Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Temple elevationTrès Vénérable,

Vénérables Maîtres,

Et vous tous mes biens aimés frères,

 

Le thème de ma planche : « Bâtir des cachots pour les vices et élever des Temples à la vertu » rappelle les préceptes moraux de la franc maçonnerie et repose dans la symbolique maçonnique sur l’architecture sacrée, centrée sur le temple idéal dont le modèle demeure le temple de Salomon et renvoie à l’art « royal » qu’est l’art de la construction.

L’apprenti a déjà été invité à « déposer tous les métaux qui sont les emblèmes des vices », se comprenant comme le nécessaire abandon de « tout ce qui brille d’un éclat trompeur », afin d’engager sa quête initiatique et de s’élever spirituellement.

 

Construire son temple intérieur et participer à la construction du temple de la loge, c’est bien  le but poursuivi par le compagnon sur le chemin de la connaissance et de la vérité, dans sa recherche de l’absolu : des profondeurs de la terre vers la voute étoilée, des ténèbres vers la lumière, de l’homme vers le divin …

 

… Cela renvoie tout autant aux moyens pour y parvenir : travaillons aux fins de lisser la pierre, de la façonner de sorte qu’elle se prête de plus en plus au rapprochement réciproque avec les autres pierres de la loge ; elles peuvent ainsi s’assembler en une ébauche de construction qui doit réaliser le Plan de la loge celui destiné à remplacer l’ancien plan appelé à prendre place dans les fondations de la construction collective.

 

Ce travail de dégrossissage puis de taillage et de lissage doit permettre de nous corriger, de gommer nos défauts, de combattre ce que nous avons de plus vil en nous, pour ne garder que le « meilleur ». Partageons le, contribuons à l’harmonie des pierres entre elles afin qu’elles s’unissent et qu’elles forment un « tout », construisons notre temple intérieur et participons à la construction du temple de la loge pour que les temples de tous les frères rayonnent à la gloire de la franc maçonnerie universelle aspirant le feu du très haut comme pour prolonger sur terre son pouvoir divin.

 

Ainsi dans notre quête initiatique, nous poursuivons tous le même dessein à l’aide des mêmes outils et en donnant le même sens au rituel et au langage du symbolisme, conférant ainsi à la franc maçonnerie son caractère universel, conduisant ainsi à cette grande fraternité qui lie tous les maçons, réunis par le même idéal et par la même initiation.

 

Bâtir des cachots et élever des temples tout comme les maçons opératifs ont creusé la terre pour asseoir les fondations des plus beaux édifices, car nous sommes des bâtisseurs, avec nos outils et leur symbolique, l’apprenti ayant appris à travailler la pierre, le compagnon poursuivant la tâche, apprend aussi à construire pour l’édification du temple : à canaliser son cœur et à modeler son esprit de façon coordonnée pour qu’ils soient purs et propres à participer au Grand Œuvre.

Rappelons-nous, comme le précise le rituel, que « nous sommes à la fois la matière et l’ouvrier indispensables à la construction du temple que nous élevons au Grand Architecte de l’univers ».

 

Nos temples sont ornés de 2 colonnes d’airain formées de la colonne du nord JAKIN et de la colonne du midi BOAZ et reposent sur les trois piliers qui soutiennent la loge pour la rendre juste et parfaite, ceux-ci sont matérialisés par les 3 candélabres disposés autour du pavé mosaïque : Force au septentrion – Beauté à l’occident et Sagesse à l’orient, qualités nécessaires à l’harmonie de l’ouvrage.

 

La symbolique maçonnique se reflète d’abord dans les outils qui sont les serviteurs de cet « Art royal », et qui vont permettre au compagnon de se réaliser en devenant l’ouvrier du Grand œuvre.

 

Par l’équerre, le niveau et la perpendiculaire, on retrace le chemin de la progression maçonnique qui commence par la verticalité et l’élévation spirituelle de l’apprenti selon la perpendiculaire après avoir plongé dans les profondeurs de son être au sein du cabinet de réflexion, et qui se poursuit par l’horizontalité avec le compagnon qui s’efforce à l’aide du niveau de gommer les inégalités pour aboutir à la maîtrise guidée par la justice et l’équité symbolisée par l’équerre.

 

Il faut d’abord à l’homme en construction réussir à vaincre ses passions et soumettre sa volonté afin de faire de nouveaux progrès en maçonnerie, par un travail de démolition, de désapprentissage, l’apprenti n’a plus de certitudes, il est plongé dans le silence de sa méditation, de son introspection, il travaille sur lui-même, apprend à se connaître.

Puis en découvrant la lumière divine, cette force supérieure qui confère à nos actions le sublime de la beauté, par un travail de reconstruction, le compagnon accède à la connaissance et à l’amour généré par la lumière qui pénètre son cœur. La Beauté ne se réalise-t-elle pas en unissant la sagesse qui conçoit à la force qui exécute ?

 

Après avoir appris à raisonner correctement, le compagnon peut s’entrainer à imaginer juste, par l’expérimentation des perceptions de son cœur et ainsi s’exercer à parler maintenant avec son cœur rempli d’énergie supérieure, d’énergie positive, ou encore de lumière et à agir avec foi dans sa démarche, rempli de justice et d’équité. Le compagnon maintenant capable de dompter ses sentiments s’engage à ne jamais céder à un entrainement irréfléchi.

 

Pour la réalisation de l’œuvre, le compagnon dispose du levier, de la règle, du fil à plomb, du niveau et de l’équerre, outils du constructeur par excellence, qui sont tous destinés à l’érection du temple symbolique, à sa mesure, à son harmonie, à sa solidité et sa pérennité. Le niveau, outil principal du compagnon, symbolise l’égalité maçonnique, la justice et l’équité entre les maçons. Le travail de compagnon consiste en une élévation de son niveau où l’orgueil et la suffisance sont absents.

 

La justesse du compas, elle, apprend à diriger tous les mouvements de son cœur vers le bien. Ainsi la Force du cœur et la Beauté de l’esprit permettront ensemble d’accomplir la sagesse de l’homme construit.

 

Le compagnon aura à découvrir ce qui l’entoure, rechercher l’harmonie entre son monde intérieur en construction et le monde extérieur, s’imprégner de la lumière pour aider à la construction d’un monde meilleur, juste et parfait basé sur l’amour de l’humain et du divin.

 

Le compagnon se définit alors comme un constructeur habile à réaliser le plan du Grand Architecte de l’Univers.

 

Cette construction de soi et du temple passe par le discernement du bien et du mal, de l’animal et de la conscience, de la passion et de la raison et permet de se détacher des vices qui nous font faillir. Car c’est un préalable pour ériger des temples à la vertu : il nous faut construire sur des bases solides et saines et seul l’homme vertueux peut s’entreprendre à la tâche.

 

L’amour doit être le moteur de tout être pour toute chose.

 

Tout comme l’apprenti est accompagné dans sa tâche par le second surveillant assis à la colonne du nord, celle de Jakin qui signifie « ma force est en Dieu », le compagnon est guidé par le 1er surveillant assis à la colonne du midi, celle de BOAZ, « persévérance dans le bien », s’efforçant de comprendre avec l’intelligence du cœur autant que de l’esprit et d’apprendre peu à peu la sagesse, cœur de la réalité initiatique.

La Force au service de la Beauté. L’amour des autres, l’intelligence et la volonté devant exclusivement servir à l’accomplissement du bien.

 

Et je me rappelle toujours les mots inscrits dans le cabinet de réflexion « Vigilance et persévérance ». Et j’ai compris que sans elles, il est aisé de se perdre au détour du chemin qui conduit à la lumière. Pour qu’elle brille toujours, il ne faut pas relâcher ses efforts, ménager sa peine ni s’oublier sur le chemin de la facilité, de la médiocrité, et sans cesse travailler car l’oisiveté est bien mère de tous les vices.

 

Le compagnon doit appliquer la rigueur et la justice dans son travail et tous ces efforts vont désormais porter sur la Beauté de la création, de la créature et du créateur, symbolisée par l’étoile flamboyante. C’est dans la caverne du cœur que brille la véritable lumière de l’esprit, celle que le compagnon va croître en lui avec amour pour la faire se révéler et ainsi aller et rayonner à l’extérieur du temple, poursuivre l’œuvre de construction selon les règles du Grand Architecte. C’est bien notre esprit s’exprimant au travers de notre cœur de compagnon, siège de nos passions et émotions maîtrisées, rendu pur, qui doit maintenant guider notre conduite.

 

L’étoile flamboyante représente la quintessence et évoque le Grand architecte de l’univers qui renferme le feu qui rayonne. Et c’est donc au cœur de cette étoile que doit vivre désormais le compagnon afin d’y recevoir la lumière intérieure qui libérera son esprit.

 

Car on croit avoir appris, travaillé et compris, et après que reste-t-il ?

Persévérer dans le bien dans toutes situations et face à tout homme, à chaque instant de sa vie maçonnique et de sa vie profane.

 

Continuer sur le chemin tracé quels que soient les épreuves, les obstacles.

Poursuivre dans l’amour de son prochain quelles que soient ses différences, ses croyances.

Agir non plus pour soi mais en direction des autres quels que soient ses humeurs, ses envies.

Et transmettre.

 

C’est une invitation à se dépasser, à se réaliser dans l’œuvre de transformation de soi-même en espérant agir sur le monde qui nous entoure.

 

Car la vraie complexité réside dans l’action féconde qui doit être constante sur le chemin de la vérité.

 

La pierre est maintenant prête à être assemblée, l’être accompli a remporté la victoire sur lui-même, maîtrisant ses faiblesses de cœur et d’esprit, et est devenu l’ouvrier habile capable de l’acte de construire, capable de travail commun et capable de s’effacer pour agir dans l’intérêt de la collectivité.

 

Une fois le temple achevé, il faut donner vie aux pierres qui le composent. Il faut que ce temple soit habité par l’homme, rendu vivant par lui, par les mythes et les rites qu’il a inventés à son usage d’initié comme à la gloire de la divinité. Il faut bâtir selon les règles et avec les outils de la construction ainsi enseignées et apprises, il faut que l’édifice devienne véritablement un temple, le Temple du Grand Architecte dont le nom s’inscrit au cœur de l’étoile flamboyante. Il va donner à l’édifice toute son âme et tout son rayonnement.

 

Alors mes frères, bâtissons des cachots aux vices et érigeons des temples à la vertu afin de permettre à tous ceux qui aspirent à recevoir la lumière d’y pénétrer, car nombreux comme les épis de blés, nous diffuserons à l’extérieur ce que nous avons appris à l’intérieur et nous donnerons ainsi ce que nous devons aux hommes.

Mes frères, ne relâchons pas nos efforts, ne baissons jamais la garde car l’humanité a besoin de nous.

Il nous faut être des maçons, et des maçons parmi les hommes.

 

J’ai dit,

Très Vénérable.

R:. S:.

Partager cette page

Repost 0
TVF BB

Les Meuniers De La Tiretaine

  • : Royale Confrèrie des Meuniers de la Tiretaine
  • Royale Confrèrie des Meuniers de la Tiretaine
  • : Espace de dialogue des Meuniers de la Tiretaine (branche française) et de leurs amis bâtisseurs et géomètres, tous de bonne compagnie, libres et de bonnes mœurs.
  • Contact

Trois Pas en Loge Bleue

Un guide indispensable pour comprendre les usages en Loge et les fondamentaux du rite.

Disponible chez l'auteur TVF BB.

Pour commander ce livre, envoyer un mail à l'adresse : tvfbb[at]vt4c.ovh

Rechercher

Pages

Catégories