Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 février 2020 7 16 /02 /février /2020 11:57

Morceau d'architecture présenté par le TVF J.-P. B. , R.L. Michel de l'Hospital à l'orient d'Aigueperse.

Avec nos remerciements à l'auteur.

Vu l'importance du texte il sera publié en deux fois.

*********************

 

Très V., mes bien aimés FF

 

J’aimerais commencer mon intervention par une citation d’Hubert Reeves que je n’ai découverte qu’après avoir fini ma rédaction mais qui résume si bien ce que j’ai écrit :

« Le temps passe et je "passe" dans le temps, c'est un phénomène que je vis, que je sens, qui me transporte irrésistiblement. Tout ce dont je suis sûr, c'est qu'il est plus âgé que moi, mais quand a-t-il commencé ? C'est l’idée de "création" présente dans un grand nombre de traditions religieuses, en particulier dans la Genèse, qui nous interpelle. Elle implique qu'il fut un temps pendant lequel il n'y avait « rien », que le monde n'a pas toujours existé, qu'il est apparu soudain comme sortant d'un néant primordial ou du chapeau d'un magicien ».

Le jour de mon initiation j'ai découvert que les maçons travaillaient en loge de midi à minuit, c'est dire si nous donnons du temps au temps pour nos travaux. Avec le temps, cela a trotté dans ma tête et m'a donné l'idée de m'intéresser au temps et je viens ici vous faire part de quelques-unes de mes réflexions. Ce travail n’a donc rien de scientifique.

Pour aborder devant vous ce sujet des plus sérieux, c'est plutôt légèrement que j'ai choisi d’introduire mes propos par un air connu "Même en cent ans je n'aurai pas le temps, pas le temps…». Oui, le sujet est si vaste que, même en cent ans, je n'aurai pas assez de temps pour vous parler... du temps.

Du temps qui passe, du temps qui rythme notre vie personnelle, sentimentale, professionnelle ainsi que celle en maçonnerie, du temps qui creuse nos rides, nous courbe le dos, de celui que nous mesurons avec nos horloges et montres en secondes, minutes et heures, pas du temps météorologique qu'il fait, laissant cela à nos belles commentatrices des chaînes de télévision.

La tâche n'est pas facile. C'est pourquoi ce temps qui s'écoule, j'aurais aimé le suspendre un temps pour avoir plus de temps de vous en parler.

Mais comment faire ? Le temps est immuable - une heure c'est une heure, qu'elle soit d'été comme d'hiver, à Paris comme aux antipodes, le temps est invisible car incolore, mais aussi inodore - on ne le « sent » pas passer sauf dans nos articulations, il est aussi sans saveur, inaudible excepté par le tic-tac de nos montres, fluide, insaisissable, narquois, inarrêtable, sournois, mais toujours fidèle car rien ni personne d'autre ne reste en permanence à nos côtés de notre naissance à notre mort, mais il sait aussi être mauvais, voire carrément méchant quand il décide de nous lâcher la main. C'est alors que du temps compté qui nous était prêté, chichement mesuré, nous passons ensuite à l'éternité où le temps ne compte plus.

"Oh ! temps suspends ton vol" - il faut être un doux poète rêveur pour lui demander cela - car je vous le redis mais vous le savez bien, c'est mission impossible.

Je vais cependant tenter, au niveau qui est le mien, avec mon ressenti personnel de vous conter "une brève histoire du temps", la mienne, mais rassurez-vous ce ne sera pas du même niveau que celle du grand Stephen Hawking. Rassurez-vous aussi car je ne vais pas vous refaire les 7 tomes de « La recherche du temps perdu »

Le temps qui préexiste à l'humanité, mais pas à la Création, nous survivra. On peut même avancer qu'il n'a rien à faire de nous et poursuit son petit bonhomme de chemin tel un rouleau compresseur. Il remonte à la nuit des temps si j'ose dire et se perdra dans le temps…

Selon les scientifiques, en l'état de leurs connaissances actuelles, avant le Big Bang, il n'y avait que le néant ou peut-être un "Tout" contenu dans une tête d'épingle, hyperdense, immobile, comme endormi, et en tout état de cause, il y avait ce que l'on peut considérer comme un gros point d'interrogation. Et ce point d'interrogation combien de temps a-t-il duré ? Impossible à dire puisque le temps tel que nous le concevons n'existait pas. De fait son immobilité le privait de ce qui aurait pu être un temps voire le temps. En effet, sans déplacement dans l'espace, point de temps.

La grande conflagration créatrice fut le départ de tout ce qui nous entoure, dont ce mystérieux Temps, et cela s'est passé il y a, approximativement, 13 milliards d'années, un temps fou à l'échelle humaine, une durée difficile à imaginer. Et de plus ce Big Bang n'aurait duré que 10 puissance - 43 seconde, durée infinitésimale que l'esprit humain, tout au moins le mien, ne peut imaginer et dont en l'état de nos connaissances, il ne nous est pas possible de savoir ce qui s'y est passé et comment cela s'est passé.

Une autre description de la Création nous est donnée par le Livre commun aux trois religions monothéistes. Selon la Genèse, la création de l'univers aurait duré huit jours. Elle y est décrite avec des mots et des images que pouvait comprendre l'homme d'alors pour qui les théories de la relativité et quantique étaient inconnues et en tout état de cause inaccessibles. Mais cette description n'est pas, à mon humble avis, totalement antinomique avec celle de nos scientifiques contemporains.

Dans les deux cas, en effet, on constate que ce fut rapide sinon brutal, cataclysmique : Dieu créa successivement le ciel et la terre, la lumière, le jour et la nuit, les végétaux. Ce n'est que le troisième jour qu'il y est indiqué qu'il y a eu un soir et un matin (Genèse I - verset 13). C'était le début du temps qui pouvait alors démarrer sa marche inexorable par un autre jour, puis une autre nuit et ainsi de suite, et ce, vers une éternité sans fin, par définition ou tout au moins supposée telle.

Pour qu'il y ait temps, nous comprenons aussi qu'il faut également qu'il y ait espace. Mais alors qu'est-ce que le temps ? Est-ce une durée ? Est-ce une longueur ? C'est un peu l'un et un peu l'autre et surtout les deux, le couple espace-temps. La création a généré ce temps qui, depuis, évolue pour son propre compte selon un trajet globalement rectiligne, pour faire simple. Je n'entrerai pas dans les descriptions des déformations de cet espace-temps, qui vont jusqu’à l’annulation du temps dans les trous noirs ni dans les théories des cordes qui modifient ou raccourcissent le temps. Pas que je vous croie incapables de les comprendre, mais c'est bien au-dessus de mes possibilités trop réduites pour vous l'expliquer clairement.

Puis un certain temps s'est passé avant que la vie n'apparaisse sur terre sous forme d'une simple cellule il y a quelques trois milliards et demi d’années et un autre, non moins long, avant que cet organisme unicellulaire primitif ne se soit pourvu de membres, d'organes variés et d'un cerveau pour devenir, il y a 150 millions d’années, ce que l'on nomma successivement un homo erectus, un homo habilis, un homo sapiens. C'est à dire, Nous ! Quoique... la traduction du latin sapiens par "intelligent", "sage", "raisonnable", "prudent", peut-elle s'appliquer à nous ? Mais je m'écarte de mon sujet. Plus de temps à perdre. Je continue.

On peut penser que très vite nos plus lointains ancêtres prirent conscience de la notion du temps qui passe par l'alternance des jours et des nuits qui ont rythmé leur vie quotidienne. C'est le jour qu'ils pouvaient s'adonner au temps de la chasse - nécessaire pour nourrir la tribu - de la guerre et de "l'usinage" manuel de leurs outils utiles à la chasse, à la guerre mais également dans leur vie de tous les jours.

Rapidement nos ancêtres constatèrent que le temps du jour était d'une durée variable selon des périodes mais lorsque la durée de la journée croissait, celle la nuit rétrécissait ce qui ne permettait pas de se situer avec exactitude dans la temporalité.

Et en plus ils se rendaient compte que cela coïncidait avec des changements de temps, celui-ci météorologique cette fois. Il en a retenu la notion de saisons. Et ces saisons revenaient régulièrement selon un cycle immuable, chaque cycle correspondant à ce que nous allions qualifier bien plus tard d'une année.

à suivre...

 

Partager cet article

Repost0
RF BB Blog-notes des Meuniers de la Tiretaine - dans Planches

Le Rite Français

  • : Le Blog-Notes du Rite
  • : Pour sa plus grande gloire
  • Contact

Librairie

Voir ci-contre,

à la suite de l'article du jour

Rechercher

Pages

Catégories