Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 janvier 2015 1 12 /01 /janvier /2015 12:00
 Propos sur la Fraternité

 

Vénérable Maître, et vous tous mes Bien Aimés Frères,

Ici, tout est symbole !

Définitions de la fraternité

Fraternité est un nom féminin

Etymologiquement, il vient du latin fraternitas, relations entre frères, entre peuples, lui-même dérivant de frater, frère. La fraternité est le lien fraternel et naturel ainsi que le sentiment de solidarité et d'amitié qui unissent ou devraient unir les membres de la même famille que représente l'espèce humaine. Elle implique la tolérance et le respect mutuel des différences, contribuant ainsi à la paix. Dans un sens plus restrictif, la fraternité désigne le lien existant entre les membres d'une même organisation, entre ceux qui partagent un même idéal ou qui ont combattu ou combattent pour une même cause, comme à l'époque féodale, où la Fraternité d'arme était le lien qui unissait deux chevaliers qui s'étaient promis aide mutuelle. La fraternité est aussi l'une des trois composantes de la devise de la République Française : "Liberté, égalité, fraternité". Tellement d'actualité en ces temps-ci !!

Troisième élément de la devise de la République, la fraternité est ainsi définie dans la Déclaration des droits et devoirs du citoyen figurant en tête de la Constitution de l'an III de 1795, à l’article 2 des devoirs : « Ne faites pas à autrui ce que vous ne voudriez pas qu'on vous fit ; faites constamment aux autres le bien que vous voudriez en recevoir ». Elle n'a été accolée aux deux droits précédents qu'en 1848 sous l'influence des députés catholiques, qui voulaient prévenir la proclamation d'un droit au travail.

Selon Paul Thibaud, philosophe et ancien directeur de la revue Esprit, « Autant la liberté et l'égalité peuvent être perçues comme des droits, autant la fraternité est une obligation de chacun vis-à-vis d'autrui. C'est donc un mot d'ordre moral. »

La fraternité est également une valeur de l'humanité, comme en témoigne l'article 1 de la Déclaration universelle des Droits de l'homme :

"Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité."

Plus rarement la fraternité désigne le lien de parenté entre les frères et soeurs d'une même famille (la fratrie). La fraternité se distingue de la solidarité par la dimension affective de la relation humaine liée au sentiment d'appartenance à la même espèce, l'humanité, ce qui lui donne un caractère plus universel.

Au sens commun, cette notion désigne un lien de solidarité et d'amitié entre les humains.

 

Pourquoi la fraternité chez les Francs-Maçons

Le LAROUSSE nous dit que la franc-maçonnerie est une association (…) de personnes qui professent des principes de fraternité, se reconnaissent entre elles à des signes et à des emblèmes, se divisent en groupes appelés "Loges".

C’est dans les anciennes obligations dites Constitution d’Anderson considérées comme la Loi fondamentale de la Franc-Maçonnerie Universelle que nous trouvons les références principales à la fraternité : « C'est ainsi qu'ils répondaient aux attaques de leurs adversaires et qu'ils élevèrent l'honneur de la fraternité qui en temps de paix toujours prospéra. » pouvons nous lire dans le chapitre II qui traite Du MAGISTRAT CIVIL, SUPRÊME et ORDONNÉ.

Le respect constant de cette tradition, malgré les diversités de caractère des Grandes Loges de tous les pays, malgré la variété des Loges qui les composent, malgré les tendances particulières des frères de toutes origines, de toutes nationalités, de toutes croyances et de toutes opinions qui les animent, assure à l'ordre maçonnique son caractère universel et permet à tous les Francs-Maçons de se reconnaître entre eux comme frères.

Ces règles traditionnelles sont notre ciment et notre lien. Elles sont à la fois d'ordre moral et d'ordre pratique. Elles fixent dans ses grandes lignes la vie des Loges, et assignent à tous les frères des impératifs moraux intangibles. Elles maintiennent le cadre de l'ascèse maçonnique, quête perpétuelle de la vérité et de la justice, à l'abri de toute querelle religieuse ou politique.

Elles permettent à la Franc-Maçonnerie de constituer ce vrai centre d'union où se rencontrent fraternellement des hommes qui, sans Elles, seraient demeurés perpétuellement étrangers les uns aux autres, précepte énoncé au chapitre I.

Ces termes de « fraternité » et de « frères » se retrouvent ensuite dans l’ensemble des chapitres de ce document de référence et également dans la Règle en douze points qui a été forgée dans la quintessence des textes anciens.

Il ressort de cette Règle que la Franc Maçonnerie est un Ordre, une fraternité initiatique ayant pour fondement la foi en Dieu, qu’elle se réfère aux Anciens Devoirs, qu’elle vise au perfectionnement de ses membres au travers des rituels et du symbolisme, qu’elle interdit en son sein toute discussion politique ou religieuse mais qu’elle respecte les opinions de ses membres qui prêtent leurs obligations sur un Volume de la Sainte Loi, que les francs maçons s’assemblent dans les loges pour y travailler, que seuls sont admis les hommes majeurs de réputation parfaite, gens d’honneur loyaux et discrets qui cultivent l’amour de la patrie, la soumission aux lois et le respect des autorités, qu’ils contribuent au rayonnement de l’Ordre par leur exemple, et qu’ils se doivent mutuellement aide et protection fraternelle, gardant en toute circonstance calme équilibre et tempérance.

Rappelons qu’un Ordre est un ensemble de personnes qui, par un acte d’adhésion libre, ont fait le serment solennel de se soumettre à l’ensemble de ses règles.

1- La Franc-maçonnerie est une FRATERNITE initiatique qui a pour fondement traditionnel la foi en Dieu, Grand Architecte de l’Univers.

2- La Franc-maçonnerie se réfère aux "Anciens Devoirs" et aux "Landmarks" de la FRATERNITE, notamment quant à l’absolu respect des traditions spécifiques de l’Ordre, essentielle à la régularité de sa juridiction.

3- La Franc-maçonnerie est un Ordre auquel ne peuvent appartenir que des hommes libres et respectables, qui s’engagent à mettre en pratique un idéal de paix, d’amour et de FRATERNITE.

Les francs-maçons se reconnaissent donc entre eux pour frères et se nomment mutuellement ainsi. Cette fraternité n'est pas que symbolique, elle est en principe ressentie sincèrement par tous.

J’ai bien dit en principe car si la franc-maçonnerie est une recherche de Vérité, ou de Connaissance, une recherche du sens de l'Univers et de l’Humain dans l'univers, une conquête de la liberté rassemblée dans une quête initiatique, cette initiation maçonnique est avant tout la quête de la fraternité dans laquelle nous pouvons retrouver l’ensemble des autres éléments.

La Franc-maçonnerie est un ordre initiatique fondé sur la fraternité et comme nous l’avons vu précédemment, les textes constitutifs insistent sur ce point.

Comment, la fraternité chez les Francs-Maçons

La Fraternité maçonnique se découvre dans tout ce que nous offre le rituel :

En tout premier lieu et au tout premier instant, dans le Serment que nous prononçons lors de notre initiation. Ce serment qui est un acte libre et réciproque, comporte le double engagement de l’Initié et de ses frères à son égard. Lors de la cérémonie d'initiation d'un nouveau franc-maçon, tous les présents portant leur glaive en main, lui promettent avec force que si son honneur était un jour menacé, il trouverait ses défenseurs parmi les membres de la loge.

L’accolade qui est le premier signe qu'apprend le nouveau franc-maçon, profane venant juste d’être initié. Elle se pratique sous la forme d'une triple accolade. C'est le baiser de paix et de fraternité … A ne pas confondre avec le baiser de Judas !

Le Pavé Mosaïque, qui symbolise toutes les dualités non confondues et l’ambivalence entre frères, nous montre que les contraires peuvent co-exister et se compléter pour former un ensemble harmonieux.

La lettre G qui n’apparaît qu’au grade de Compagnon et qui peut être l’initiale, entre autres, du mot Gravitation force du cosmos et des corps physiques, en lien avec les forces exerçant une action morale et spirituelle, assurant la cohésion et la stabilité de l’édifice, ces forces étant essentiellement la Fraternité qui naît de l’initiation et l’Amour Fraternel, générateur d’harmonie et de stabilité.

Le "lacs d'amour" qui vient du latin « laqueus - cordon» et qui est le symbole de l'engagement, du lien, de ce qui lie. Il figure sur notre houppe dentelée (corde à noeud) où il symbolise la chaîne d'union.

De tous les rites, celui qui est, peut-être, le plus important : la Chaîne d’union qui est définie dans le dictionnaire illustré de Franc-Maçonnerie comme le symbole de la communauté des hommes, de leur fraternité. Elle se forme à la clôture des travaux. Tous les frères forment un cercle clos en se donnant la main dégantée, ce cercle symbolisant la cohésion de la Loge, l’échange d’énergie et de fraternité liant tous les membres.

Lorsqu’on apprend au nouvel initié qu’il vient d’être admis dans la Franc-maçonnerie, on l’invite à entrer dans la Chaîne d’Union, à former un nouveau maillon. Le nouveau frère découvre dans cette cérémonie rituelle plus qu’un symbole, il perçoit le message de fraternité

J'ai dit

Frédéric C:.

 Propos sur la Fraternité

Morceau d'architecture lu en Loge le 7 janvier 6015

 Propos sur la Fraternité

Partager cet article

Repost 0
TVF BB T.V.F.B.B. - dans Planches
commenter cet article

commentaires

Hugues 12/01/2015 15:07

Mon BAF Frédéric,

Parmi les nombreux points qui pourraient prêter à discussion, voire débat, j'avais envie d'en relever un, mais pas le moindre.

Tu dis : « Elle implique la tolérance... » Bien. Elle implique donc une "injustice", car c'est ce qu'est la tolérance, sans même aborder sa signification en droit...

Plus je suis tolérant, moins je suis juste. C'est quelque chose que les bâtisseurs connaissaient bien, et plus près de nous, l'industrie moderne.

Qu'en penses-tu, mon BAF ?

Hugues 14/01/2015 10:13

Merci mon BAF. Je conclus par cette phrase de Goethe : « Le droit ne doit pas être toléré, il doit être reconnu. Celui qui tolère insulte. » Johann W. von Goethe, Pensées.

Al Ecker 13/01/2015 15:55

Effectivement, en mécanique, la tolérance est la marge d'erreur que l'ouvrier se permet pour qu'une pièce quelconque se marie ou s'emboîte avec une autre. On appelle cela le "jeu", lequel peut être plus ou moins grand selon le degré de précision que l'on demande, ou que l'on est capable d'approcher. Et, évidemment, plus le jeu est important, plus la tolérance est grande, et moins la justesse de l'assemblage est précise. L'aéronautique ou l'horlogerie requièrent des précisions dont la menuiserie n'a nulle besoin, laquelle est pourtant très largement plus rigoureuse que la maçonnerie traditionnelle. Autrement dit, la tolérance n'a pas la même valeur pour tout le monde…
Tiens, tiens! En serait-il de même quant au concept philosophique de tolérance?
La réponse est évidente : la tolérance absolue n'existe pas.
Poussée à l'extrême, la tolérance en tant que vertu universelle, s'assimile au mieux à l'indifférence du sujet pour le monde qui l'entoure où rien ne vaut qu'on le défende, et au pire à la permissivité, qui consiste à tout admettre sous prétexte que la relativité des opinions les rend toutes égales entre elles. L'un dit "je m'en fous", et l'autre répond "A quoi bon?".
Entre les deux il peut y avoir des nuances, qui sont le plus souvent sous-tendues par la peur de déplaire ou l'impossibilité de faire, et confinent ainsi à une forme de soumission; tandis que d'autres cousinent avec des formes de démagogie plus ou moins assise sur des pseudos principes de liberté d'opinion qui se diluent alors dans une acceptation subordonnée à des intérêts à défendre. On voit bien ainsi que cette fameuse notion de tolérance, mise aujourd'hui à toutes les sauces, revêt des acceptions diverses très ambiguës, en fonction des acteurs et des enjeux en présence.
Bien qu'empruntant le même vocable, elle n'a donc pas le même sens pour un journaliste, un philosophe, un partisan, voire un militaire ou un politicien. Et surtout, encore trop massivement connotée sous l'aspect religieux, la tolérance, se traduit aujourd'hui en France par le mot laïcité, qui reste le cri de guerre de l'athée contre toute forme de religion qui investirait le domaine public.
Or, dès l'instant où une vertu peut souffrir des exceptions locales ou temporelles, ou des aménagements particuliers, peut-on parler encore de vertu si elle n'est plus vraiment universelle et indivisible, sinon absolue? Car ce qu'il faut bien voir, c'est que la tolérance, dans sa dimension la plus communément admise, sous-entend que l'on accepte à contre-cœur, au nom de la raison et d'une volonté d'éviter un conflit, quelque chose avec laquelle on n'est pas d'accord et qui peut même nous être douloureux.
Bref, l'esprit tolérant, soi-disant voltairien et libertaire à la française, souffre néanmoins des exceptions notables, dont parmi les plus récentes, les crèches de Noël, des expressions incitant à la haine, ou un traitement différencié de certaines communautés. La tolérance a donc des limites… Heureusement !
Enfin, rappelons que Voltaire n'a jamais prononcé cette phrase qui sert d'étendard à nombre de "tolérants" : "Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, mais je me ferais tuer pour que vous puissiez le dire*". En revanche, c'est bien lui qui terminait ses lettres en écrivant : "Ecrasons l'infâme", visant l'intolérance, personnalisée, selon lui, par l'Eglise… Comme quoi, on est toujours l'intolérant de quelqu'un !

*Evelyn Beatrice Hall (1868 –1940?) a mis cette phrase dans la bouche de Voltaire sur lequel elle a écrit un ouvrage intitulé: "The friends of Voltaire " en 1906.

Les Meuniers De La Tiretaine

  • : Royale Confrèrie des Meuniers de la Tiretaine
  • Royale Confrèrie des Meuniers de la Tiretaine
  • : Espace de dialogue des Meuniers de la Tiretaine (branche française) et de leurs amis bâtisseurs et géomètres, tous de bonne compagnie, libres et de bonnes mœurs.
  • Contact

Trois Pas en Loge Bleue

Un guide indispensable pour comprendre les usages en Loge et les fondamentaux du rite français

Disponible chez l'auteur TVF BB.

Pour commander ce livre, envoyer un mail à l'adresse : tvfbb[at]vt4c.ovh

Rechercher

Pages

Catégories