Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 mai 2018 1 07 /05 /mai /2018 09:46

 

Sur un sujet très classique, notre B.A.F.  A. B. nous a présenté un travail d'Apprenti original que nous avons le plaisir de vous faire découvrir ci-dessous.

 

“La taille de la pierre brute.”

 

Très vénérable,

Mes bien aimés Frères,

 

Pour vous en parler, laissez moi vous conter l’histoire de ce petit garçon à qui le grand père aimant et protecteur, appris tout minot comment utiliser un marteau et un ciseau. Cette histoire vraie s’enchaine avec des élément dans lesquels seul le profane verra un hasard. Quelques années plus tard, notre jeune apprenti construit sa propre maison et se voit offrir par son frère un marteau et un burin. Avouez que la situation est cocasse, d’autant que les travaux amènent rapidement notre initié à tailler la pierre de manière on ne peut plus opérative.

 

Vous l’aurez sans doute compris mes bien bien-aimés frères, ce jeune tailleur de pierre n’est autre que votre serviteur. Je me souviens encore des mots de mon parrain qui me dit le jour ou je reçu la lumière: “Je pense que tu feras une très belle pierre”. Cette phrase, étrange, pour le profane, prend tout son sens pour le maçon éveillé à l’art du travail sur lui même. C’est d'ailleurs lors de cette même journée que le second surveillant me demanda de prêter attention, sur le tableau de loge, à la pierre brute avec les mots suivants: “ la pierre brute est, mon bien cher frère, un emblème qui s’adresse particulièrement à vous. C'est sur elle que vous avez commencé d'exécuter votre travail d'apprenti franc maçon. Ce travail est le premier et le plus nécessaire de la carrière maçonnique. Poursuivez-le avec zèle afin de donner un jour à cette pierre, qui n'est autre que vous même, la forme parfaite que le grand architecte de l'univers lui a destiné.”

 

La taille de la pierre se fait par le maillet (ou marteau) et le ciseau (ou burin).

 

Jules BOUCHER écrit dans son livre “La Symbolique maçonnique”: “ Le maillet symbolise la volonté active de l’apprenti. Ce n’est pas une masse métallique, lourde et brutale, car la volonté ne doit être ni obstination, ni entêtement; elle doit être simplement ferme et persévérante. Mais l’homme ne peut agir directement sur la matière: c’est alors le Ciseau qui servira d’intermédiaire. Celui-ci devra souvent être affuté: c’est à dire qu’il faudra sans cesse revoir les connaissances acquises, ne pas les laisser s’émousser. Ces connaissances acquises (ciseau tenu de la main droite) doivent être employées, sinon l’intellectualité reste passive (ciseau inemployé).”

 

Dans l’ouvrage ”dictionnaire des symboles” de Jean Chevalier et Alain Gheerbrant,  le ciseau est présenté comme “ Le principe actif modifiant le principe passif. Ainsi le ciseau du sculpteur modifie t’il la pierre. (...) Le ciseau est la force qui tranche, découpe, sépare, distingue.” Le même ouvrage pose le maillet comme “ Le symbole de l’intelligence qui agit et persévère; elle dirige la pensée et anime la médiation de celui qui, dans le silence de sa conscience, cherche la vérité. Vu sous cet angle, il est inséparable du Ciseau qui représente le discernement, sans l’intervention duquel l’effort serait vain sinon dangereux.”

 

D’autres, comme Tchouang Tseu, pensent que “la modification de la matière brute par le ciseau et le maillet représente les atteintes illégitimes à la spontanéité, des interventions abusives de l’homme dans les lois naturelles de la vie.”

 

On parle de “travail fondamental” et de “travail sur soi” mais le fondement de ce travail sur soi n'est-il pas de bâtir ce mur se basant sur une première pierre? Une hypothèse, largement discutée, donne au mot travail une origine dans le mot latin tripalium, instrument de torture. Au XII ème siècle, ce terme prend le sens de “tourment, souffrance” et évolue comme nous le connaissons, aujourd’hui, en définition de l’activité professionnelle. Cette digression crée la confusion entre le travail “effort” (le morceau de pierre que l’on détruit) nécessaire et parfois douloureux pour grandir et travail : punition contre laquelle je serais rémunéré. C’est pour cette raison que notre travail doit être un moyen, et non un objectif, de nous développer au delà de l’aspect des compétences techniques pures.

On retrouve dans la symbolique de la taille de la pierre trois éléments : les Moyens, la Méthode et les Objectifs:

 

  • Le Moyen symbolisé par le maillet percutant le burin.
  • La Méthode nous fait poser une question simple : “Comment savoir où taper ?” Cet apprentissage est amené par les frères et c’est bien moi, l'apprenti, qui tape sur le burin, qui suis responsable de la taille de ma pierre. La taille de la pierre est un mouvement et pas n'importe quel mouvement, puisqu'il s'agit d'un mouvement brut, vif, destiné à impacter le statique par la dynamique. C'est donc le rapport d'équilibre entre le statique et le dynamique qui donne forme au statique.
  • L’objectif peut lui aussi être subjectif. Pour ma part la taille de la pierre est faite pour qu’elle joue son rôle dans le mur, qu’elle y trouve sa place.

 

La taille de la pierre se fait dans le champ des possibles, à partir de l’existant. On ne peut finir avec une pierre plus grosse qu’elle ne l’est à l’origine. Il s’agit là de s’accepter avec toute nos qualités et imperfections avant de débuter tout travail. Il faut se connaître suffisamment pour savoir ce sur quoi travailler, pour atteindre le coeur, ce que nous sommes vraiment. Chaque coup de maillet est un pas sur notre chemin maçonnique. C’est donc par le travail que la pierre se transforme.

 

Une dernière question subsiste : Pourquoi dois je réduire la taille de la pierre ? En quoi la destruction peut elle contribuer à ma propre construction ? Pour ma part, je pense que c’est parce que la construction se fait au travers des épreuves. Ce sont nos succès qui nous construisent, notre comportement face à l’adversité donc notre capacité à reproduire les réussites et construire sur les échecs.

 

Il m’a été demandé de parler de ce travail non plus avec mon coeur et ma tête, mais avec mes tripes et la question que notre très vénérable me posa fut : ai-je vraiment changé ? Il est toujours plus facile de remarquer le changement chez l'autre que chez sois et ne parvenant pas à une réponse claire je profitais d'un déplacement sur Paris avec mon frère, de sang celui-ci, pour visiter le musée de la franc maçonnerie. Cette visite, à laquelle je participais en profane pour n'éveiller aucun soupçon, fut passionnante mais l'élément marquant fut à la sortie. Alors que nous marchions, mon frère, silencieux et pensif jusqu'alors se tourne vers moi et me dit cette phrase " mon frère tu es franc maçon depuis un an et deux mois" . Cette phrase, me laissant bouche bée devant l'exactitude du calcul, m'interroge alors sur les signes ayant pu laisser transparaître ma nouvelle adhésion. J'ai alors compris que j'ai vécu, avec vous tous mes frères, une expérience unique, profonde, j'ai vécu une harmonie et une réflexion qui ont altérées ma perception de l'homme, ma perception de l'autre, ma perception de ce que je suis et même de mon emploi de profane. Je suis entouré de tailleurs de pierres, chacun avec son style, certains frappant avec force pour montrer l'importance de l'acte, d'autres visant avec toute la précision du monde le moindre grain de surface. J'ai vécu des moments forts. Comme tout apprenti j'ai cherché à comprendre quel style était le mien. J'ai vécu ma taille de pierre en comprenant que ce style, ce chemin, serait le mien.

 

Et la fraternité dans tout cela?

La fraternité nous protège, nous autorise à taper faux autant qu'à taper juste, tant que nous le faisons avec bienveillance. Je vous remercie mes frères pour cette bienveillance. Je vous disais tout à l’heure que le premier retour sur cette planche m’avait autant apporté que ce travail en lui-même et pour cause, c’est dans cette bienveillance que j’ai compris quelle orientation prendre, que j’ai compris que je devais accepter mes émotions et sortir de mon mode de fonctionnement centré sur l’analyse. À l'heure où notre monde se cherche, je suis persuadé qu'il est du rôle de chacun de faire ce travail, quel qu’en soit la forme. Mon avenir, je le sais, devra passer par un travail exigent pour qu'un jour je puisse, à mon tour, guider le petit garçon dans la taille de sa pierre brute.

 

J’ai dit Très Vénérable.

Commentaire par mail à l'adresse tvfbb... figurant ci-dessous

*

"Trois Pas en Loge bleue"

La référence indispensable pour pratiquer le Rite Français

Le livre est disponible chez son auteur TVF BB au prix de 20 € + 5 € de frais de port. Pour le commander, envoyer un mail à l'adresse figurant sur le bandeau ci-dessous

790ème article

Partager cet article

Repost0
RF BB Blog-notes des Meuniers de la Tiretaine - dans Symbolique

Le Rite Français

  • : Le Blog-Notes du Rite
  • : Pour sa plus grande gloire
  • Contact

Librairie

Voir ci-contre,

à la suite de l'article du jour

Rechercher

Pages

Catégories