Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 février 2015 5 06 /02 /février /2015 11:49

Nous dirons quelques mots ce soir sur le Rituel utilisé à Trusatiles.

Voici ce que disait du Rite français Roger Girard, qui créa en 1979 la R:. L:. des Anciens Devoirs n° 238, première Loge travaillant à ce rite à la GLNF.

Rite français
Rite français

TVF BB - 679ème article

Partager cet article

Repost0
RF BB T.V.F.B.B. - dans Rite Français
1 février 2015 7 01 /02 /février /2015 10:49
Six ans...

Le blog-notes des Meuniers de la Tiretaine fête son sixième anniversaire.

Avec actuellement une moyenne de cent visiteurs par jour,

nous avons eu depuis le début :

Six ans...

Nos visiteurs viennent de tous les horizons maçonniques.

Nous comptons 110 abonnés, dont  plus de 20 % de lecteurs étrangers.

Pays identifiés :

Allemagne, Belgique, Espagne, Grand-Bretagne, Suisse, Irlande, Italie, Pologne, Brésil,

Corée du sud, Canada, USA

 

Merci à tous  de votre fraternelle fidélité et de votre confiance.

TVF BB

Six ans...

Partager cet article

Repost0
RF BB T.V.F.B.B. - dans Vie du blog-notes
24 janvier 2015 6 24 /01 /janvier /2015 10:45
Le SILENCE en LOGE

Travail d'Apprenti sur le Silence, réalisé par notre B:.A:.F:. Frédéric R:.

 

A la gloire du GADLU,

Vénérable Maître, mes bien aimés Frères.

Je ne vous cache pas la difficulté de ce travail car je  me  dois de  vous parler du silence en loge, après la remarquable planche réalisée par notre frère écrivain Patrice , travail que j’ai pu lire sur le site de notre atelier.

Je vous serai donc très reconnaissant mes bien aimés frères de  faire preuve de beaucoup d’indulgence car je ne suis pas un homme de lettre comme vous le savez mais plus de formation scientifique....

Dans un premier temps, je vais tenter de définir comment je perçois  le silence dans notre vie profane avec quelques exemples puis  j’aborderai ensuite le thème du silence en loge avec pour terminer sur ma perception du  « silence forcé  » d’un apprenti pendant plus de deux ans à Trusatiles.

Tout d’abord je vous propose plusieurs  définitions généralistes du silence :

De façon étymologique le silence vient du latin « Silentium » soit l’absence de bruit :

« Tout était calme autour de lui ; on était arrivé à cette heure mystérieuse de la nuit où la nature semble dormir, et où tous les bruits sans nom de la solitude s’éteignent pour ne laisser, suivant l’expression indienne, entendre que le silence. » 

G. Aimard, Les Trappeurs de l'Arkansas, 1858

 

Une première réflexion me vient à l’esprit, on peut Entendre le Silence ou tout du moins être dans un état qui permet de rencontrer et d’écouter le silence, ce silence qui apparaît lors d’une introspection, lors d’une méditation  ou lors d’une profonde réflexion amenant quelque fois à une décision primordiale…

Une autre définition nous explique que  Le silence est, dans son sens originel, l'état de la personne qui s'abstient de parler .

Ne nous a t’on pas appris lors de notre plus jeune âge à l’école maternelle de « Faire le Silence » ? je me rappelle de cette enfance ou l’on entrait en classe dispersés ; bruyants ; énervés d’une récréation riche en évènements, le Maitre ou la Maîtresse demandant de « Faire le Silence » : permettant ainsi au groupe de se calmer ; de se mettre en position d’écoute et de travail .

Ne nous as t on pas appris plus tard de ne pas bavarder ? de faire le silence pendant les cours , de ne pas prendre la parole sans en avoir l’autorisation ?

« Silence dans les rangs !  »

ont aboyés un peu plus tard les supérieurs militaires

Je me pose la question :

Notre vie ne serait elle pas  finalement une succession de  périodes de silences forcés ou  de silences souhaités ?

Qui n’a pas déjà employé ce proverbe hébreux :

« Le silence est d'or, la parole d'argent » ?  

La valeur du silence est supérieure à celle de la parole. En effet, il est important de maîtriser le langage mais savoir se taire est un signe de sagesse. Le contrôle de soi passe à mon avis par la maîtrise de la parole mais aussi par la maîtrise des périodes de silence , on se retrouve ici dans un langage qui est différent de celui des mots .

Dans notre société et donc dans notre monde profane  est il facile et aisé de ne pas prendre la parole, de ne pas  mettre en avant son savoir ou son analyse ?

La réponse est clairement Non !

Le silence fait peur à notre époque. La vie active nous laisse peu de répit. La ville est un univers bruyant qui sollicite en permanence tous nos sens.

On nous demande, en particulier dans le monde du travail, de prendre position, d’être force de propositions, de participer à des "Brandteam" ; de prendre le pouvoir à travers des débats ; à travers des analyses ; à travers des discours ; l’influence se faisant essentiellement par la capacité à convaincre, à fédérer à travers la parole, le dialogue et l’échange .

Ne parle t'on pas actuellement de transversalité ? (nouveau modèle dans nos organisations, dans nos entreprises) Nous vivons dans une société de complexité à tel point que se résigner ou rester dans son coin silencieux, ne peut nullement procurer ni quiétude ni confort.

Dans nos relations avec l’autre, en communication lorsque nous réalisons un « silence volontaire » il est très difficile pour la personne avec qui nous communiquons de respecter cette pause silencieuse : au bout de quelques secondes seulement le dialogue est automatiquement repris car il est difficile de gérer un silence : peur du vide ? une gestion difficile de ce temps de silence forcé?  Le Silence nous fait il peur ? est il synonyme de mort dans notre subconscient ? je ne répondrai pas à ces questions mais vous propose ces quelques pistes .

Tous les recruteurs le savent : quand on veut savoir un peu plus sur un potentiel candidat , au moment le plus important de l’entretien , un silence va induire nécessairement une reprise du dialogue par le candidat et c’est là que ce dernier va se livrer encore plus .. et certainement à tort ….

 

Le SILENCE en LOGE

Pourtant, l'homme moderne n'a pas oublié la valeur du silence, même si habituellement il ne le « pratique » plus beaucoup. Certains ressentent le besoin de s'extraire de ce fond sonore pour aller chercher le silence dans les monastères,  là où il devient une règle, un chemin de vie, une nécessité pour mieux écouter l'Autre... C’est une forme de silence intérieure qui permets l’introspection , l’analyse , on décide de se taire, de faire le vide en soi, de prendre du recul par rapport à nos activités quotidiennes pour se recentrer sur l'essentiel.

Ce « silence  actif » permet le recueillement, la réflexion personnelle… il en est de même chez les bouddhistes, certains font le choix mûrement réfléchi de se retirer du monde pendant trois ans, trois mois et trois jours. Ce n'est pas une fuite mais plutôt un voyage intérieur : il leur faut une force extraordinaire pour lutter contre leurs passions.

Nous avons aussi une autre possibilité , c’est de rechercher le silence par l’extérieur :  celui que l'on peut trouver dans la Nature, au sommet d'une montagne ou dans le désert : Trouver un endroit sans bruit parasite , permet de rentrer très vite dans la réflexion de qui nous sommes , d’ou venons nous , de faire un bilan de notre vie et de notre vision du futur .. il est alors possible de faire rejoindre le silence extérieur  par celui du silence intérieure , ce que l’on pourrait peut être définir comme un état de paix de tout notre être . Il m’est difficile de rester trop longtemps isolé sans le moindre bruit ou dialogue :

« Le silence éternel de ces espaces m’effraie  » disait Pascal  

« Le silence n’a jamais trahi personne » disait aussi ce même philosophe , je me pose la question de savoir si la maitrise du silence ne pourrait pas au contraire être une force dans cette société ou nous devons en permanence faire nos preuves et rester comme on le dit dans le monde du travail «toujours en haut de la pile »…

Savoir écouter ; savoir se taire et laisser les autres se découvrirent , permet finalement de trouver les bons mots et la bonne synthèse qui pourra enrichir le débat ou la problématique. Le Silence devient alors dans ce contexte  une façon de s’exprimer ou d’acquiescer … Qui ne dit mot consent …

 

Le silence en loge :

comment  se traduit il ? comment l’ai je perçu ?

Lors de l’initiation le premier temps est rythmé par le silence  enfermé dans le cabinet de réflexion , dans un silence absolu , dans le froid et dans un environnement austère … ou je me suis retrouvé accompagné simplement par le silence mais heureusement autour d’un questionnement qui a permis à mon esprit de s’évader et déjà me poser des questions existentielles …

L’initiation était en route dans le silence , l’ensemble de mes sens étaient en éveille  avant d’entrer dans un nouveau rythme lors d’ un premier voyage lui très bruyant ….

Dans notre tradition occidentale , le silence est l’outil de l’apprentissage . Faire silence est un outil qui permet de se rendre disponible à la parole de l’autre 

J’ai abordé lors du premier chapitre cette métaphore de l’école à travers notre expérience écolière , 

En loge , Il me semble être retourné à la maternelle, de nouveau nous marchons en rang, nous faisons des devoirs mais aussi  des pensums, et l'on nous astreint au silence, l’élève devient silencieux car il doit apprendre !

Moi qui communique et qui parle beaucoup dans la vie profane, voilà que l’on me demande de ne plus rien dire ; au début de mon entrée à Trusatiles, les premiers mois cela me semblait difficile et presque injuste de ne dire mot, puis au fil des mois je me suis habitué à cette situation, la trouvant finalement assez confortable, surtout comparée à celle de certains officiers en particulier celui de l’orateur ou du secrétaire...

Finalement, le fait de ne pas parler m’a permis d’observer le rituel et le rôle de chacun afin de trouver une parfaite harmonie . J’ai pu essayé de comprendre ce rituel unique ou tout est pensé, réfléchi ou le symbolisme est omniprésent.

Moi l’homme de communication qui essaye toute la journée de convaincre au niveau de mes interlocuteurs professionnels ou au niveau des sympathisants dans mes différents  engagements, il a fallu que je trouve la symbolique de ce silence et surtout les bienfaits que l’on peut exploiter à la fois dans le temple mais aussi dans la vie hors du temple .

Moi qui passe mon temps en réunion , me voilà en train d’observer et me retenir à prendre la parole à tors et à travers ou trop rapidement ; comme le dit le dicton

« Il est bon de parler et  meilleur de se taire  ».

Je peux dire avec beaucoup d’humilité avoir changé de comportement dans certaines situations  ou pour preuve je commence à me dire :

« Tiens là tu ne parles plus autant qu’avant , tes interventions sont plus courtes et plus synthétiques … est ce une conséquence de mon expérience en loge … je le pense objectivement … c’est peut être là que je peux me dire que j’ai objectivement commencé à tailler ma pierre .. »

Ce silence ou cette écoute active permet de comprendre une situation ; d’être capable de mieux faire la synthèse et d’apporter la pierre manquante à l’édifice lors de  la résolution d’une problématique par exemple.

C’est dans le silence qu’on se retrouve soi même que l’on peut analyser ce qui est le plus important , que l’on peut se rendre compte que l’on vit un moment exceptionnel et que ce moment est certainement un instant de bonheur.

 

Pour conclure :

Le silence n’est il pas plus important que la parole dans certains cas ??

N’est il pas aussi l’une des manières de reconnaitre un frère dans la vie profane ?

Dans la franc maçonnerie le silence est certainement le premier outil de l’apprenti , il le restera toujours pour le maçon en effet l’essentiel de notre démarche repose sur une volonté personnelle de perfectionnement intérieur  aidée en cela par l’écoute donc par le silence actif , mais aussi par la rigueur et la fraternité entre tous.

Pour moi, le silence renvoie aussi au secret dans la loge mais aussi à l’extérieur,  l’accès au temple, l’appartenance de cette société discrète, ce silence devient alors protecteur et nécessaire.

Le silence que vous m’avez imposé pendant ces deux années n’est il pas un cadeau que vous m’avez fait mes BAF ? Je le pense et vous en remercie tous très fraternellement .

J’ai pu regarder , analyser , essayer de comprendre le rituel sans prendre le moindre risque lié à la prise de parole , cela m’a permis aussi de me concentrer sur moi même et de commencer à chercher les réponses à quelques questions :

— Qu’est ce que je recherche dans la Franc Maçonnerie ?

Pourquoi suis je impatient et heureux de retrouver l’ensemble de mes frères lors des tenues ?

Que pourrais-je à mon niveau apporter à ma loge ?

Comment puis-je mettre en application  le savoir être et le savoir appris en loge  dans le monde profane ? etc.  

Mais rester trop longtemps dans le silence serait contre productif avec le risque de s’isoler et de ne  pas aider à construire notre édifice commun .

Je terminerai  sur une parole de Mère Térésa :

« Dieu est l’ami du silence .Les arbres ,les fleurs et l’herbe poussent en silence. Regarde les étoiles ,la lune et le soleil ,comment ils se meuvent silencieusement. »

Je suis très impatient d’écouter vos enrichissements  mes Baf qui vont me permettre  de lever certaines  interrogations, inutile d’en dire plus !

je retourne  dans mon Silence...

J’ai dit …

Le SILENCE en LOGE

Illustrations :

Coucher de soleil en Arkansas

Ecole de Bugny-les-Gamaches (Somme) en 1905

Frise tvfbb

Partager cet article

Repost0
RF BB F:. R:. apprenti - dans Planches
12 janvier 2015 1 12 /01 /janvier /2015 12:00
 Propos sur la Fraternité

 

Vénérable Maître, et vous tous mes Bien Aimés Frères,

Ici, tout est symbole !

Définitions de la fraternité

Fraternité est un nom féminin

Etymologiquement, il vient du latin fraternitas, relations entre frères, entre peuples, lui-même dérivant de frater, frère. La fraternité est le lien fraternel et naturel ainsi que le sentiment de solidarité et d'amitié qui unissent ou devraient unir les membres de la même famille que représente l'espèce humaine. Elle implique la tolérance et le respect mutuel des différences, contribuant ainsi à la paix. Dans un sens plus restrictif, la fraternité désigne le lien existant entre les membres d'une même organisation, entre ceux qui partagent un même idéal ou qui ont combattu ou combattent pour une même cause, comme à l'époque féodale, où la Fraternité d'arme était le lien qui unissait deux chevaliers qui s'étaient promis aide mutuelle. La fraternité est aussi l'une des trois composantes de la devise de la République Française : "Liberté, égalité, fraternité". Tellement d'actualité en ces temps-ci !!

Troisième élément de la devise de la République, la fraternité est ainsi définie dans la Déclaration des droits et devoirs du citoyen figurant en tête de la Constitution de l'an III de 1795, à l’article 2 des devoirs : « Ne faites pas à autrui ce que vous ne voudriez pas qu'on vous fit ; faites constamment aux autres le bien que vous voudriez en recevoir ». Elle n'a été accolée aux deux droits précédents qu'en 1848 sous l'influence des députés catholiques, qui voulaient prévenir la proclamation d'un droit au travail.

Selon Paul Thibaud, philosophe et ancien directeur de la revue Esprit, « Autant la liberté et l'égalité peuvent être perçues comme des droits, autant la fraternité est une obligation de chacun vis-à-vis d'autrui. C'est donc un mot d'ordre moral. »

La fraternité est également une valeur de l'humanité, comme en témoigne l'article 1 de la Déclaration universelle des Droits de l'homme :

"Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité."

Plus rarement la fraternité désigne le lien de parenté entre les frères et soeurs d'une même famille (la fratrie). La fraternité se distingue de la solidarité par la dimension affective de la relation humaine liée au sentiment d'appartenance à la même espèce, l'humanité, ce qui lui donne un caractère plus universel.

Au sens commun, cette notion désigne un lien de solidarité et d'amitié entre les humains.

 

Pourquoi la fraternité chez les Francs-Maçons

Le LAROUSSE nous dit que la franc-maçonnerie est une association (…) de personnes qui professent des principes de fraternité, se reconnaissent entre elles à des signes et à des emblèmes, se divisent en groupes appelés "Loges".

C’est dans les anciennes obligations dites Constitution d’Anderson considérées comme la Loi fondamentale de la Franc-Maçonnerie Universelle que nous trouvons les références principales à la fraternité : « C'est ainsi qu'ils répondaient aux attaques de leurs adversaires et qu'ils élevèrent l'honneur de la fraternité qui en temps de paix toujours prospéra. » pouvons nous lire dans le chapitre II qui traite Du MAGISTRAT CIVIL, SUPRÊME et ORDONNÉ.

Le respect constant de cette tradition, malgré les diversités de caractère des Grandes Loges de tous les pays, malgré la variété des Loges qui les composent, malgré les tendances particulières des frères de toutes origines, de toutes nationalités, de toutes croyances et de toutes opinions qui les animent, assure à l'ordre maçonnique son caractère universel et permet à tous les Francs-Maçons de se reconnaître entre eux comme frères.

Ces règles traditionnelles sont notre ciment et notre lien. Elles sont à la fois d'ordre moral et d'ordre pratique. Elles fixent dans ses grandes lignes la vie des Loges, et assignent à tous les frères des impératifs moraux intangibles. Elles maintiennent le cadre de l'ascèse maçonnique, quête perpétuelle de la vérité et de la justice, à l'abri de toute querelle religieuse ou politique.

Elles permettent à la Franc-Maçonnerie de constituer ce vrai centre d'union où se rencontrent fraternellement des hommes qui, sans Elles, seraient demeurés perpétuellement étrangers les uns aux autres, précepte énoncé au chapitre I.

Ces termes de « fraternité » et de « frères » se retrouvent ensuite dans l’ensemble des chapitres de ce document de référence et également dans la Règle en douze points qui a été forgée dans la quintessence des textes anciens.

Il ressort de cette Règle que la Franc Maçonnerie est un Ordre, une fraternité initiatique ayant pour fondement la foi en Dieu, qu’elle se réfère aux Anciens Devoirs, qu’elle vise au perfectionnement de ses membres au travers des rituels et du symbolisme, qu’elle interdit en son sein toute discussion politique ou religieuse mais qu’elle respecte les opinions de ses membres qui prêtent leurs obligations sur un Volume de la Sainte Loi, que les francs maçons s’assemblent dans les loges pour y travailler, que seuls sont admis les hommes majeurs de réputation parfaite, gens d’honneur loyaux et discrets qui cultivent l’amour de la patrie, la soumission aux lois et le respect des autorités, qu’ils contribuent au rayonnement de l’Ordre par leur exemple, et qu’ils se doivent mutuellement aide et protection fraternelle, gardant en toute circonstance calme équilibre et tempérance.

Rappelons qu’un Ordre est un ensemble de personnes qui, par un acte d’adhésion libre, ont fait le serment solennel de se soumettre à l’ensemble de ses règles.

1- La Franc-maçonnerie est une FRATERNITE initiatique qui a pour fondement traditionnel la foi en Dieu, Grand Architecte de l’Univers.

2- La Franc-maçonnerie se réfère aux "Anciens Devoirs" et aux "Landmarks" de la FRATERNITE, notamment quant à l’absolu respect des traditions spécifiques de l’Ordre, essentielle à la régularité de sa juridiction.

3- La Franc-maçonnerie est un Ordre auquel ne peuvent appartenir que des hommes libres et respectables, qui s’engagent à mettre en pratique un idéal de paix, d’amour et de FRATERNITE.

Les francs-maçons se reconnaissent donc entre eux pour frères et se nomment mutuellement ainsi. Cette fraternité n'est pas que symbolique, elle est en principe ressentie sincèrement par tous.

J’ai bien dit en principe car si la franc-maçonnerie est une recherche de Vérité, ou de Connaissance, une recherche du sens de l'Univers et de l’Humain dans l'univers, une conquête de la liberté rassemblée dans une quête initiatique, cette initiation maçonnique est avant tout la quête de la fraternité dans laquelle nous pouvons retrouver l’ensemble des autres éléments.

La Franc-maçonnerie est un ordre initiatique fondé sur la fraternité et comme nous l’avons vu précédemment, les textes constitutifs insistent sur ce point.

Comment, la fraternité chez les Francs-Maçons

La Fraternité maçonnique se découvre dans tout ce que nous offre le rituel :

En tout premier lieu et au tout premier instant, dans le Serment que nous prononçons lors de notre initiation. Ce serment qui est un acte libre et réciproque, comporte le double engagement de l’Initié et de ses frères à son égard. Lors de la cérémonie d'initiation d'un nouveau franc-maçon, tous les présents portant leur glaive en main, lui promettent avec force que si son honneur était un jour menacé, il trouverait ses défenseurs parmi les membres de la loge.

L’accolade qui est le premier signe qu'apprend le nouveau franc-maçon, profane venant juste d’être initié. Elle se pratique sous la forme d'une triple accolade. C'est le baiser de paix et de fraternité … A ne pas confondre avec le baiser de Judas !

Le Pavé Mosaïque, qui symbolise toutes les dualités non confondues et l’ambivalence entre frères, nous montre que les contraires peuvent co-exister et se compléter pour former un ensemble harmonieux.

La lettre G qui n’apparaît qu’au grade de Compagnon et qui peut être l’initiale, entre autres, du mot Gravitation force du cosmos et des corps physiques, en lien avec les forces exerçant une action morale et spirituelle, assurant la cohésion et la stabilité de l’édifice, ces forces étant essentiellement la Fraternité qui naît de l’initiation et l’Amour Fraternel, générateur d’harmonie et de stabilité.

Le "lacs d'amour" qui vient du latin « laqueus - cordon» et qui est le symbole de l'engagement, du lien, de ce qui lie. Il figure sur notre houppe dentelée (corde à noeud) où il symbolise la chaîne d'union.

De tous les rites, celui qui est, peut-être, le plus important : la Chaîne d’union qui est définie dans le dictionnaire illustré de Franc-Maçonnerie comme le symbole de la communauté des hommes, de leur fraternité. Elle se forme à la clôture des travaux. Tous les frères forment un cercle clos en se donnant la main dégantée, ce cercle symbolisant la cohésion de la Loge, l’échange d’énergie et de fraternité liant tous les membres.

Lorsqu’on apprend au nouvel initié qu’il vient d’être admis dans la Franc-maçonnerie, on l’invite à entrer dans la Chaîne d’Union, à former un nouveau maillon. Le nouveau frère découvre dans cette cérémonie rituelle plus qu’un symbole, il perçoit le message de fraternité

J'ai dit

Frédéric C:.

 Propos sur la Fraternité

Morceau d'architecture lu en Loge le 7 janvier 6015

 Propos sur la Fraternité

Partager cet article

Repost0
RF BB T.V.F.B.B. - dans Planches
1 janvier 2015 4 01 /01 /janvier /2015 10:01
Bonne Année 6015 à tous mes BAF, BAS et fidèles lecteurs

et bien sûr, Santé, Bonheur et réussite dans tous vos projets en Loge et hors Loge.

 

Partager cet article

Repost0
RF BB T.V.F.B.B. - dans Vie du blog-notes
30 décembre 2014 2 30 /12 /décembre /2014 15:37
6014... 6015 !

Quelques heures à peine nous séparent de la nouvelle année,

Préparons nous...

— Que la Charité nous anime,

— Que la Foi nous soutienne,

— Que l'Espérance guide nos pas vers la lumière qui renaît.

6014... 6015 !

Partager cet article

Repost0
RF BB T.V.F.B.B. - dans Vie du blog-notes
21 décembre 2014 7 21 /12 /décembre /2014 19:16
Bonnes fêtes...

Partager cet article

Repost0
RF BB T.V.F.B.B. - dans Vie du blog-notes
16 décembre 2014 2 16 /12 /décembre /2014 17:08
Le Silence et la Parole en Loge [fin]

Suite et fin...

 

Si la parole est là dans la loge durant toute la tenue, rien n’est dû au hasard. Elle est l’exact reflet de notre rituel. La parole a alors un sens qui nous est propre. Elle constitue notre loge.  Ceux qui la disent, dans le silence, le Vénérable et ses 2 surveillants ne l’inventent pas mais la lisent. Cette parole, tout droit, sortie du rituel vient de loin, elle résonne dans l’histoire de la maçonnerie.

La prise de parole en loge est codifiée. Personne, je dis bien personne ne peut s’arroger le droit de parler librement. La parole est à demander au surveillant de sa colonne qui lui-même en fera la demande auprès du Vénérable Maître. Lui-même ne répondra pas directement au demandeur mais au surveillant.

Le Vénérable maître la donnera directement au frère secrétaire pour la lecture de la planche tracée de nos derniers travaux comme il la confiera au frère Orateur pour que celui-ci fasse part des changements ou erreurs.

Le vénérable maître par la parole ne s’adresse à la loge que par l’intermédiaire de ses 2 surveillants. La parole n’est  donc pas linéaire mais triangulaire, symbole fort.

La  parole est aussi là pour faire état de nos travaux. Et nous permettre d’apprendre. Chacun recevra alors par la lecture des planches d’apprentis, de compagnons ou des morceaux d’architecture des maitres de la loge l’enseignement qu’il est venu chercher pour avancer sur le chemin tortueux de la maçonnerie et s’enrichir.

A nous d’être à la hauteur de la parole que l’on nous donne que l’on soit celui qui dit ou celui qu’écoute. Prendre la parole n’est pas chose aisée. Croyez-moi je suis bien placé ce soir pour vous le confirmer. Nous qui sommes habitués au jugement dans la vie profane quand nous parlons et non à l’enrichissement de nos propos par des frères bienveillants.

Cela me fait penser à mon lointain  sujet de philosophie en terminale :

« Le langage sert il à parler ou bien à penser ? »

Ne vous inquiétez pas, je ne vais pas  vous refaire les quatre heures de l’épreuve ici mais plutôt faire une proposition qui nous amènera au troisième point que je voulais traiter : le langage nous sert ici à parler et à penser.

C’est par la parole du VM et le silence pour moi lors de mon passage au grade de compagnon que pour la première fois j’ai découvert l’Etoile Flamboyante,  symbole de ce feu sacré, feu de la connaissance, emblème du génie qui élève aux grandes choses comme nous dit le rituel

« S’éclairer soi-même afin de pouvoir éclairer autrui » explique Oswald Wirth. 

Comme j’ai découvert la lettre G, lettre mystérieuse ou le divin croise la géométrie, la sagesse le discernement, lettre par excellence fondation de la connaissance initiatique.

Par notre apprentissage,  par les mots que nous entendons ou que nous échangeons lors de nos séances de formations, à nous donc de rayonner et transmettre l’esprit maçonnique.

 

L’équilibre et l’harmonie.

Le silence et la parole ou en un seul mot : notre rituel. Tout est là parfaitement orchestré. Des silences croisent la parole, des paroles nous invitent au silence. Les deux unis font notre loge, la constitue si parfaitement. Souvenons-nous de nos frères lors des périodes troubles de la 2ème guerre mondiale, qui dans les bois se sont cachés pour continuer à faire vivre la Maçonnerie. C’est avec un tableau de loge tracé dans la poussière et la parole de notre rituel qu’ils ont construits des loges et faits des tenues au péril de leurs vies. Pas besoin de murs, de décorum, juste des mots, du silence, un rituel et des frères prêts à tout pour que dans le futur, notre présent, la franc maçonnerie existe.

Tout comme dans la vie profane, le silence et la parole sont indispensables, incontournables pour nous maçons. Sans eux nous n’existerions pas.

Alors pour finir laissez moi reprendre juste ces mots que nous avons l’habitude de dire tous ensemble :

« Vivat vivat semper vivat. »

J’ai dit Vénérable Maître.

Le Silence et la Parole en Loge [fin]

Partager cet article

Repost0
RF BB T.V.F.B.B. - dans Planches

Le Rite Français

  • : Le Blog du Rite Français
  • : Des fondamentaux, des usages, de la symbolique, du sens du premier Rite maçonnique
  • Contact

Librairie

Voir ci-contre,

à la suite de l'article du jour

Rechercher

Pages

Catégories