Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Images tempsIMAGES DANS LE TEMPS

 

Nous sommes dans le temps qui passe mais sous quelle forme ?

 Sommes nous dans des images figées ou dans des parties d’images qui défilent ?

 Que reste-t-il de ces images dans le temps qui passe et surtout quel souvenir avons-nous de ces images quand le temps s’est écoulé ?

 

Toutes les évolutions de la FM depuis bien longtemps peuvent conduire à s’interroger au regard des évolutions qu’elle a subi et peut être qu’elle continue à subir.

C’est en réfléchissant à ses évolutions et changements que je me suis demandé la signification à leur donner et la place qu’occupaient les différentes composantes de la FM dans ce processus qui dure depuis bien longtemps.

 

Que reste-il de tout cela dans le temps ?

 

Nous partirons de la nuit éclairée, par la lune, pour tenter d’arriver au  soleil, au zénith après avoir taillé la pierre de la recherche.

Le lever du soleil permet à l’astre de survoler la journée et d’éclairer par la fenêtre de l’orient .

La recherche peut commencer par une question : d’où venons nous ?

Des opératifs c’est certain.

Bâtisseur de cathédrales tu créais avec les étoiles des vitraux hallucinés.

Sans eux nous n’aurions ni histoire ni symbole.

Nos symboles sont des outils de construction utilisés par les corporations de bâtisseurs.

Ils étaient égyptiens, grecs ou romains et déjà bien avant la naissance de JC.

César a répandu en Gaule des outils qui n’y existaient pas comme le niveau mais qui étaient connus en Egypte.

Un fait à ne pas oublier : les maîtres Comacins de l’école de Rome (50 ans avant JC) ont été jusqu’en Angleterre.

Très tôt apparaît la volonté de préserver le savoir sous forme de secret.

Les Celtes sont aussi remontés jusqu’en Angleterre et l’on voit apparaître à York une charte de la FM. Nous sommes en 936 de notre ère.

 

Le Moyen Age voit aussi exister les Olds Charges appelées aussi anciennes constitutions ou constitutions gothiques et le manuscrit Regius et le Cooke.

Nous sommes en France sous Louis XI.

Les bâtisseurs Allemands ont des loges : .4.

 

Alors… les textes viennent-il de  l’Angleterre ?

 

Pas sur car les Celtes venaient d’un peu partout et les Comacins de Rome.

De plus, à l’époque médiévale on construisait en Europe, environ, 80 cathédrales par an.

Les maçons étaient groupés en guildes qui étaient hiérarchisées en trois niveaux : A, C, M.

Plusieurs pays connaissaient des chartes d’organisation mais il en reste peu car l’écriture n’était pas répandue et la tradition était orale.

 

Et la France dans tout cela.

 

Ses bâtisseurs d’ogives telles des flammes vives étaient tellement réputés pour leur savoir que l’Angleterre a fait appel à eux car ils connaissaient la géométrie avec un grand G, les lois statiques et la science des nombres.

Le statut des ouvriers était rédigé en français selon l’usage de la Cour de Londres qui parlait Français, car elle dépendait d’un prince français sous le règne de Louis XI.

Des Italiens et des Allemands sont aussi allés construire en en Angleterre.

Pourtant, c’est à cette époque qu’y apparaît le Regius.

Mais ce manuscrit semble plutôt être un statut destiné à régir les rapports entre les maîtres et les seigneurs.

Il est donc difficile, à ce stade, d’affirmer qu’un pays plus qu’un autre peut revendiquer être à l’origine de la FM.

On ne sait d’ailleurs pas avec précision si il était question de M ou de FM.

 

A ce propos : ça veut dire quoi franc maçon ?

 

Coté Angleterre c’est un free mason ou maçon libre qui signifiait non soumis aux règlements royaux et aux droits seigneuriaux.

Mais en Europe les guildes de maçons ne l’étaient pas non plus et ils se déplaçaient de chantier en chantier.

 

Une autre explication existe tout aussi séduisante :

Franc viendrait de la pierre : la pierre Franche.

Cette pierre doit être travaillée d’une certaine façon faute de quoi elle perd sa résistance : elle se délite et l’on dit qu’elle est en délit.

Le FM serait celui qui possède le savoir pour tailler la pierre dans les règles de l’art : l’art royal évidemment.

Mais peut être les deux significations peuvent- elles se compléter car pour élever de telles maisons de splendeurs les deux ne sont pas de trop.

 

Un dernier tour, non exhaustif, passe inévitablement par les Templiers pour lesquels certains grades de certains rites semblent accorder une grande importance car ces hommes seraient à l’origine de la FM.

Les trois derniers grands maîtres connus historiquement ont été brûlés en 1314.

A cette époque tout leur était hostile et tout leur était reproché.

Ce n’est que bien plus tard au XVIIe siècle et sous Louis XIV qu’un revirement s’opère en leur faveur.

Cela fait tout de même presque deux siècles, c’est beaucoup.

Certes des thèses existent du départ de navires de la Rochelle vers l’Amérique ou l’écosse.

Comme c’est curieux…

 

Toujours est il que c’est à cette époque qu’apparaissent les symboles du soleil de la lune de Jakin et Boaz qui figurent d’ailleurs de puis très longtemps dans l’ancien testament.

Le temple de Salomon est évoqué mais aussi le triangle et l’étoile flamboyante.

Cette évolution a débuté en 1400, époque ou des maçons acceptés et étrangers à l’art de bâtir ont été acceptés en FM.

L’idéal devenait de bâtir le temple idéal, celui de Salomon et de l’architecte Hiram de l’ancien testament.

L’Angleterre, à cette époque, avait des loges dont la loge Nova Atlantis qui passe pour être la  loge mère de la FM.

 

Mais revenons aux templiers.

Il a été introduit en France en 1688 des loges templières et des provinces templières.

En fait la maçonnerie templière représentait l’élite de la société.

C’est à cette époque que Mozart est initié.

Mais cette thèse ne faisait pas l’unanimité et le Convent de Wilhembad en 1792 désavouera cette origine templière peu conforme à l’histoire.

Le rite est réorganisé et appelé rectifié.

 

A-t-il encore le même sens aujourd’hui ?

 

Un mot sur l’Ecosse qui, elle aussi avait, ses statuts qui portaient le nom de statuts Schaws au XVIe siècle.

 

Nous voici à la fin de la journée et le soleil passe par la fenêtre de l’occident.

 

La FM spéculative a, peu à peu, pris le relais de la FM opérative.

 

Avons-nous trouvé ?

Pas vraiment.

La pierre est dégrossie mais loin d’être taillée.

 

La FM dite spéculative a pris le relais au XVIII e siècle et elle va sûrement nous apporter la lumière.

 

Souhaitons le…

 

4 loges de Londres se fédèrent par peur de la royauté qui ne portait pas la FM en odeur de sainteté, et elles demandent à toutes les loges de se fédérer afin d’être aptes à lutter contre le pouvoir royal.

Ainsi naît une obédience qui n’est rien d’autre, rappelons le, qu’un fédération de loges.

Au cous de ce siècle des lumières un pasteur du nom de Désagulier part de France après la révocation de l’édit de Nantes et il va : en Angleterre.

Il charge un pasteur presbytérien du nom d’Anderson en 1717, de rédiger une nouvelle charte de la FM qui est une compilation des vieux manuscrits que nous avons trouvé au Moyen Age.

C’est à cette époque que les origines de l’art royal sont rattachées à l’Egypte.

Ce siècle suffit à lui tout seul pour nous éclairer sur le doute et l’humilité qui doivent nous animer tant les images sont difficiles à comprendre si l’on veut faire preuve de logique..

 

La première Grande Loge de France est dirigée par un anglais : Warton et est composée d’Anglais et d’Irlandais en 1728.

Mais les constitutions d’Anderson sont traduites en Français et la FM française devient, pourtant, indépendante de celle d’Angleterre en 1738.

Nous sommes sous Louis XV qui avait interdit la FM, comme d’ailleurs, beaucoup de dirigeants en plusieurs époques.

 

Apparaît le chevalier de Ramsay né en Ecosse, venu en France, reparti en Angleterre et mort en France qui demande de nommer un grand maître qui fut Louis de Pardaillan plus connu sous le nom de Duc D’Antin.

 

Pendant ce temps va se créer, en Amérique, le suprême conseil du REAA à Charleston en 1801.

Les Américains pratiquent le rite Ecossais Ancien et Accepté qui fait naître 33 degrés alors que la FM traditionnelle n’en reconnaît que 3.

 

Dogmes ou pas dogmes ?

 

La Grande Loge de France va connaître des controverses au sujet du nombre de degrés : certains ne veulent que les loges bleues avec trois degrés, d’autres veulent des hauts grades allant jusqu’au 33e degré.

Il semble que cette querelle concernait les bourgeois et les nobles.

 

Celui qui avait crée le suprême conseil de Charleston, Grasse Tilly devient le GM de la Grande Loge Ecossaise en France.

 

C’est à cette époque que naît le GO en 1773.

 

Puis apparaît la Grande Loge Unie d’Angleterre qui prône l’universalité de la M quelle que soit la religion.

Elle prétendra la GL mère de la FM mondiale ce qui donnera un texte : Les principes fondamentaux pour la reconnaissance des loges mais qui exige tout de même une religion monothéiste et l’ouverture sur le livre sacré.

 

Vers la fin du XIXe siècle le GO supprime la référence au GADLU et se voit rejeté par la Grande Loge Unie d’Angleterre.

La position du GO était de considérer qu’un M devait rester libre dans une loge libre de sorte qu’il ne devait lui être imposé aucun dogme.

 

Mais le fait de refuser ces principes n’était–il pas, lui aussi un dogme ?

 

Bien d’autres transformations ont existées au XXe siècle mais elles n’éclairent pas plus sur la vérité des uns ou des autres.

 

Peut être serait il alors utile de se tourner vers les rites plutôt que les obédiences à condition que l’un ne soit pas considéré comme supérieur aux autres.

 

D’ailleurs que signifie ce terme ?

 

J’ai un penchant pour la traduction anglaise : working  qui veut dire façon de travailler.

Il n’y a pas de rite supérieur, il permet de communiquer l’énergie contenue dans le symbole, de provoquer la rupture avec le monde profane et de travailler à tailler la pierre brute.

 

Le rite est d’ailleurs supérieur à l’obédience puisqu’on  retrouve un même rite dans plusieurs obédiences.

Nous trouverons, en effet, des motivations concernant les obédiences qui n’ont pas toujours de rapport avec le sacré ce qui n’est pas illogique dés lors qu’elles doivent aussi gérer la logistique.

 

Mais il existe, sans doute, quelques abus en leur nom.

 

Le système est, cependant, plus sur si l’obédience résulte d’une fédération de loges plutôt que d’une fusion absorption…

 

Alors, préférons notre loge pour le sacré.

Nous devons y respecter notre rite dans celle qui nous a vu naître car sans elle nous ne sommes plus des M.

 

En loge mes frères…

 

C’est ainsi que nous arriverons à l’égrégore et à la chaîne d’union.

 

Toi qui jonglais avec les étoiles

O bâtisseur de beauté

O bâtisseur de cathédrales

O puissions nous t’imiter.

 

Au vu des toutes ces recherches dans le temps il est clair que le maçon cohabite avec le profane.

 

L’obédience pourrait être l’organisation logistique, la face profane et la  loge et le rite la face cachée, le sacré.

Je préfère cette distinction surtout dans les temps que nous connaissons dans lesquels il vaut mieux de ne pas trop penser profane.

 

Sans notre loge que sommes nous ?

 

Préservons la et restons des FM en la conservant à l’abri de tout débat logistique, fusse t-il important pour l’obédience, car ce n’est pas le lieu.

 

Roger Guenon disait : «  il y a et il ne peut y avoir de véritablement traditionnel que ce qui implique un élément d’ordre supra humain ; c’est la, en effet un point essentiel, celui qui constitue en quelque sorte la  définition même de la tradition et de tout ce qui s’y attache »

 

Le but du travail en loge est d’arriver au sacré.

Lorsque nous sommes en loge, nous avons laissé sur les parvis tout ce qui nous relie au profane.

 

Ainsi, toutes ces images du passé doivent elles être relativisées afin d’éviter tout dogme.

Nous ne que sommes des images dans le temps et l’évolution de la FM en est une.

 

Platon disait : Le temps est l’image mobile de l’éternité.

 

J’ai dit

 

O.T.

Partager cette page

Repost 0
TVF BB

Les Meuniers De La Tiretaine

  • : Royale Confrèrie des Meuniers de la Tiretaine
  • Royale Confrèrie des Meuniers de la Tiretaine
  • : Espace de dialogue des Meuniers de la Tiretaine (branche française) et de leurs amis bâtisseurs et géomètres, tous de bonne compagnie, libres et de bonnes mœurs.
  • Contact

Trois Pas en Loge Bleue

Un guide indispensable pour comprendre les usages en Loge et les fondamentaux du rite.

Disponible chez l'auteur TVF BB.

Pour commander ce livre, envoyer un mail à l'adresse : tvfbb[at]vt4c.ovh

Rechercher

Pages

Catégories