Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 mars 2011 4 17 /03 /mars /2011 11:00

Silence000

Partager cet article
Repost0
RF BB T.V.F.B.B. - dans Citation
13 mars 2011 7 13 /03 /mars /2011 15:54

Achille B1

L'énigme proposée le 6 mars a été résolue par Alex Matheu qui a parfaitement identifié l'origine de la gravure et donné une interprétation de l'image. Une mention pour Luis de Toulouse qui était sur la piste.

 

La gravure représentant Hermès tenant un chandelier à sept branches et faisant le signe du silence, est issue d'un livre d'emblèmes intitulé :

Symbolicarum quaestionum de universo genese

Cet ouvrage, réalisé par Achille Bocchi (Achilles Bocchius) de Bologne (portrait ci-contre) a été publié la première fois en 1555.

 

Le livre d’emblèmes est un genre littéraire apparu en 1531 avec la publication d’un ouvrage intitulé Emblemata créé par Andrea Alciato (André Alciat, Andreas Alciatus) de Milan.

Le succès fut immédiat dans toute l’Europe du XVIème et Emblemata fut réédité une centaine de fois.

Le livre d'emblèmes répond à des règles précises qui résultent d’une conception trinitaire :

  1. un titre,
  2. une illustration, gravure sur bois ou sur cuivre, représentant une mise en scène allégorique, dont  le sens est souvent ambigu, voire obscur,
  3.  un épigramme, sous la forme d’un court texte en vers, en latin, le plus souvent, difficile à déchiffrer, mystérieux, aussi ambigu que l’image.

Ambigüités, obscurités, mystères sont volontairement créés par l’auteur avec la complicité du graveur. En effet, le sens du message de l’emblème n’est perceptible qu’en associant les trois éléments. Le lecteur est  obligé, en les étudiant simultanément, de s'engager dans une démarche d’interprétation.

Pour l'aider, à la suite de l’épigramme, nettement séparé de l’ensemble, figure un commentaire explicatif, comportant des références documentaires (sources littéraires et iconographiques). Ce commentaire est destiné à guider cette démarche interprétative et à faciliter la mémorisation.

La finalité de cette démarche est d’ordre spirituel. Il s’agit d’un véritable exercice, pour passer de la compréhension d’une image, à la compréhension du monde  et amener le lecteur à découvrir une vérité générale qu’il ne peut percevoir d’emblée.

 

Vous avez dit voie symbolique ?

 

A suivre...


Un lecteur m'a fait remarquer, à juste titre, que je ne donnais que rarement mes sources Voici les références bibliographiques des documents que j'ai utilisés pour rédiger cet article.

  • Adams Alison, La conception et l’édition des livres d’emblèmes dans la France du XVIème  siècle. In Littérature, N°145, mars 2007, pp.10-22
  • Rollet Anne, La pluie de fleurs dans les Symbolicae quaestionnes d'Achille Bocchi, Flore au paradis, Glasgow Emblem Studies, Department of French, Vol. IX, 2006
  • Weber Henri, J-M Châtelain, Scènes d’emblèmes et de devises, une anthologie (1531-1735). In : Bulletin de l’Association d’étude sur l’humanisme, la réforme et la renaissance. N°37, 1993, pp. 106-107.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
RF BB T.V.F.B.B. - dans Symbolique
10 mars 2011 4 10 /03 /mars /2011 20:00

Caillois

"Il est dans l’homme toute une nappe d’ombre qui étend son empire nocturne sur la plupart des réactions de son affectivité comme des démarches de son imagination et avec qui son être ne peut cesser un instant de compter et de débattre".

 

Roger Caillois *

Le mythe et l'homme

 

* R. Caillois, 1913-1978, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure (agrégé de grammaire), homme de lettre Essayiste, sociologue, poète, critique littéraire — , fondateur de l'Institut français de Buenos-Aires, de la revue Lettres françaises (1941) et de la revue Diogène (1948). Reçu à l'Académie française en 1972. Fasciné par l'exploration des mondes poétiques de l'imaginaire et du fantastique, son œuvre constitue un apport original à la critique littéraire et aux sciences humaines.

Il est l'auteur entre autres de : Le mythe et l'homme, L'homme et le sacré, Le Rocher de Sisyphe, Babel, Les Jeux et les Hommes, Au cœur du fantastique, Anthologie du fantastique, La Pieuvre, Essais sur la logique de l'imaginaire, Le Fleuve Alphée...

Partager cet article
Repost0
RF BB T.V.F.B.B. - dans Citation
9 mars 2011 3 09 /03 /mars /2011 18:26

HarpocrateUn indice supplémentaire (cf article du 6 mars)


A propos de la statuette égyptienne : elle représente Horus enfant et voici ce dit la légende.

Après le meurtre de son époux Osiris par son frère Seth, Isis se réfugia sur l'île mythique de Chemmis dans le Delta du Nil et cacha son fils Horus dans les marais de l'île.

Craignant que Seth veuille retrouver son enfant pour le tuer, Isis imposa la loi du secret à son fils et à tous ceux qui les accompagnaient.

Horus enfant est donc le dieu du silence et du secret. Il est représenté avec un doigt sur la bouche.

Dans la mythologie grecque, c'est Harpocrate et la légende dit... qu'il vient d'Egypte et qu'il est le fils d'Isis et d'Osiris. Il est représenté sous les traits d'un jeune homme tenant son index droit dressé devant sa bouche. Sa statue, parfois placée à l'entrée des temples, rappelle que l'homme doit rester silencieux devant les dieux.

Son emblème est le  pêcher dont la feuille a la forme d'une langue, et le fruit celle d'un cœur.

 

Comme l'a compris notre F. Luis, la gravure de gauche représente Hermès.

Qui veut écrire la suite ?

 

 


Demain à 21 heures 15, la citation du Jeudi

Partager cet article
Repost0
RF BB T.V.F.B.B. - dans Symbolique
6 mars 2011 7 06 /03 /mars /2011 14:17

H et H

 

Voici, côte à côte, deux reproductions.

A gauche une gravure réalisée par un artiste italien pour illustrer un recueil sur les emblêmes et symboles (XVIème siècle).

A droite une statuette en argent représentant une divinité égyptienne (époque de Ptolémée Ier, environ 300 av JC). Cette divinité figure dans la mythologie grecque.

Il y a un lien entre les deux reproductions

 

La mise en scène allégorique (à gauche) illustre, évoque suggère une obligation que nous connaissons.

 

Si vous avez identifié, le graveur, l'ouvrage, son auteur, l'identité du personnage, n'hésitez pa ! Si vous connaissez le nom de la divinité (le nom grec suffira), ne nous faites pas languir !

Mais la vraie question est la suivante :

Qu'a  voulu exprimer l'artiste au plan symbolique ?

 

A vos claviers, via les commentaires ou par e-mail

 

adresse mail

Partager cet article
Repost0
RF BB T.V.F.B.B. - dans Symbolique
5 mars 2011 6 05 /03 /mars /2011 17:13

Biblio-FM1Géométrie du nombre d'or

ou

découvrir les mystères du nombre d'or

et les joyaux de la géométrie par l'art du trait.

 

 

Vous êtes intrigué par la divine proportion, la simple évocation du nombre d’or vous entraîne sur des voies mystérieuses et vous fait rêver, mais vous ignorez tout de la proportion dorée et vous vous demandez parfois, sans oser le dire tout haut, si tout cela repose réellement sur des fondements sérieux.

 

Geom N OAlors PHI, mythe ou réalité ?

 

Pour le savoir

lisez la note de lecture

en cliquant sur  Géométrie du nombre d'or

 

 

 

Merci à notre amie Marie-Françoise A.

fidèle lectrice du blog,

qui nous a conseillé et prété cet ouvrage.

Partager cet article
Repost0
RF BB T.V.F.B.B. - dans Lectures
3 mars 2011 4 03 /03 /mars /2011 20:06

Ginkgo4.jpgIl y a un profond parallélisme entre la lumière qui nous vient du soleil et la clémence qui nous vient de Dieu. Il y aura une heure de pleine fraternité, comme il y a une heure de plein midi.

 

Victor Hugo - Actes et paroles vol. I - 1870

Partager cet article
Repost0
RF BB T.V.F.B.B. - dans Citation
2 mars 2011 3 02 /03 /mars /2011 17:21

Lacs d'AmourLe nœud est l’enlacement d’une corde. Sa fonction est d’arrêter, d’assembler ou de décorer.

Un nœud doit tenir sous la tension, sans jamais se défaire spontanément, sans jamais se bloquer, même mouillé, afin de pouvoir être défait sans difficulté en cas de besoin.

De la bonne tenue d’un nœud peut dépendre la sécurité, voire la vie des autres.

Pour chaque type de nœud, le mode de réalisation est précis et unique. L’art des nœuds — le matelotage chez les marins — est une tradition transmise depuis la nuit des temps, de génération en génération, selon le principe du compagnonnage. Dans la marine à voile, le gabier (le maître) dévoilait au mousse (l’apprenti) l'art et la manière de faire les nœuds.

Pour être sûr, un nœud doit être fait selon les règles de l'art, il doit être parfait.

De son usage purement utilitaire, il prendra peu à peu dans l’imaginaire un sens sacré, religieux, magique.

Les nœuds sont à la base de nombreux mythes, en particulier ceux des dieux lieurs, et de nombreuses superstition.

 

N'oublions pas que nous ne connaissons dans nos travaux que le lacs d'amour, le nœud en huit. Ceci étant, en reprenant tout ce qui a été dit depuis le premier article sur la symbolique du nœud, nous pouvons dire :

 

Le nœud est un symbole de la voie traditionnelle et de la perfection .

Le nœud relie, c’est un lien, c’est le symbole du lien solide (il ne peut se défaire seul), de l’indissoluble amitié, de l’union de deux êtres, donc de l’amour.

Symbole de la foi inaltérable, de l’attachement moral, de la fidélité par-delà la mort, de l’immortalité de l’âme.

Symbole du serment (le chevalier), des vœux (le religieux).

Symbole du lien entre le microcosme et le macrocosme, entre l’âme et le corps, entre le monde céleste et le monde terrestre.

Symbole de l’infini et de l’éternité.

 

Lorsque nous formons (fermons) la chaîne, les mains sont unies (réunies) comme autant de lacs d'amour.

 

PS :

Le noeud qui se défait (le dénouement), qui est tranché est un symbole de mort. D'où l'ancienne expression populaire, filer son nœud (mourir).

 

Huit 3

Partager cet article
Repost0
RF BB T.V.F.B.B. - dans Symbolique

Le Rite Français

  • : Le Blog du Rite Français
  • : Des fondamentaux, des usages, de la symbolique, du sens du premier Rite maçonnique
  • Contact

Librairie

Voir ci-contre,

à la suite de l'article du jour

Rechercher

Pages

Catégories