Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 octobre 2019 7 13 /10 /octobre /2019 14:21

 

Lors de notre dernière Tenue, notre B.A.F. Jérôme V., Premier Surveillant, nous a fait faire un voyage de l’origine de la musique occidentale au siècle des lumières, en nous présentant ce morceau d'architecture intitulé :

La Colonne d’Harmonie,

petites variations à la Gloire du Grand Architecte de l’Univers

« Au commencement était le verbe, et le verbe était auprès de Dieu, et le verbe était Dieu »

« Il y eut un homme envoyé de Dieu, son nom était Jean »

Jean… Au commencement était la musique, celle de St-Jean le Baptiste fêté au solstice d’été :

Hymne Grégorien à St-Jean-Baptiste > 40’’

Quarante secondes inspirent le moine italien Guido d’Arezzo au tournant de l’an mille. De l’hymne grégorien à St-Jean-Baptiste, il dessine les fondations de la musique occidentale. Cet hymne où chaque phrase musicale monte d’un ton et dont le texte latin du moine Paulus Diaconus (Paul le diacre) représente en acrostiche une phrase :

Ut, ré, mi, fa, sol, la.

Ut queant laxis

resonare fibris

Mira gestorum

famuli tuorum,

Solve polluti

labii reatum.

Sancte Iohannes

Pour que tes serviteurs puissent chanter à pleine voix les merveilles de ta vie, efface le péché qui souille leurs lèvres, Saint Jean

Ensuite, Guido après avoir regardé sa main gauche imagine pouvoir lire la musique sans l’écrire, la main devient harmonique, telle une colonne, cinq doigts comme cinq lignes, Sol, Fa, le solfège, le micrologus de disciplina artis musicae, le micro langage en 1025 va pouvoir se transmettre pendant plus d’un millénaire.

Plus tard au XVIème siècle le musicien Anselme de Flandres ajoutera Si en gardant les deux premières lettres de Sanctus Johannes. D’un Jean à l’autre, le verbe c’est fait musique.

Mais remontons le temps. Mille ans avant notre ère en Israël, il y eu un roi nommé David, le bien aimé, guerrier, musicien et poète, l’alliance de la sagesse, de la force et de la beauté. De la musique, délaissant la flûte préhistorique, David écrivait, composait et louait Dieu accompagné d’un psaltérion. Et se fut le livre des psaumes, le psautier ; cent cinquante poèmes lyriques, une tête de porc en bois, quelques cordes de boyau séché et des ongles affutés. Deux mille cinq cents ans plus tard, le XVIème siècle, la Renaissance, la Réforme,  les poètes Clément Marot & Théodore de Bèze traduisent le psautier en langue vulgaire - mais quel beau françois - les compositeurs Claude Goudimel ou Paschal de L’Estocart, entre autres, le mettent en musique - quelles belles polyphonies -  pour que le plus grand nombre puisse chanter Dieu, accompagné d’une tête de porc devenue clavecin, d’un orgue positif ou d’un luth, seul ou en assemblée, au culte dominical ou dans l’intimité familiale, à Genève ou à Lyon.

Trois mille et vingt ans plus tard, Après avoir constamment attendu.

Claude Goudimel (1514-1572) > psaume XL > Après avoir constamment attendu > 1’27

Tout cela est très latin, une superposition de lignes mélodiques dans le prolongement de la main du moine Guido, ou plutôt, avec mes excuses, très français réformé, pour la plus grande gloire de Dieu. Mais peut-être manque-t-il une assise, de la rigueur ; passer de l’horizontalité à la verticalité, de la colonne corinthienne à la colonne dorique, de la beauté renaissante à la lumière du XVIIIème siècle, du Sud au Nord, de l’église réformée à l’église luthérienne.

7 avril 1724, église St-Nicolas de Leipzig, les vêpres du vendredi saint. Ce soir on glorifie l’image du Christ, comme souvent chez les luthériens. L’auteur est Jean - l’Evangéliste cette fois - le compositeur est cantor, Jean-Sébastien Bach. Toute la ville est venue pour la première de la Passion.  Après le cœur d’entrée et les premiers récitatifs, l’assemblée se lève et entonne avec chœurs, solistes et orchestre, sous la direction du maître de musique, un choral O grosse Lieb, o Lieb ohn alle masse > O amour immense, ô amour sans commune mesure

Johann Sebastian Bach (1685-1750) > Joannes-Passion > O grosse Lieb, o Lieb ohn alle masse > 59’’

Ici tout n’est que verticalité, ferveur et tendresse, harmonie germanique.

1722, deux ans plus tôt, un certain Jean-Philippe Rameau poursuit l’exploration de l’harmonie et ses recherches l’invitent à publier le « Traité de l’harmonie réduite à ses principes naturels ; Par Monsieur Rameau, Organiste de la Cathedrale de Clermont en Auvergne ». Tout est dit… Un traité faisant date, à l’origine de l’orchestre français, où Rameau invente sa célèbre gamme ; les ténèbres du mode mineur, dont la seconde augmentée entre les 6ème et 7ème degrés, le Diabolus in musica, le diable en musique, est gommé pour atteindre la note sensible, la cadence parfaite, le mode majeur solaire. Quelques vingt années avant la consécration de la première loge d’Auvergne, la R\L\ St-Julien à l’Or\ de Brioude en 1744, tout cela est fortement teinté de maçonnerie. Impossible de savoir si Jean-Philippe Rameau fût initié, même si nous pourrions l’imaginer au contact de ses frères librettistes, Louis de Cahusac ou l’auvergnat Jean-François Marmontel entre autres, au regard de quelques opéras Dardanus, les Boréades, Zoroastre, et même les Indes Galantes, ce 28 août 1735 à l’Académie Royale de Musique aux Tuileries, où dans l’entrée des Incas du Pérou, le grand prêtre Huascar nous invite à la nostalgie et à la méditation :

Soleil, on a détruit tes superbes asiles,

Il ne te reste plus de temple que nos cœurs.

Jean-Philippe Rameau (1683-1764) > Les Indes Galantes > Entrée des Incas du Pérou > Air de Huascar > 2’19’’

à suivre...

La suite paraitra dans le prochain article

___________________________________

Les indispensables sur le Rite français

Trois Pas en Loge Bleue, Usages et Fondamentaux - Tome I

Rite Français, Sens et Symbolique - Tome II

Disponibles chez l'auteur, voir adresse ci-dessous

821ème article

 

Partager cet article

Repost0
RF BB Blog-notes des Meuniers de la Tiretaine - dans Symbolique

Le Rite Français

  • : Le Blog-Notes du Rite
  • : Pour sa plus grande gloire
  • Contact

Librairie

Voir ci-contre,

à la suite de l'article du jour

Rechercher

Pages

Catégories