Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 mai 2014 4 15 /05 /mai /2014 14:19

Notre T:.V:..F:.. Olivier T:. a présenté lors de la dernière Tenue un morceau d'architecture sur le secret maçonnique.

Avec son autorisation, j'ai le plaisir de vous le livrer.

 

Pasteur x1

Il est profondément enfoui ;

Il n’est pas connu de tous ;

Il doit rester confidentiel et ne se dévoile pas sauf à certains ;

Comme l’arcane, il est hermétique et ne se dévoile qu’aux seuls initiés.

Contrairement à une idée reçue, il n’est donc pas absolu et peut être partagé pas ceux qui ont reçu le droit de savoir, à charge pour eux de le transmettre à certains mais seulement à certains.

Depuis la nuit des temps, le secret a été transmis par les initiés.

Mais l’idée serait simple si à l’intérieur  du groupe d’initiés tous partageaient le même secret.

En fait, le secret est gradué et se décline depuis l’initiation en fonction des degrés de la connaissance et du grade.

Il y a, en outre, plusieurs autres secrets :

Celui qui protège le groupe des profanes ;

 et celui qui permet la progression à l’intérieur du groupe d’initiés et qui différencie le grade mais aussi le courage et le travail pour progresser.

C’est la raison pour laquelle l’homme a usé de symboles et de mystères et d’enceintes sacrées pour travailler à ce que les autres ne devaient pas connaitre.

Les temples et les cathédrales étaient visibles de tous mais lisibles à des degrés différents que par certains.

Ces livres de pierre ne dévoilaient pas la base de la recherche aux profanes.

Pour les construire, il fallait avoir reçu le savoir des pairs et leur agrément et avoir admis que l’enseignement ne pouvait être divulgué.

Les bâtisseurs avaient réussi l’exploit de sculpter des scènes allégoriques qui critiquaient l’église, leur donneur d’ordre, mais qu’elle ne pouvait déchiffrer car elle n’avait pas les clefs.

Ils s’étaient rassemblés sous le nom de loge de ST JEAN ce qui les plaçaient sous la bienveillance de l’église alors que cette allusion à l’apôtre était, selon certains, une allusion au dieu païen Janus.

Seuls ceux qui connaissaient le secret pouvaient comprendre.

Souvenons-nous que les Pythagoriciens usaient de symboles mais ne dévoilaient pas la loi des nombres.

Nul ne communiquait pour l’extérieur ou pour les paresseux.

ST Mathieu, dans son évangile, écrivait :

« Ne jetez pas vos paroles devant les pourceaux »

Prémonition ou connaissance de l’âme humaine.

Le temple était construit selon le nombre d’or et seuls quelques-uns  savaient que le rectangle provenait du carre double et que par le jeu des diagonales, l’on aboutissait à la divine proportion.

Seuls les initiés savaient que la pierre qui servait à construite était l’image de la terre car elle avait vécu dans la terre et avait subi le feu intérieur, l’éclat du soleil de la pierre.

Victor Michelet, poète  ésotérique du 19e siècle et membre d’un ordre proche des Rose Croix avait écrit un résumé parfait du secret :

« Les tailleurs de pierre ont inscrit l’écho de la parole perdue dans le séculaire silence de la pierre qu’entendront les prédestinés. »

Le secret de la maitrise de la taille influait sur tout l’ensemble de la construction et l’on découvrait la valeur initiatique du tout dans le tout.

Seuls ceux qui savaient tailler la pierre angulaire et la clef de voute parvenaient à construire ces édifices sacrés.

La pierre pouvait n’être que pierre pour les profanes mais pour les autres elle était l’image de la terre représentée sous la forme d’un carré, surplombé par le cercle ou la voute  symbolisant le tout dans son entier jusqu’à la voute étoilée.

Le grand architecte est souvent représenté traçant un cercle avec le compas, outil céleste, outil de Dieu.

Les outils permettaient à ceux qui en connaissaient les secrets de travailler la pierre ;

Le novice commençait à travailler mais ne connaissait pas l’art du niveau et du compas qui, à lui seul, permettait de à l’architecte de tracer le cercle, de mesurer, de reporter la mesure ou de devenir une équerre en ouvrant les branche à 90°.

L’atelier devient un sanctuaire sacré ou les secrets de l’art de bâtir sont transmis et mis en pratique.

 

Le 18e siècle à toujours des secrets en FM.

Ils sont toujours transmis et la poursuite des œuvres des philosophes doit rester cachée car les doctrines religieuses ou étatiques ne goutent guère les esprits trop cherchants.

Il faut donc que le groupe se protège pour exister.

Son but est de réaliser le grand œuvre qui vise à réaliser le bonheur du genre humain qui passe nécessairement par une reforme progressive des croyances et des mœurs.

Paradoxalement, une telle entreprise ne peut être travaillée dans l’exotérisme mais bien dans l’ésotérisme et dans le sacré.

Un non-respect du sacré entrainera la disparition du groupe car l’obscurantisme rode à toutes les époques et tout le groupe secret devient suspect pour les simples, les dogmatiques et les épris de domination.

Souvenons-nous que le concept tristement célèbre de Judéo maçonnique pendant la 2e guerre mondiale a existé encore avant et qu’il est une invention bien française de la révolution.

C’est l’aspect extérieur de certains symboles maçonniques qui remontent au temple de Salomon et jusqu’à l’ancien testament qui ont permis l’amalgame et l’assimilation des juifs et des FM, 2 groupes qu’il fallait éliminer car trop secrets pour les uns et trop performants dans les affaires pour les autres.

Méfions nous ..

Si l’homme, dit-on, est naturellement bon, il a souvent tendance à l’oublier quand cela l’arrange pour massacrer son prochain au nom d’un dieu, d’un roi ou d’une prétendue  vérité de la connaissance sur la foi.

Et cela continue de par le monde au point même que l’on entend, à nouveau parler du « judéo maconnisme », expression que l’on croyait disparue.

Mais que se passe-t-il chez les FM à notre époque ?

Secret toujours ?

Il exige de nous l’initiation à nos mystères..

Et quels mystères !!!

 Car le profane veut connaitre ce dont, dit-il, il n’a aucune idée et ce dans une tenue peu académique pour le moins.

Quelle force a ce secret pour aboutir à un tel comportement ?

Et en plus de cela, il jure de garder inviolablement tous les secrets qui lui seront confiés sauf à en avoir reçu la permission.

Afin de préserver le groupe il lui sera appris les mots signes et attouchements dont la force est de se faire reconnaitre en initié en quelque endroit du monde où il se trouvera.

Le secret, ou du moins une petite parte, sera dévoilé avec la réception de la lumière.

3 marches seront montées mais il y en a 7.

Encore un secret gradué..

Mais, sommes-nous conscients de cette manifestation du secret dans le secret à tout moment tout au long de la tenue ?

Même après l’ouverture des travaux, le secret se dévoile par degrés lorsque, notamment, le 1er expert découvre le tableau de loge, véritable livre pour qui sait le lire  ou qui veut travailler pour connaitre son sens.

Un secret infini dont il est difficile de dire qu’on le connaitra dans son entier.

Mais alors, arriverons-nous au grand œuvre un jour ?

Un autre secret  existe, conséquence des autres, celui de la symbolique du fil à plomb qui part du bas pour aller vers le haut.

Qui  à force d’écoute des F. mais aussi de réflexion nous fait aller au tréfonds de nous-mêmes.

Dans le secret du moi, de notre âme, pour remonter construire l’édifice qui est en nous après une naissance qui est l’initiation.

Ce secret serait aussi le plus profond de nous-même et nous serions notre propre initié.

Le connais-toi toi-même de la pensée Socratique deviendrait indispensable et ferait partie du secret car il faudrait d’abord percer son propre secret.

Celui qui apparait lorsque la lumière a été donnée et quand le frère prend connaissance de sa naissance dans le sacré.

Celui qui nous conduit à la réflexion profonde sur soi grâce au rituel et au silence imposé à l’apprenti mais aussi à tous les frères qui ne doivent pas reprendre la parole après avoir parlé.

Cette maitrise des passions, imposée par le rituel, permet de réfléchir sur soi, de ne pas réagir comme un profane, d’apprendre les multiples sens des mots, des idées en écoutant un frère.

 J’ai plusieurs fois entendu des profanes parlant d’un frère (en ignorant son appartenance à la FM) dire qu’il avait changé, qu’il était devenu plus tolérant.

Ce changement correspondait à la période suivant son initiation.

Peut-être y a-t-il là un des aspects du secret maçonnique, celui de la transformation intérieure de la pierre.

Alors,… soyons et restons secrets,

Apportons notre pierre au respect de notre serment,

Evitons comme font trop souvent certains de nous dévoiler ou de dévoiler des F.

Ne parlons pas à tort et à travers dans les cocktails ou autre cérémonies.

Ne transformons pas la FM en assemblées profanes qui tout aussi honorables qu’elles soient ne cultivent pas le secret.

Souvenons-nous que tous ceux à qui il est arrivé malheur du fait de leur appartenance à la FM étaient ni plus ni moins intelligents que nous et qu’ils pensaient que leur époque ne pouvait apporter le chaos tellement la sagesse était un enseignement tirée de l’expérience.

Ils ont pensé, bien imprudemment, que parler n’était pas grave car la sagesse de l’homme était enfin arrivée..

Si l’histoire est un éternel recommencement, une parole n’a jamais été aussi juste :

Pour vivre heureux, vivons cachés.

T:.V:..F:.. Olivier T:.

 

Frise corinthe

# 639

Partager cet article

Repost0
RF BB T.V.F.B.B. - dans Planches

Le Rite Français

  • : Le Blog-Notes du Rite
  • : Pour sa plus grande gloire
  • Contact

Librairie

Voir ci-contre,

à la suite de l'article du jour

Rechercher

Pages

Catégories