comme il est des initiés qui se refusent aux efforts indispensables à leur transformation profonde. Ce travail difficile se traduit encore par les difficultés à retrouver le corps de l’architecte, figure de la Connaissance.

Ils sont neuf Maîtres au Rite Français à mener les recherches (le nombre neuf représentant à lui seul une symbolique très riche), ils font un circuit autour de la représentation centrale, ce qui incontestablement tend à restaurer, redessiner un espace sacré là où s’était installé le désordre et comme ces déambulations se font dans le sens de la course du soleil, on redéfinit aussi un temps sacré. Cette reconstruction se fait à l’occident autour de l’équerre et à l’orient autour du compas relié par un axe dont le point central est le Maître assassiné. C’est évidemment de cette construction nouvelle que va rejaillir la vie mais une vie nouvelle, différente, d’une autre nature que celle qui ici s’est achevée. Le rituel est d’ailleurs très explicite : au terme des déambulations, les Maîtres découvrent l’objet de leur recherche grâce à une “vapeur“ qui s’élève ; cette vapeur, c’est évidemment le souffle, l’esprit créateur qui n’a pas disparu de ce corps dégradé tout simplement parce que la part de Divin qui est en chaque être est construit à l’image du créateur comme l’affirme la Bible. La recherche du corps de l’architecte n’a pas pour but de lui rendre de vains hommages mais bien de retrouver le souffle qui ne meurt pas ; et comme nous sommes par notre accession à la maîtrise tous architectes, le rituel une fois encore souligne que notre mort à la matérialité est le passage obligatoire à la libération de notre part de souffle, de notre nature spirituelle.

Il faut donc se relever ! Ou plutôt être relevé car ainsi qu’il est écrit dans le rituel “c’est en vain que les hommes prétendent construire, si le Grand Architecte ne daigne construire lui-même“. Preuve en est que les tentatives avec les mots d’Apprenti et de Compagnon demeurent vaines ; la force et la persévérance sont nécessaires mais insuffisantes et doivent être unies, liées par une volonté venue de l’orient, c’est-à-dire par la lumière, l’énergie principielle ici figurée par le Vénérable. Les trois qui interviennent rappellent aussi que la renaissance ne peut survenir qu’au terme d’une longue évolution de l’être qui exige que d’abord “la chair quitte les os“. Bien sûr la mort demeure pour chacun de nous le scandale ultime ; corps et esprit se désunissent et tout devient poussière, c’est une réalité qu’on supporte plus ou moins bien mais auquel nul ne peut échapper !

Le Maçon régulier, et donc homme de foi par définition, sait que la mort, même dans sa conception profane, n’est pas disparition mais transformation ; plus encore son combat vise à faire que cette transformation se traduise par la création d’une énergie parce que l’énergie est un souffle créateur, celui-là même dont il a été le bénéficiaire par la volonté, l’énergie, du créateur. La mort “naturelle“, donc profane, n’est en rien la Mort qui est l’impossibilité de la transformation positive.

Un point essentiel à saisir est que la cérémonie du troisième grade n’est en aucun cas une résurrection, celle-ci est réservée à Dieu. C’est la naissance d’un autre être, ce qui d’ailleurs obligera à lui donner un nouveau nom dont nous reparlerons. Nul ne nous demande d’être l’architecte qui est mort et bien mort avant d’avoir terminé son œuvre. Comprenons ici que nous ne pouvons décidément pas aboutir en ce monde, aurions-nous été aussi exemplaire qu’Hiram, mais qu’il nous faut tendre à la perfection, autant que faire se peut et surtout que faire se veut, si nous avons obtenu de renaître différents et n’en tirons pas les conséquences, à quoi bon ?

Être vivant, c’est être debout ; le relèvement se fait selon une “procédure“ très particulière puisqu’elle requiert à la fois l’utilisation d’une gestuelle et d’une posture spécifique et la transmission d’un mot. Le tout vise à soustraire le récipiendaire à la mort, c’est-à-dire à la tentation de rester dans la matérialité, de demeurer immobile et au repos là où il faut avancer et lutter. Il s’agit d’ériger à nouveau une colonne entre la terre et le ciel, de rouvrir un pont entre le bas et le haut. D’où l’utilisation nécessaire des cinq points qui sont parfaits dans la mesure où ils établissent les contacts indispensables au passage de l’énergie du vivant vers celui qui doit renaître. Dès lors les cinq points permettent cette reconstruction, ils rassemblent ce qui est épars, amènent le récipiendaire dans une position où il découvrira, à travers son double, l’être qu’il est devenu, en même temps que la voie qu’il est invité à suivre.

A cette gestuelle est liée la transmission d’un mot qui ne peut-être utilisé que lors de la réception d’un nouveau Maître et dans la posture requise ou lors d’un tuilage. A dire vrai, le mot de Maître n’a qu’une importance très relative, ce  qui importe véritablement c’est que l’initié comprenne et vive au plus profond de lui-même la transformation de son être que figure la cérémonie d’élévation. Ce n’est pas chose facile que de ressentir qu’on fait un saut dans un monde nouveau et inconnu lorsque, quelle que soit la bonne volonté qu’on y met, on est toujours dans un endroit connu, avec les Frères habituels et que nul buisson ardent n’illumine les lieux, qu’aucune voix ne descend des cieux !

Et pourtant , c’est dans ces instants que la chair doit quitter les os pour que naisse un homme nouveau, non pas débarrassé des os ni de la chair mais potentiellement devenu “corps de lumière“. C’est parce qu’elle symbolise cette transformation, cette transfiguration que la Parole est “Sacrée“ et qu’elle doit, de ce fait, n’être donnée de la manière appropriée qu’en un lieu et un temps sacrés “après s’être assuré que celui qui vous la demande est Maître“

à suivre

Êtes vous Maître? -3-

"Trois Pas en Loge bleue"

Lire l'article de Yonnel G. en cliquant sur le lien http://www.regius-glnf.fr/article.php?id=1530

Le livre est disponible chez son auteur au prix de 20 € + frais de port. Pour le commander merci d'envoyer un mail à l'adresse ci-dessous :

Êtes vous Maître? -3-
Partager cet article
Repost0
RF BB Blog-notes des Meuniers de la Tiretaine - dans Rite Français

Le Rite Français

  • : Le Blog du Rite Français
  • : Des fondamentaux, des usages, de la symbolique et du sens du premier Rite maçonnique
  • Contact

Librairie

Voir ci-contre,

à la suite de l'article du jour

Rechercher

Pages

Catégories